CALCIOSTORY : Italie-Belgique Euro 1980

Par Hugo Ledroit publié le 30 Juin 2021
Crédits

L’Italie rencontre la Belgique en 1/4 de finale de l’Euro 2020 vendredi soir prochain à Munich. Un choc et un véritable test pour la Nazionale qui va affronter la meilleure sélection d’Europe. L’occasion pour Calciomio de revenir sur les principales confrontations entre les deux pays dans l’histoire du championnat d’Europe des nations. Aujourd’hui nous allons revenir sur le match entre la Squadra Azzurra et les Diables Rouges qui a eu lieu en 1980 lors de l’Euro en Italie.

L’Europa 1980 en Italie, un tournant dans l’histoire de l’Euro

Cette édition de l’Euro 1980 est un tournant dans l’histoire du championnat d’Europe des nations. En effet cette sixième édition est notamment marquée par l’augmentation du nombre d’équipes en phase finale. De quatre équipes présentes entre 1960 et 1976, l’Euro 1980 comprend désormais huit sélections. Le tournoi change également de formule. Alors qu’auparavant la phase finale de l’Euro débutait directement avec des demi-finales, à partir de l’Euro 1980 les équipes sont réparties en deux poules de quatre. L’UEFA décide alors de suivre le modèle de la Coupe du monde en qualifiant directement les deux vainqueurs des deux groupes pour la finale. Les deuxièmes se disputant la troisième place du tournoi.

La grande nouveauté est également le fait que le pays organisateur soit choisi à l’avance tout en étant qualifié d’office pour la compétition ce qui n’était pas le cas auparavant. C’est donc l’ItaliUne Italie décevantee qui est choisie pour accueillir l’Euro 1980, le premier avec la nouvelle formule. L’Italie retient quatre stades pour la compétition. Le Stadio Olimpico de Rome, le Stadio Communale de Turin, le San Paolo de Naples et le Stadio San Siro de Milan.

La Squadra Azzurra rêve de remporter l’Euro à domicile douze années après le sacre de 1968. L’Italie peut se permettre de croire en cette ambition car elle reste sur une encourageante quatrième place lors du mondial 1978 en Argentine. La Nazionale dispose d’une très belle génération pleine de promesses et d’expériences avec des joueurs comme Zoff, Bettega, Causio, Tardelli, Scirea et Gentile. De plus cette équipe est alors encadrée par le sélectionneur frioulan un certain Enzo Bearzot.

Une Nazionale décevante à l’image du tournoi

Pour cet Euro 1980 l’Italie se retrouve dans le groupe B avec la Belgique, l’Espagne et l’Angleterre. Une poule pas vraiment facile pour la Nazionale en sachant qu’elle doit absolument finir en tête pour prétendre à une place en finale. L’aventure débute le 12 Juin à San Siro contre l’Espagne par un bien triste 0-0. Néanmoins l’Italie se réveille au second match en battant l’Angleterre 1-0 au Stadio Communale de Turin grâce à un but de Marco Tardelli. Malgré une défense de fer, les Azzurri ont du mal à enthousiasmer les tifosi sur le plan offensif.

A l’image de la sélection italienne, l’Europa 1980 est très décevant en terme de spectacle. Il y a très peu de matches intéressants durant cette édition de l’Euro en Italie. Il faut dire qu’à cette époque le tournoi continental n’avait pas une aussi grande réputation que de nos jours. Les Italiens sont peu nombreux à se rendre au stade.

Et pourtant malgré les difficultés italiennes en attaque, la Squadra Azzurra de Bearzot peut encore rêver de finale à domicile au Stadio Olimpico. Pour cela il faut battre la Belgique qui elle aussi peut rêver de disputer la finale, une première pour les Diables Rouges dans la compétition. Les Belges ont exactement le même nombre de points que les Italiens après avoir fait match nul contre l’Angleterre avant de battre l’Espagne. Cet Italie-Belgique se présente comme une sorte de « demi-finale déguisée » pour les deux sélections. Néanmoins l’Italie se doit absolument de gagner car la Belgique a une meilleure attaque avant le coup d’envoi du match.

La Belgique prive l’Italie de finale à domicile

Pour ce match décisif, Enzo Bearzot aligne le onze suivant : Zoff, Gentile, Oriali, Benetti, Collovati, Scirea, Causio, Tardelli, Graziani, Antognoni et Bettega. De son côté le sélectionneur belge, Guy Thys choisi une équipe composée de Pfaff, Gerets, Millecamps, Meeuws, Renquin, Van Moer, Vandereycken, Cools, Mommens, Van Der Elst et de Ceulemans. Cette rencontre se dispute au Stadio Olimpico de Rome devant près de 42 000 tifosi prêts à encourager la Nazionale. 

Le début de match s’annonce compliqué pour l’Italie qui subit de nombreuses occasions belges. Dino Zoff multiplie les parades devant Renquin, Mommens et Vandereycken qui multiplient les occasions côtés belges. La rencontre tourne vraiment mal côté italiens lorsqu’Antognoni est obligé de sortir à la pause après avoir subi un tacle de Vandereycken. Les Belges se replient en défense et subissent des occasions crées par Franco Causio dont les tentatives sont stoppées par Jean-Marie Pfaff. L’arbitrage se montre également en défaveur de la Nazionale. Le défenseur belge Meeuws touche le ballon de la main dans la surface sur une action orchestrée par Graziani et Bettega.

La Squadra Azzurra ne réussit pas à marquer ni à s’opposer et voit les portes de la finale se fermer. Grande déception pour l’Italie qui n’aura réussit à inscrire qu’un seul but lors du premier tour malgré une invincibilité en défense. La Nazionale ne remportera même pas le match pour la troisième place contre la Tchécoslovaquie après s’être fait battre aux tirs au but. Déçue par la prestation de leur équipe, la presse italienne titrera « L’Italie dehors comme son entraineur ». Une anecdote qui fera sourire plus d’un quand on connait la destinée qu’aura deux ans plus tard Enzo Bearzot avec la Squadra Azzurra deux ans plus tard en 1982. De son côté, la Belgique se qualifiera pour la première finale d’Euro de son histoire avant de s’incliner à Rome contre la RFA (2-1).

 

 

Recevez chaque jour les actus du foot italien dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter quotidienne (gratuite)

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Hugo Ledroit



Derniers articles