Castillejo, feu follet au corps tendre

Par Loïc Costet publié le 02 Mar 2019

Trop brouillon, pas assez costaud, rarement décisif… L’attaquant espagnol n’est pas une pièce maîtresse de l’équipe de Gattuso qui semblait encore récemment ne voir en lui qu’un joker de luxe. Mais depuis peu, Castillejo monte en puissance. Titularisé contre Empoli, il a été impliqué sur les trois buts. C’est ce qu’on appelle saisir sa chance au bon moment. Car sur les ailes, Suso n’est plus si impérial et Çalhanoglu, même en forme, n’est pas à son poste. Alors, Castillejo va-t-il en profiter ?

Pas assez « tueur » ?

À force d’attendre, Samu Castillejo a failli prendre froid. Il faut dire que l’Espagnol a passé une bonne partie de la saison sous son plaid, sur le banc rossonero. Mais depuis quelques semaines, l’attaquant se réchauffe en grappillant du temps de jeu. Il était même bouillant vendredi dernier, dans un match où il devait absolument se montrer. D’abord une offrande pour Kessié puis un véritable but d’avant-centre… du pied droit ! Castillejo, qui souffle le chaud et le froid depuis son arrivée l’été dernier, s’est enfin montré combatif et efficace face à Empoli.

Le début d’une métamorphose tant attendue ? Jusqu’ici, lorsqu’il retirait sa chasuble, l’attaquant ne manquait déjà pas d’énergie. Mais malheureusement, Castillejo donnait souvent l’impression de courir dans le vide. Et de se heurter à un mur dès lors qu’un adversaire se dressait sur sa route. D’ailleurs, côté physique, ce n’est pas encore ça. Le poids plume continue de se faire régulièrement « bouger » sur les pelouses de Serie A. Mais lors de ses dernières sorties, l’ancien de Villarreal n’a pas hésité à « rentrer dedans ».

Et surtout, il a marqué. Ce qui n’a sûrement pas échappé à Gattuso, qui lui demandait d’être « plus vicieux devant le but ». C’est seulement son troisième but de la saison, mais il a été inscrit dans une partie où l’attaquant a su prendre le jeu à son compte, et ça change tout.

Des places à prendre ?

Alors, est-ce le moment du déclic pour Castillejo ? Gattuso aura forcément besoin de lui dans une deuxième partie de saison cruciale. En décembre, il rassurait son poulain : « Il mérite plus de temps de jeu, c’est un garçon incroyable. » La question est de savoir s’il restera le « Super Sub » ou si le petit ailier de poche a les épaules pour jouer les premiers rôles…

Côté droit, où il semble le plus à l’aise, la place de titulaire semblait inaccessible il y a encore quelques mois. Arrivé d’Espagne, Casti’ souffrait de la comparaison avec un Suso désormais bien installé en Serie A. Même poste, même pied, même gabarit, même passion pour repiquer dans l’axe et enrouler…. Coach Rino n’avait aucun intérêt à remplacer son Suso par un Suso-bis. Mais en 2019, le numero 8 milanais n’est souvent que l’ombre de lui-même. Alors, pourquoi ne pas laisser une chance à celui qui va plus vite que son ombre ? En tout cas, Castillejo a répondu présent au moment opportun. Remplaçant de Suso contre Empoli, poste pour poste, il a prouvé qu’il pouvait parfois enfiler le costume de titulaire sans avoir l’air d’une doublure déguisée. Contre la Lazio, en Coppa, il n’a eu qu’un petit quart d’heure pour faire mieux que son compatriote. Un peu court… Castillejo n’a pas monté grand chose.

Autre option, le côté gauche. Là encore, dans l’esprit de Gattuso, c’est Çalhanoglu le titulaire. Mais le turc, même s’il retrouve son niveau, n’est pas un véritable ailier. Avec Castillejo, le coach milanais dispose ainsi d’une option bien plus percutante. Un joueur rapide pour servir Piatek, l’homme pressé ? « Samu (Castillejo) apporte quelque chose de nouveau, il est différent », déclarait Gattuso il y a quelques mois. L’Espagnol, lui, jurait que les tifosi n’avaient « pas encore tout vu ». Le feu follet espagnol est probablement à un tournant de son aventure milanaise, mais pour entretenir la flamme, il faudra plus qu’une étincelle.

Loïc Costet



Lire aussi