Calciostory : Quand l’Inter éliminait le meilleur Barca de l’histoire en 2010

Par Frédéric Marjary publié le 06 Nov 2018

A l’occasion de la double confrontation entre le FC Barcelone et l’Inter dans le groupe B de Champions League, Calciomio vous emmène 8 ans en arrière, lors des demi-finales de l’édition 2009/2010. Les deux équipes s’étaient déjà affrontées lors des phases de poules de cette même édition, il y avait eu 0-0 à Milan puis le Barça s’était imposé 2-0 en Catalogne.

Un match aller renversant

Les Blaugrana se présentent à San Siro le 20 avril 2010 après avoir éliminé sans forcer Stuttgart puis Arsenal. De son côté, l’Inter est parvenue à se qualifier en sortant le champion d’Angleterre, Chelsea, puis le champion de Russie, le CSKA Moscou. Les hommes de Pep Guardiola évoluent dans leur traditionnel 4-3-3 tandis que José Mourinho opte pour un 4-3-1-2.

L’entame de match est espagnole. Les Barcelonais mettent le pied sur le ballon et déploient leur jeu de passe habituel. Servi par Xavi, l’ancien joueur de l’Inter Maxwell déborde sur le côté gauche puis s’infiltre dans la défense. Cambiasso, Maicon et Lucio, trop laxistes sur l’action, n’arrivent pas à suivre. Le latéral brésilien sert en retrait Pedro qui ajuste Júlio César et donne l’avantage à Barcelone dès la 19ème minute. Mais les Nerazzurri vont vite réagir. A la demi-heure de jeu, Eto’o centre en retrait pour Milito qui récupère le ballon autour de trois défenseurs. Dani Alves, aspiré par l’appel de l’Argentin, laisse filer dans son dos Wesley Sneijder. Milito décale le milieu offensif néerlandais qui trompe Víctor Valdés du plat du pied. Dès le début de la seconde mi-temps, les hommes de Mourinho vont prendre l’avantage. Milito, encore lui, transmet à Maicon en pleine course et à la lutte avec Seydou Keita. Le numéro 13 de l’Inter parvient à s’emmener le ballon et à tirer de la pointe du pied. Les Milanais prennent l’avantage, les tifosi exultent. Le plan de Mourinho fonctionne à merveille. Les Catalans sont étouffés par le pressing nerazzurro et paraissent impuissants. Le milieu de terrain barcelonais ne trouve aucune solution et Messi est muselé par la charnière centrale adverse. A la 61ème minute, Milito, à la limite du hors-jeu, jaillit au second poteau et catapulte l’offrande de Sneijder au fond des filets. Le stade explose. Auteur de deux passes décisives et d’un but, Il Principe cède sa place quelques minutes plus tard, sous les ovations d’un San Siro ivre de bonheur. Barcelone pousse en fin de rencontre mais cela ne suffit pas, l’Inter s’impose 3-1 et inflige une leçon tactique et d’engagement physique aux champions en titre.

Au bout du suspense…

L’escouade milanaise se présente huit jours plus tard dans un Camp Nou plein à craquer. Les supporteurs barcelonais croient dur comme fer en une remontada qui enverrait le club en finale pour la deuxième année consécutive. Comme au match aller, le Barça a la possession du ballon mais se voit asphyxier par le pressing incessant des soldats nerazzurri. La tactique mise en place par l’entraîneur portugais est identique que lors de la précédente rencontre : étouffer son adversaire et ne lui laisser absolument aucun espace. Peu avant la demi-heure de jeu, Thiago Motta se fait exclure très sévèrement suite à une main qui traîne sur le visage de Sergio Busquets. Malgré ce fait de jeu, l’Inter va réussir à tenir jusqu’à la 84ème minute et l’ouverture du score de Piqué. Le peuple catalan se remet alors à y croire et pousse son équipe. Si la domination de Barcelone a été stérile durant une grande partie du match, les dix dernières minutes sont une véritable déferlante d’occasions sur la cage de Júlio César. Le portier intériste repousse tous les assauts Blaugrana et écœure ses adversaires. Dans le temps additionnel, Bojan offre une dernière frayeur dans le camp milanais mais son but est annulé suite à une main de Yaya Touré. L’arbitre siffle la fin du match, l’Inter se qualifie en éliminant le FC Barcelone en infériorité numérique pendant plus d’une heure de jeu! Les joueurs, solidaires et disciplinés, ont tenu et réalisé l’exploit. Mourinho, euphorique, court vers le parcage visiteur en liesse, occupé par les tifosi de l’Inter. La Beneamata retrouve une finale européenne après 38 ans d’attente. Ce sera le 22 mai 2010, face au Bayern Munich, un match dont l’issue est connue de tous.

Frédéric Marjary



Lire aussi