CALCIOSTORY : La naissance de la Lazio et du football romain

Par Elio Gusti publié le 28 Jan 2020

9 Janvier 1900 dans le quartier de Prati à Rome. 9 jeunes garçons discutent sur un banc de la Piazza della Liberta et imaginent la création du premier club multisport de la capitale : la Lazio. Mais contrairement aux clubs du nord pouvant s’affronter mutuellement en créant rapidement un championnat, la Lazio fût longtemps seule. Alors comment s’est développé le football dans la Capitale ?  Calciomio vous emmène découvrir les premières années du football romain.

Le sport pour tous

Nous sommes donc en 1900, début d’un nouveau siècle et l’Italie est encore un pays extrêmement jeune dont l’unification ne s’est faite que vingt petites années plus tôt en 1870. Le football est arrivé il y a quelques années dans le nord du pays et Turin, Gênes, Milan ont déjà des équipes qui s’affrontent dans l’ancêtre de la Serie A. A Rome, il faut attendre un étrange concours d’évènements et remercier un ancien soldat rescapé de la guerre italo-éthiopienne et de la bataille d’Adua : Luigi Bigiarelli. Son frère et lui sont des sportifs aguerris et avec leurs amis ils pratiquent le marathon et la natation. Mais comme le coût d’inscription aux clubs sportifs romains de l’époque les rend surtout accessibles aux bourgeois et à la noblesse, Bigiarelli et huit de ses amis décident de créer leur propre club : la Società Podistica Lazio. 

Ils choisissent le nom Lazio non pas en référence pour la région (qui n’existera que 50 ans plus tard) mais en référence au lieu de la naissance de Rome : le Latium Vertus. Ainsi, à l’époque beaucoup de clubs utilisent le latin pour nommer leur club : Virtus, Fortitudo ou encore Robus (comme le nouveau club de Siena aujourd’hui). Toujours dans cette logique, ils choisissent la devise Concordia Parvae Res Crescunt  signifiant « Par l’Union les petites choses grandissent » et le symbole de l’Aigle en référence aux légions romaines. Pour les couleurs : le bleu ciel et le blanc rappelant le ciel de Rome mais surtout choisis en hommage aux couleurs de la Grèce. En effet, à l’époque les premiers Jeux Olympiques de l’ère moderne viennent d’être organisés à Athènes en 1896

Ca c’est pour le club multisport mais pour la section football, il faut attendre 1 an avant sa création à la faveur d’une rencontre assez improbable et inattendue. Si à Gênes ou encore à Turin le football est venu d’expatriés Anglais, à Rome c’est un Français : Bruto Seghettini qui en est malgré lui l’importateur. Ce  joueur du Racing Club de France est en visite dans la capitale et se rend au siège de la Lazio pour demander s’il y avait une section football et propose aux jeunes Laziale de leur expliquer les règles de ce nouveau sport.

De la villa Borghese au scudetto negato

Ainsi la Lazio crée sa section football. Les joueurs s’entrainent régulièrement et se perfectionnent contre des séminaristes Ecossais résidants au Vatican. Au début, sur un terrain Piazza d’Armi pas loin du lieu de la création du club. Puis rapidement villa Borghese où l’Etat Italien leur prête un terrain au Parco dei Daini et les premiers buts de l’histoire de Rome sont fabriqués et offerts par Alberto Canalini un charpentier socio du club. En 1904, le club dispute son premier match officiel contre le Club Sportivo Virtus, récemment créé par d’anciens membres de la Lazio. Ce qui est en quelque sorte le premier derby de l’histoire est remporté 3-0 par les biancocelesti.

Le club continue sur sa lancée et est invité à affronter d’autres clubs un peu partout sur la péninsule. Ainsi en 1908 le club est invité à disputer le Torneo di Pisa où ils réussissent l’exploit de gagner trois match lors de la même journée : 3-0 contre Lucca à 10h, 4-0 contre la Spes di Livorno à 14h puis à 16h 1-0 contre le Juventusque Livorno. Sur le plan national, la Lazio remporte la seule édition du Campionato Romano en 1907 avant d’intégrer le Campionato Italiano di Calcio en 1909. Pour l’occasion le club change de terrain et obtient le terrain de la Rondinella (qui deviendra le Stadio Flaminio) qui restera son stade jusqu’en 1930. Les Biancocelesti finissent vice-champions d’Italie lors de la saison 1913-1914 et se retrouvent une nouvelle fois en finale en 1914-1915 mais le championnat est suspendu à cause du début de la guerre et le titre attribué au Genoa car la ligue considère que les « clubs du sud » ne gagnent jamais contre ceux du nord.

EVITER LA FUSION FASCISTE

Entre temps la Lazio a fait des émules et d’autre clubs romains naissent dans les années qui suivent : le FBC Roma en 1901 créé par des résidents anglais, suisses et des membres de la bourgeoisie pour organiser des matchs de cricket avant une section football en 1903. La Società Sportiva Juventus Roma en 1905, inspirée par les clubs Turinois et ayant des sections boxe et rugby. La Società Sportiva Alba Roma en 1907 et la Società di Ginnastica e Scherma Fortitudo. Le point commun de ces clubs ? En 1927 sous l’impulsion du régime fasciste ils fusionneront tous pour créer l’A.S Roma dans le but de créer un seul club romain pouvant enfin concurrencer les sociétés du Nord.

La Lazio doit son salut à l’intervention du général Giorgio Vaccaro, tifoso du club et haut dirigeant sportif italien qui utilisa de son influence pour empêcher la fusion en arguant que « deux clubs dans une ville ne peuvent créer qu’une saine émulation ». Ainsi comme Dieu créant la femme à partir d’une côte d’Adam, la Lazio voit son némésis naitre de son refus de disparaitre.

 

 

Elio Gusti

Romain par mariage, j'aime la Lazio, les cornetto al miele et les Fiat. Je n'apprécie pas le football moderne et les personnes portant des chemisettes à carreaux. Philosophiquement Maradonien à tendance Zemanienne.



Lire aussi