CALCIOSTORY : Vol au-dessus d’Artemio Franchi

Par Hugo Ledroit publié le 13 Jan 2021

Durant les années 1950 et 1960, la Viola connait une période dorée marquée par l’obtention de nombreux titres importants avec deux scudetti , une Coupe des coupes, deux Coppe d’Italia ainsi qu’une Coupe Mitropa. On peut également rajouter à cela deux finales européennes en C2 et en C1. Néanmoins la période des années cinquante en l’occurrence l’année 1954 est marquée par un épisode historique mais surtout troublant : le survol d’Artemio Franchi (Stadio Communale à l’époque) par plusieurs ovnis le 27 Octobre 1954 durant le derby toscan entre la Fiorentina et l’US Pistoiese. Calciomio vous emmène vers cette histoire qui a bouleversé toute une région et qui est ainsi restée dans les mémoires de tous les acteurs de l’époque (joueurs, spectateurs, journalistes, habitants).

1954, le début de l’âge d’or de la Fiorentina

Avant de revenir sur cette histoire mystérieuse, il est important de rappeler le contexte de l’époque du côté de la Fiorentina. En 1952, le club de la ville de Florence se fait racheter par un entrepreneur local du nom d’Enrico Befani spécialisé notamment dans l’industrie du textile. Après une première saison 1952-53 moyennement réussie, le président toscan décide d’investir et achète alors deux joueurs majeurs Guido Gratton et surtout l’international suédois et futur finaliste du mondial 1958, Gunnar Gren. Enrico Befani fait également appel à un nouvel entraineur Fulvio Bernardini qui va révolutionner le jeu de la Fiorentina et par conséquent améliorer les résultats sportifs de la Viola. Lors de la saison 1953-1954, les hommes de Bernardini finissent même champion d’automne avant de terminer la saison à la troisième place face aux deux mastodontes du nord la Juventus et l’Inter. La saison 1954-1955 débute alors avec le recrutement de trois futurs légendes du club l’attaquant Giuseppe Virgili, le gardien Giuliano Sarti et le défenseur Alberto Orzan. Nous sommes au début d’une aventure historique pour la Fiorentina puisqu’à partir de 1956 et jusqu’à la fin des années 1960, le club toscan va remporter deux scudetti, deux coppe, une C2, ainsi qu’une Coupe Mitropa sans oublier la finale de Coupe d’Europe des clubs champions en 1957 contre le Real Madrid. Le club toscan sera dirigé par un trio composé du président Enrico Befani, de l’entraineur Fulvio Bernardini et surtout du directeur sportif Artemio Franchi qui donnera son nom au Stadio Communale de Florence.

La mythique équipe de la Fiorentina de la fin des années 1950 

Fiorentina-Pistoiese 1954, un derby toscan à jamais gravé dans les mémoires florentines

Sur le plan sportif ce match entre la Fiorentina et l’US Pistoiese ne représente pas grand chose si ce n’est une petite rivalité locale entre les deux clubs toscans. La Fiorentina se présente comme un futur grand du football italien alors que l’US Pistoiese végète dans les bas fonds du Calcio en quatrième division. Surtout qu’en réalité la rencontre a lieu dans le cadre du Campionato Cadetti instauré en 1954 par la Lega Nazionale (ancienne Lega Calcio) afin de faire joueur les équipes réserves de Serie A et de Serie B. Le match qui a lieu en début d’après-midi ne rassemble que 10 000 spectateurs sur les 43 147 places disponibles du côté du Stadio Communale. La première mi-temps donne lieu à une petite surprise : la Fiorentina est tenue en échec par la Pistoiese (2-2). Les joueurs entrent sur la pelouse pour reprendre le match jusqu’à ce que dix minutes plus tard les spectateurs portent leur regard vers le ciel et laissent place à un silence tel que même les joueurs et l’arbitre s’interrompent et regardent plusieurs ovnis survolant le stade. Le spectacle terrifie les spectateurs qui s’affolent dans les travées du stade pendant un bon quart d’heure avant que le match ne reprenne. Score final 6-2 pour la Fiorentina mais le résultat n’est pas la chose qui préoccupe les esprits des tifosi. Ces derniers parlent alors du Campo di Marte (le stade de Mars) pour évoquer le Stadio Municipale. Plusieurs joueurs de la Fiorentina et de l’US Pistoiese témoignent, Magnini évoque des oeufs qui se déplaçaient lentement, de leur côté les deux joueurs de l’US Pistoiese parlent de cercles lumineux autour d’une sphère. L’affaire fit grand bruit dans toute la région puisque certains témoins dont le journaliste Giorgio Batini du quotidien florentin La Nazione parlent même d’avoir aperçu les mêmes ovnis au-dessus du duomo. La plupart des témoins affirmèrent égalemement avoir vu des « cheveux d’ange » qui tombaient de ces objets. Un étudiant du nom d’Alfredo Jacopozzi réussit à en récupérer et l’emmena auprès du professeur Giovanni Canneri de l’Institut d’analyse chimique de l’université de Florence afin de le faire analyser. Cet épisode eut un tel retentissement en Toscane que plusieurs habitants affirmèrent avoir vu des ovnis dans la région. Une paysanne affirma même avoir rencontré deux martiens !

La une d’un journal florentin évoquant les observations au-dessus de Florence

 

La vague d’observation de 1954 et le contexte anxiogène de la guerre froide

Cet épisode du 27 Octobre s’inscrit alors dans la vague d’observations d’ovnis en Italie mais aussi dans toute l’Europe durant l’année 1954. Les récits d’ovnis ont la part belle avec Orson Welles. Le Cicap (comité italien pour le contrôle des affirmations sur les pseudosciences) explique que le phénomène était surement due à un exercice militaire mal contrôlé. Il est vrai que l’Italie faisait partie de l’Otan et qu’en cette période de guerre froide se trouvait une base militaire à proximité de Florence. D’autres évoquent des phénomènes atmosphériques ou encore des migrations d’araignées. Malgré toutes ces hypothèses, le mystère reste entier…

Le professeur Giovanni Canneri de l’Institut d’analyse chimique de l’université de Florence analysant les fameux « cheveux d’ange »

Hugo Ledroit



Lire aussi