Calciostory : Une victoire de la Juventus sur l’AS Roma qui fait polémique

Par Enzo Caia publié le 22 Déc 2018

Un 5 octobre à Turin, la 6ème journée de Serie A 2014-15 arrive à son terme… mais avant, les deux grands favoris doivent s’affronter. Le triple champion d’Italie a encore faim de scudetto et c’est contre son rival romain que les Bianconeri ont l’obligation de remporter ce match pour ne pas basculer deuxième au classement. Le début de saison des deux équipes est tonitruant : 5 matchs, 5 victoires. Ce qui vient rajouter un poids supplémentaire à un match, qui restera ancré dans les mémoires des supporters et de l’Italie entière.

1 mi-temps, 3 penalty

Arrivé le 16 juillet dernier, Massimilliano Allegri ne change pas une équipe qui gagne : le capitaine Buffon dans les cages ; une défense à trois avec Chiellini, Bonucci et l’uruguayen Caceres ; Lichtsteiner et Asamoah pour alimenter les cotés d’un milieu constitué de Pogba en centre gauche, du Principino Marchisio à droite et du revenant Andrea Pirlo ; Llorente, Tevez pour mener les troupes. En face, l’audacieux Rudi Garcia aligne une attaque véloce avec Gervihno et Iturbe, Totti pour les soutenir, on remarque le milieu de terrain composé de Miralem Pjanic, Nainggolan avec Keita en sentinelle. L’arbitre se nomme Gianluca Rocchi (retenez ce nom cela va faciliter la suite). Le match commence assez tranquillement, la Juve essaie de construire mais la Roma est bien en place. Le premier épisode douteux arrive, Holebas touche la cheville de Marchisio par derrière dans la surface, le turinois s’écroule, l’arbitre ne bronche pas. On ressent dans le stade une grande tension avec beaucoup d’engagement de la part des deux équipes. Totti commet une faute sur Pirlo aux 25 mètres, Andrea frappe le coup franc qui est stoppé par le bras de Maicon, faisant parti du mur dans la surface, Rocchi siffle d’abord coup-franc mais revient sur sa décision et siffle penalty, Tevez s’élance, but. Garcia, douteux des décisions arbitrales, proteste et mime un violoniste ce qui lui coutera sa présence au bord du terrain car il se fera expulsé par Rocchi juste après. Le match reprend et seulement 4 minutes s’écoulent que Lichtsteiner plaque Totti au sol… Résultat ? Penalty pour la Roma. Totti met le ballon d’un coté Buffon plonge de l’autre. Le match est excitant, une dizaine de minutes se passe et, Gervihno trouve magnifiquement Iturbe qui assomme la Juve d’une frappe du gauche premier poteau. La Roma renverse la situation juste avant la fin de la 1ère mi-temps au Juventus Stadium, sans se douter que Pogba n’avait pas l’intention d’en rester là : 45+2, le français se fait faucher par Pjanic à la limite de la surface romaine. Jamais 2 sans 3, l’arbitre siffle le 3ème penalty du match en 20 minutes, surréaliste. Carlitos ne loupe pas l’occasion de marquer son doublé. 2-2, tout le monde au vestiaire mais les joueurs de la Roma quittent la pelouse avec un sentiment d’injustice.

Bonucci, le sauveur

La deuxième période commence et heureusement pour les cardiaques, elle n’est pas aussi intense que la première. La Roma prend son temps dans la construction du jeu mais la Juve se trouve prête.. ou presque car on joue la 59ème minute et après un show de Gervihno, Pjanic reçoit le ballon à l’intérieur de la surface de but, heureusement pour Buffon, le bosnien manque sa frappe du gauche qui fini pas loin des cages juventini. Énorme occasion ratée par la Roma, probablement le tournant du match. Sortie des vétérans, Totti se fait remplacer par Destro et Pirlo par Vidal. Une tête de Morata, entré auparavant, va faire trembler la barre du gardien romain, c’était sans attendre le moment de délivrance turinois. On joue alors la 86ème minute, Tevez obtient un corner et le joue rapidement, le centre est renvoyé par un défenseur de la Roma, le ballon atterri sur Bonucci qui se trouve aux abords de la surface, le défenseur turinois n’y pense pas à deux fois et lâche une frappe surpuissante qui fini aux fonds des filets. Le stade explose. La Juve est devant à 4 minutes de la fin grâce à son numéro 19. Les romains sont anéantis, que ce soit physiquement ou mentalement. Allegri essaie de remobiliser les siens afin de ne pas gâcher cette victoire si précieuse, Garcia est immobile, sidéré… Le match reprend et avec la fatigue, les duels ne se font pas manquer: Morata fait un tacle, semelle en avant, sur Manolas qui perd littéralement la tête et se dirige brusquement vers l’attaquant espagnol en provocant un tête à tête, qui contraindra Rocchi à les expulser tout les deux du terrain. Le match se termine avec 3 penalty accordés, 29 fautes commises, 7 cartons jaunes, 2 cartons rouges et avec surtout une frustration romaine qui voit son adversaire passer 1er au classement. L’arbitre Rocchi lui, se fera incendier par tous les médias italiens pour ses nombreuses décisions douteuses.

Enzo Caia



Lire aussi