CALCIOSTORY – Juventus-Udinese 2015 : la dernière fois que le Champion d’Italie a perdu lors de la première journée de Serie A

Par Ben Soffietti publié le 21 Août 2021
Crédits

Samedi, à 18h30, l’Inter et le Genoa donneront le coup d’envoi de la saison 2021-2022. Les Nerazzurri, trois mois après le 19ème sacre de leur histoire, seront attendus après un été mouvementé : Antonio Conte, qui a guidé la Beneamata vers le Scudetto, a quitté le club, suivi par deux de ses cadres, Achraf Hakimi et Romelu Lukaku. L’Inter entame donc face à Il Grifone une nouvelle saison mais aussi un nouveau cycle, sous la direction de Simone Inzaghi, qui après avoir fait brillé la Lazio, a décidé de franchir un cap en prenant la tête d’une des trois grandes équipes du Nord. Beaucoup d’observateurs seront donc curieux de voir la première prestation officielle des Nerazzurri, surtout qu’il faut remonter à la saison 2015-2016 pour voir un champion en titre s’incliner dès la première journée. À la fin du mois d’août, la Juventus était surprise par l’Udinese : Calciomio prend sa machine à remonter le temps et vous amène à l’Allianz Stadium, à une époque où la Nazionale n’avait encore qu’un seul Euro dans son armoire à trophées.

Changement de cycle pour la Vecchia Signora

À l’aube de la saison 2015-2016, la Juventus est fraîchement auréolée de sa quatrième couronne nationale consécutive et vient d’effleurer son doux rêve de soulever à nouveau la Champions League, rêve brisée par la puissance de feu du FC Barcelone. Massimiliano Allegri, en poste depuis une saison, assiste à la fin d’un cycle entamé quatre ans plus tôt par son prédécesseur, Antonio Conte. Ancien joueur bianconero, ce dernier a remis la Juventus sur le toit de l’Italie. Mais à l’été 2015, au lendemain de cette finale européenne, plusieurs tauliers quittent le navire à l’image d’Andrea Pirlo, Carlos Tevez ou Arturo Vidal. Allegri reçoit la lourde de tâche de continuer à gagner en formant une nouvelle équipe capable de faire briller la Vecchia Signora en Italie et surtout, sur le Vieux Continent.

Le président Agnelli, ambitieux et frustré par ce revers en finale, sort le chéquier pour fournir à son entraîneur les armes pour réussir : Alex Sandro, Cuadrado, Pereyra, Mandzukić, Zaza et surtout Dybala posent leurs valises dans le Piémont. Montant des achats : plus de 110 millions d’euros, sans compter les options et les bonus. En plus de ce mercato qualitatif, Allegri peut compter sur Paul Pogba, la nouvelle star du club, qui revêt le numéro 10 laissé libre par Tevez. Enfin, c’est également un nouveau cycle en terme de marketing, car après plus d’une décennie de partenariat avec Nike (2003-2015), la Juventus s’engage avec l’équipementier allemand Adidas.

Toto contre la BBC

Après quatre Scudetti de suite, la Juventus veut avant tout poursuivre son hégémonie nationale et sa saison débute à domicile. Un duel entre Bianconeri à l’Allianz Stadium, puisque la Vecchia Signora accueille l’Udinese. Les Friulani, 16ème à l’issue de la saison précédente, sortent de leur plus mauvaise saison depuis plus de vingt ans. Stramaccioni a été envoyé aux oubliettes et Stefano Colontuano le remplace. Le mercato est agité dans le sens des départs mais très calme dans le sens inverse. Ainsi, les tifosi ont peu de nouvelles têtes à scruter à la reprise, la plus connue étant celle de Duvan Zapata, prêté par le Napoli. Cependant, l’Udinese peut toujours compter sur l’éternel Toto Di Natale, qui démarre la dernière saison de sa carrière. Aligné en attaque aux côtés du Français Théréau, le Capocannoniere des saisons 2009-2010 et 2010-2011 se présente devant la BBC – Barzagli, Bonucci et Chiellini – qui défend toujours la forteresse Gigi Buffon. Pogba est titulaire dans un milieu inédit avec Padoin et Pereyra alors que l’attaque est animée par Mandzukić et un autre Français, Coman, qui quittera le club quelques jours après la rencontre.

C’est d’ailleurs l’ailier tricolore qui se met le premier en évidence mais sa tentative trop écrasée n’inquiète pas Karnezis. Quelques instants plus tard, le portier des Zebrette se couche à nouveau, devant Pereyra. La Juventus maîtrise son sujet mais manque cruellement d’efficacité à l’image de Padoin ou Mandzukić qui ratent assez largement le cadre. 0-0 à la pause.

Pluie d’été et douche froide

Après la pause, les hommes d’Allegri continuent de mettre le pied sur le ballon. L’Udinese se contente de défendre bas et d’attendre une ouverture pour piquer comme une guêpe. Cependant, c’est bien sur les buts des visiteurs que la menace se fait de plus en plus pesante. Simone Padoin est dans tous les bons coups : par deux fois, il oblige Karnezis à s’employer. Quand ce n’est pas le numéro 20 qui se montre dangereux, ce sont ses coéquipiers, Mandzukić, qui s’emmêle les pinceaux, puis Evra, qui frappe trop axialement. Dybala entre en jeu pour la première fois avec son nouveau club, mais l’Udinese tient bon.

Et à la 78ème minute, Allegri et ses joueurs sont punis. L’Udinese trouve la demi-ouverture qu’elle attendait. Koné centre vers le second poteau où Théréau échappe à la vigilance de Lichsteiner et Pereyra. Plat du pied entre les jambes de Buffon et les Zebrette, sous cette pluie d’été, douchent les tifosi bianconeri. La dernière occasion est même pour l’Udinese mais Buffon s’impose devant Widmer. L’Udinese crée la sensation en s’imposant dans le Piémont et Allegri essuie déjà de fortes critiques dans la presse. Ce revers initial n’est qu’un début puisque la Juventus s’incline quatre fois lors des dix premières journées. Cependant, grâce à une série de treize victoires consécutives, elle s’adjugera un cinquième Scudetto.

Le Genoa peut donc tout à fait créer la surprise aujourd’hui sans remettre en cause les ambitions de Scudetto de l’Inter puisque c’est à la fin du bal que l’on paie les musiciens.

Ben Soffietti

Rédacteur



Derniers articles

Le récap quotidien des actus par email

Calciomio est le seul média français qui traite à 100% l'actualité du foot italien. Renseignez votre email pour recevoir chaque matin un email regroupant les meilleures brèves du Calcio.