Calciostory : Quand Toldo brise le rêve orange

Par Gilbert Simonutti publié le 29 Jan 2016
Crédits

italia olanda 2000

Pour la première fois de son histoire, l’Euro se dispute dans deux pays, la Belgique et les Pays Bas. Si les Diables Rouges n’ont pas fait long feu dans la compétition, les Oranje, eux, avancent à vitesse grand V vers un deuxième titre continental après celui de 1988. La machine est bien huilée et l’équipe entrainée par Franck Rijkaard a remporté ses quatre matchs disputés jusque-la. Elle reste d’ailleurs sur un 6-1 refilé à la Yougoslavie en quart. Pour la demi-finale, les Néerlandais attendent l’Italie de pied ferme, sûrs de leur force. La Nazionale de Dino Zoff a elle aussi gagné toutes ses rencontres mais reste discrète. Le match se dispute dans une Amsterdam Arena toute d’Orange vêtue. Pas de surprise dans la composition de Rijkaard avec un onze offensif et Kluivert, auteur d’un triplé en quart, en pointe. Beaucoup de joueurs jouant ou ayant joué en Italie sont sur le terrain. Coté Azzurri, Zoff fait le pari de laisser Francesco Totti sur le banc au profit de Del Piero. Un choix fort mais risqué. En cas de déconvenue, le sélectionneur sera lapidé en place publique par la presse et une partie des tifosi. Pour le reste du classique avec Toldo dans les cages, le trio Cannavaro-Nesta-Iuliano en défense, Zambrotta et Maldini sur les cotés, Albertini, Di Biagio et Fiore au milieu et Inzaghi en pointe.

L’ITALIE SUBIT MAIS NE ROMPT PAS

Dès les premiers instants de la rencontre, le topo est clair. Les Pays-Bas se lancent à l’assaut des buts de Francesco Toldo et l’Italie devra s’attendre à subir pendant 90 minutes en essayant de placer quelques contres bien sentis. Après un poteau de Bergkamp en début de match, les hommes de Rijkaard poussent en privilégiant les cotés où Maldini et surtout Zambrotta sont fréquemment livrés à des un contre un voir des un contre deux. Si le Capitaine prend très vite l’ascendant sur Overmars, le latéral de la Juve souffre. Zenden et Van Bronckhorst s’en donnent à cœur joie. Zambrotta prend deux jaunes en un quart d’heure et les Azzurri se retrouvent à dix à la demi-heure de jeu. Quelques instants plus tard, deuxième coup dur. M.Merck siffle un penalty très sévère à Nesta. Franck De Boer s’élance mais Toldo stoppe le tir du défenseur. 0-0 à la pause. L’Italie tient mais pour combien de temps ? Même scenario au retour des vestiaires à 10 contre 11 et Del Piero quasiment en position d’arrière. Les Oranje continuent d’attaquer mais les Azzurri sont mieux en place. Le rythme baisse mais juste après l’heure de jeu, Iuliano accroche Davids dans la surface. Deuxième penalty contre la Nazionale. Toldo cette fois est battu mais le ballon fini sur le poteau. Les Néerlandais s’inquiètent, l’Italie prend du courage et les prolongations arrivent.

UN MIRACLE À L’ITALIENNE

Rentrés en deuxième mi-temps, Totti et Del Vecchio apportent leur fraicheur et permettent à l’Italie de sortir la tête de l’eau. Le second se crée même la seule grosse occasion italienne durant la prolongation. Van der Sar fait l’arrêt qu’il faut mais psychologiquement les hommes de Zoff prennent le dessus. Kluivert et Seedorf ont le temps pour deux autres actions dangereuses mais rien n’y fait, La décision va donc se faire aux tirs aux buts. Un exercice que la Nazionale déteste puisque ses trois dernières Coupe du Monde se sont achevées sur autant de défaites dans cette cruelle loterie. Premier tireur, Gigi Di Biagio, celui de la barre fatale en quart du dernier mondial contre la France. Exécution parfaite. Francesco Toldo retrouve Franck De Boer qui rate à nouveau. La série est lancée et les Pays-Bas sont déjà K.O debout. Pessotto marque avant que Jaap Stam n’envoie le deuxième tir néerlandais dans les tribunes. 2-0 pour les Azzurri au moment où l’autre Francesco, Totti, se présente face à Van Der Sar. « Mo je faccio er cucchiaio » murmure le Romain à Di Biagio qui d’une Panenka dont lui seul a le secret, trompe le gardien. L’Armsterdam Arena n’y croit plus. Kluivert marque, Maldini rate mais il est trop tard. Toldo hypnotise Bosvelt et envoie l’Italie en finale. Une rencontre inoubliable pour un miracle a l’italienne.



Gilbert Simonutti

Rédacteur



Derniers articles

Le récap quotidien des actus par email

Calciomio est le seul média français qui traite à 100% l'actualité du foot italien. Renseignez votre email pour recevoir chaque matin un email regroupant les meilleures brèves du Calcio.