CALCIOSTORY : Genoa-Sampdoria 2009, le jour où Milito a inscrit un triplé dans le derby della Lanterna

Par Ben Soffietti publié le 03 Mar 2021
Crédits

Depuis 1946 et la fondation de la Sampdoria, la ville de Gènes possède l’un des derbys les plus beaux et bouillants d’Italie, opposant le Genoa à la Sampdoria. Appelé derby della Lanterna, en référence au phare érigé dans la ville au XVIème siècle, cette rencontre, devenue historique, s’est jouée plus de cent fois en match officiel. Avec 40 succès, la Sampdoria a l’avantage dans cette confrontation, mais lors de la saison 2008-2009, le Genoa a remporté les deux parties. Ce double succès est l’oeuvre de Diego Milito, seul joueur dans l’histoire du derby della Lanterna à avoir inscrit un triplé. En ce jour de Genoa-Sampdoria, Calciomio vous transporte au Marassi, la fois où l’Argentin a brillé dans le derby de Gènes.

Sept ans de disette pour le Genoa

Les premiers derbys du XXIème siècle ont lieu en Serie B puisque les deux clubs de Gènes sont successivement descendus dans l’antichambre de l’élite à la fin des années 1990. En 2003, la Sampdoria remporte les trois oppositions face au Genoa (Serie B et Coppa Italia) et remonte en Serie A. Les Rossoblù retrouvent l’élite quatre ans plus tard mais les premiers derbys tournent à l’avantage des Blucerchiati. Ainsi, au début de la saison 2008-2009, Il Grifone attend depuis sept ans une victoire dans le derby della Lanterna. Un succès qui arrivera finalement le 7 décembre 2008, au match aller.

Lors du mercato estival précédent, le président Preziosi a réussi un gros coup en faisant revenir l’attaquant de Saragosse Diego Milito, qui connaît bien le Genoa pour y avoir joué une saison et demie et inscrit 33 buts lorsqu’Il Grifone était encore en Serie B. Pour son premier derby, le buteur argentin marque d’une tête imparable qui permet au Genoa de s’imposer sur la plus petite des marges et de retrouver sa position hégémonique dans la ville. Toutefois, Milito attendra le match retour pour briller pleinement.

Une affiche déséquilibrée

Le match retour a lieu le 3 mai. La saison est à son crépuscule et le Genoa joue les premiers rôles en championnat. Grâce aux seize buts de Milito, Il Grifone est cinquième de Serie A, à seulement un point de la Fiorentina, et donc, d’une place pour le tour préliminaire de la Champions League, une compétition que n’a jamais connu le Genoa. Le Milan AC, la Roma, le Napoli, la Juventus sont tous venus s’incliner au Luigi Ferraris. Logiquement, les Rossoblù sont donc confiants lorsqu’ils accueillent le rival doriano qui végète à une triste treizième place. Mais la bande à Mazzarri se verrait bien empêcher le rival de rejoindre l’Europe, ce qui constituerait un petit lot de consolation dans une saison bien morose. Surtout que les Blucerchiati possèdent déjà un duo qui affolera l’Italie la saison suivante, Pazzini-Cassano. En face, Gasperini a aussi une équipe de qualité avec Thiago Motta, Sculli, Criscito et bien sur Milito.

L’enceinte est presque comble avec plus de 32 000 tifosi présents. Ces derniers ont dressé de magnifiques tifos dans les deux curve et l’ambiance est électrique. Pas impressionnée, la Samp allume les premières mèches, mais aucune n’inquiète réellement Rubinho. Si les Doriani sont imprécis, ce n’est pas le cas de Milito qui oblige Castelazzi à se détendre sur sa droite, dès sa première tentative. Sur le corner suivant, Biava prolonge le cuir qui prend la direction du but. Milito surgit et le pousse au fond des filets. Le Genoa vire en tête. Mais les sueurs de Castelazzi ne sont pas terminées : Criscito puis Motta sont proches du break. Asphyxiés depuis une vingtaine de minutes, la Samp sort la tête de l’eau et égalise contre le cours du jeu. Opportuniste, le défenseur Campagnaro, inhabituellement aux avants-postes, hérite du ballon suite à un tir contré. Comme un attaquant, il égalise.

Le récital de Milito

La seconde période démarre comme la première avec une Sampdoria incisive qui passe tout près de prendre l’avantage. Rubinho est tout heureux de voir la reprise de Sammarco passer au dessus de sa cage. Mais c’est finalement le Genoa qui embrase le Marassi. Milito traîne dans la surface adverse et il voit le ballon lui arriver dans les pieds, suite à une relance peu inspirée et contrée. Du pied gauche, il ne tremble pas et redonne l’avantage au Grifone.

Alors que les minutes filent, les esprits s’échauffent. Suite à un accrochage dans la surface du Genoa, Pazzini et Ferrari se bousculent et provoquent un attroupement. Le défenseur est exclu. Mais ce n’est pas le seul à rentrer aux vestiaires prématurément, car il est rejoint par  Thiago Motta et Campagnaro, auteur de mauvais gestes. À l’entrée du temps additionnel, les hommes de Mazzarri, en supériorité numérique, partent à l’abordage. Le Genoa récupère et Palladino amorce un contre express alors qu’il n’y a plus aucun défenseur adverse. Devant la sortie de Castelazzi, il offre à Milito le troisième but !

Victoire du Genoa dans un des plus bouillants derbys della Lanterna. Et pour la première fois depuis la saison 1964-1965, les Rossoblù remportent les deux derbys de la saison. Milito, seul joueur de l’histoire à avoir réalisé un triplé dans cette affiche, conquiert le coeur des tifosi mais les laisse orphelins trois semaines plus tard lorsqu’il rejoint l’Inter, club avec lequel il réalisera le triplé historique de 2010, inscrivant les deux buts nerazzurri en finale.

Recevez chaque jour les actus du foot italien dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter quotidienne (gratuite)

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Ben Soffietti

Rédacteur



Derniers articles