CALCIOSTORY : Quand l’Inter et le Genoa disputaient un match à 4 pénaltys

Par Yacine Ouali publié le 28 Fév 2021
Crédits

Alors que l’Inter reçoit aujourd’hui le Genoa, il est difficile pour les tifosi nerazzurri de ne pas se souvenir de ce match fou de la saison 2011-2012, quand une Inter et un Genoa aux fortunes bien différentes se disputaient un thriller aux 4 pénaltys, terminé sur le score rocambolesque de 5-4. Calciomio vous emmène au cœur de ce match fou.

L’Inter à la reconquête

Au début du mois d’avril 2012, l’Inter est à une croisée des chemins. La Juventus et le Milan AC sont trop loin devant, et Claudio Ranieri est remercié.

Il est remplacé par Andrea Stramaccioni, qui mènera l’Inter à finir le championnat à la 6ème place en privant notamment le Milan AC  du Scudetto lors d’une mémorable victoire 4-2. Stramaccioni sera d’ailleurs confirmé entraîneur de l’équipe première pour la saison 2012-2013, malgré le fait qu’il n’ait même pas encore son diplôme de l’UEFA.

Une première d’abord tranquille

Mais revenons-en à nos pénaltys. Début avril 2012, l’Inter se pare de ses meilleurs atours en recevant le Genoa pour la première de Stramaccioni. Et, au départ, l’électrochoc attendu après tout changement d’entraîneur a bel et bien lieu.

Après un sauvetage sur la ligne de Cambiasso sur corner, les nerazzurri se mettent en ordre de marche. Stankovic, Cambiasso, Zarate et Forlan combinent tous pour aboutir à une merveilleuse action que Milito conclut de la tête après un centre parfait : ça fait 1-0, et Milito, ancien du Genoa, ne célèbre pas.

À la 27ème minute, Milito trompe à nouveau l’arrière garde du Genoa sur un long ballon anodin. Il se présente seul devant les cages et trompe Frey. Avec 15 minutes encore à jouer dans cette première mi-temps, l’Inter semble s’être déjà bien dégagée l’horizon, et tout le monde pense que la première de Stramaccioni sera couronnée d’un succès tranquille. Ce sentiment est encore renforcé quand Lucio centre pour un Samuel renard à la 38ème minute et que le score passe à 3-0.

Stramaccioni fait connaissance avec la Pazza Inter

À 3-0, n’importe quel club se mettrait à tranquillement gérer son match et penserait déjà à sa prochaine confrontation. Mais l’Inter ne cultive pas sa réputation de pazza (folle) pour rien.

Tout commence à la 45ème minute. Sur un ballon que personne n’arrive à dégager après un corner, le défenseur Moretti contre un tir d’un de ses coéquipiers et le ballon finit bien heureusement dans le but milanais. Les 22 acteurs rentrent aux vestiaires sur le score de 3-1, et dans les travées de San Siro le même pressentiment se propage : la deuxième période sera tout sauf tranquille.

À la 58ème minute, le capitaine Zanetti lance l’incroyable bal des pénaltys en contrant de la main une remise de la tête d’un adversaire. Palacio se charge de transformer la sentence, et ramène le score à 3-2. L’on pourrait penser que le match aurait pu être fou rien qu’avec ça, une équipe qui remonte un handicap de 3 buts et qui pousse pour égaliser.

Mais Stramaccioni n’est pas au bout de ses surprises. Quand Zarate enroule un merveilleux ballon dans le filet opposé du Genoa et passe le score à 4-2 à la 74ème minute, le jeune entraîneur croit son stress réglé. Mais il est bien le seul, car tous les tifosi savent qu’avec une bonne vingtaine de minutes à jouer, l’Inter peut emmener le match dans les plus folles proportions. Et ce sera le cas seulement 5 minutes plus tard, quand Julio César fauche un adversaire dans la surface et prend un rouge. Son remplaçant Castellazzi ne peut rien sur le pénalty en force de Gilardino : 4-3 pour l’Inter.

Mais alors que le Genoa laisse tout sur le terrain pour égaliser, les nerazzurri ont un dernier sursaut d’orgueil. C’est cette fois Guarin qui se fait faucher dans la surface par Belluschi (qui prend aussi rouge). Diego Milito transforme ensuite ce troisième pénalty du match pour amener le score à 5-3. Puis, comme si le sort s’acharnait sur les défenses, c’est le Genoa qui gagne un ultime pénalty, le 4ème du match, après une faute de Lucio sur Sculli. Gilardino s’offre un doublé mais, enfin, l’arbitre siffle le coup de sifflet final.

Le résultat des courses sera impressionnant : l’Inter aura gagné ce match contre le Genoa 5-4 après avoir mené 3-0, en concédant trois pénaltys et en marquant un autre, concluant une première que Stramaccioni n’a sûrement jamais oubliée. Si cet après-midi l’Inter de Conte ne concédera probablement pas 4 buts, ce match de 2012 sera à coup sûr dans certaines consciences. Aux hommes de Ballardini de rendre ce match fou, pour notre plus grand plaisir.

Recevez chaque jour les actus du foot italien dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter quotidienne (gratuite)

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Yacine Ouali



Derniers articles