CALCIOSTORY : En 1990, l’Inter et Vienne s’affrontaient

Par Frédéric Marjary publié le 14 Fév 2019

Ce soir, l’Inter se déplace en Autriche et y affronte le Rapid Vienne pour le compte des seizièmes de finale de l’Europa League. Un adversaire à ne pas sous-estimer mais qui rappelle surtout de bons souvenirs aux tifosi nerazzurri puisque les deux équipes s’étaient déjà affrontées lors de l’édition 1990-1991, saison où l’Inter glane sa première Coupe UEFA de son histoire. Calciomio vous emmène quasiment 20 ans en arrière et vous fait découvrir cette double confrontation, prémices du triomphe européen milanais.

La valse de Vienne

Le Rapid Vienne accueille l’Inter le 18 septembre 1990 en terre autrichienne. A cette époque, la coupe UEFA ne comporte pas de phase de groupes mais seulement une phase à élimination directe, qui débute à partir des 32ème de finale. C’est donc lors du premier tour que ces deux clubs s’affrontent. Les hommes de Giovanni Trapattoni prennent l’avantage dès la 5ème minute du match. Lothar Matthäus récupère le ballon dans la moitié de terrain adverse, accélère, parvient à contourner la défense viennoise et trompe le gardien Michael Konsel d’une lourde frappe. Malheureusement, l’Allemand ressent des problèmes musculaires et doit sortir à la 23ème minute. Une sortie qui va se ressentir au sein de l’escouade lombarde. Les joueurs du Rapid Vienne, entraînés par la vieille gloire du football autrichien Hans Krankl, vont revenir peu après le début de la seconde période en égalisant par l’intermédiaire de Heimo Pfeifenberg. L’attaquant reprend un centre à seulement quelques mètres de la cage de Walter Zenga, trop court. A la 71ème minute, l’équipe autrichienne prend l’avantage. Christian Keglevits catapulte le ballon de la tête au fond des filets suite à un corner. Le stade Gerhard Hannapi qui accueille ce soir là 15 500 spectateurs chavire. Les Nerazzurri auront une dernière occasion de recoller au score mais Andreas Brehme verra son penalty stoppé par le gardien adverse, auteur d’une incroyable prestation.

Au bout du suspense…

Le terrain de San Siro étant dans un piteux état après la Coupe du Monde et Bergame ayant refusé l’autorisation de jouer au Comunale, le match retour se joue le 2 octobre au stade Marcantonio Bentegodi de Vérone. Les joueurs lombards poussent durant la première mi-temps mais rejoignent les vestiaires sur le score de 0 à 0. A leur retour, le Rapid Vienne continue de subir la pression interiste mais se montre dangereux en situation de contre. Il faut attendre la 67ème minute pour voir Berti ouvrir la marque grâce à une frappe puissante à l’entrée de surface de réparation. Le milieu italien récidive à la 84ème minute, du plat du pied, suite à une passe d’Aldo Serena. L’Inter pense alors avoir fait le plus dur mais Franz Weber réduit l’écart peu avant le temps additionnel. La défense nerazzurra, sans doute encore euphorique du deuxième but, oublie complètement l’attaquant autrichien qui glisse un subtil ballon au fond des filets. C’est donc lors des prolongations que se jouera la qualification. 101ème minute, Alessandro Bianchi s’infiltre dans la défense adverse et distille un amour de ballon à Jürgen Klinsmann. L’Allemand ajuste le gardien du pied droit et permet à l’Inter de gagner la rencontre 3-1. Cette victoire, obtenue grâce au caractère, sera la première de la formidable épopée de la Beneamata en Coupe UEFA 1990-1991, qu’elle remportera quelques mois plus tard.

Frédéric Marjary



Lire aussi