Caldara, la fin du calvaire

Par Aurélien Bayard publié le 01 Mar 2019

Lorsque Caldara signe au Milan AC cet été, il doit former la charnière des dix prochaines années en compagnie d’Alessio Romagnoli. Malheureusement, six mois plus tard, son temps de jeu n’affiche que 90 petites minutes. La faute à une rupture du tendon d’Achille qui vient de le tenir plus de 4 mois hors des terrains. La bonne nouvelle est tombée lors du mois de février : Caldara est de retour dans le groupe pour la réception de Sassuolo ce samedi.

Une place à prendre

En début de saison, une place au côté de l’inamovible Romagnoli est à pourvoir au sein de la défense milanaise. Deux candidats se dégagent naturellement : Mateo Musacchio et Mattia Caldara. Gennaro Gatuso tranche en faveur du stoppeur argentin pour le premier match contre Naples. L’ancien bergamasque assiste donc du banc à la défaite encourageante 3-2 des rossoneri. Lors de ce match, Musacchio est directement responsable sur l’égalisation de Zielinski. Cela aurait pu être une aubaine pour Caldara mais Rino maintient sa confiance à l’ancien joueur de Villareal pour les rencontres suivantes. Mattia étrenne enfin le maillot du Diavolo lors de la rencontre contre Dudelange en Europa League et participe à la première clean-sheet de la saison face aux modestes luxembourgeois. Malheureusement la suite n’est qu’une succession de galères : problèmes aux adducteurs qui l’éloignent trois semaines, blessure au mollet droit et en apothéose sa rupture du tendon d’Achille.

Une absence non-préjudiciable

Pour pallier son absence, Gatuso bricole des solutions de fortune. Il ressort Cristian Zapata du placard, place Ignazio Abate dans l’axe voire utilise un 3-5-2 orignal. Les résultats sont corrects malgré quelques performances inégales. Les milanais sont même en passe de réussir leur pari : retrouver la Ligue des Champions. Seule ombre au tableau, une piteuse élimination en Europa League à cause d’une défaite face à l’Olympiakos. Tout n’est pas non plus parfait au sein de la défense milanaise. Musacchio est actuellement l’acolyte de Romagnoli mais les belles performances défensives sont plus mises sur le compte de Gigio Donnarumma ou de l’ancien romain. Zapata reste toujours une roue de secours et Abate est de nouveau en concurrence avec Davide Calabria ou Andrea Conti pour le poste de latéral droit. Pour vite s’imposer, Caldara compte de nombreux atouts.

Devenir Titulaire

La direction mise sur lui et veille au bien-être du natif de Bergame. Leonardo et Maldini sont venus le voir régulièrement à Milanello lorsqu’il s’entraînait à part. Caldara n’a d’ailleurs pas hésité à les remercier lors d’une interview pour MilanNews.it. Sa nationalité italienne est un plus pour tous les supporters rossoneri qui fantasment d’une nouvelle charnière 100% transalpine du type Nesta-Maldini. Lors de cette même interview, Mattia a confirmé qu’il ne se voyait qu’aux côtés de Romagnoli. Son sens du placement défensif se retrouve aussi dans la surface de réparation adverse : avec 10 réalisations en soixante-six matchs avec la Dea, Caldara sait aussi se muer en buteur quand il le faut. Avec un moral au beau fixe malgré une absence pesante, Mattia est conscient qu’il lui faudra encore un peu de temps pour bousculer la hiérarchie établie. Mais ses concurrents sont prévenus, lorsque l’occasion se présentera, il la saisira aussitôt.

Aurélien Bayard



Lire aussi