CALCIOSTORY – derby 2012 : Quand l’Inter privait le Milan AC du Scudetto sur le fil

Par Yacine Ouali publié le 21 Fév 2021
Crédits

Cet après-midi, l’Inter et le Milan AC vont s’affronter dans un derby ayant pour enjeu le Scudetto pour la première fois depuis des lustres. L’un des derniers matches dans ce cas est le fameux derby du 6 mai 2012, quand les Nerazzurri ont privé les Rossoneri du titre sur le fil, permettant par ricochet à la Juventus de l’empocher. Calciomio vous emmène au cœur de cette rencontre historique.

Une course au titre dans laquelle l’Inter n’a rien à faire

À la 36ème journée de la saison 2011-2012 de Serie A, l’Inter n’a rien à faire dans la course au Scudetto. Déjà sur le déclin, le club est à peine à 55 points (il en a déjà 50 avec 13 matches en moins cette année) et ne se bat que pour la troisième place. Loin devant, le Milan AC et la Juventus se livrent une bataille féroce pour le titre. Victorieux de l’Atalanta, les Rossoneri fondent sur des Bianconeri qui ont concédé un bête match nul contre Lecce et n’ont plus qu’un point d’avance (78 contre 77).

Ainsi, quand l’Inter « reçoit » le Milan AC le 6 mai 2012, l’équation est simple : les hommes d’Allegri doivent absolument gagner, tout en espérant que la Juventus, qui joue en même temps, ne s’impose pas contre Cagliari.

Un feu d’artifice d’occasions et une orgie de jeu

À 19h35 le 6 mai 2012, les tifosi de l’Inter et du Milan AC préparent leurs banderoles. Dans 10 minutes, un immense match va commencer. Si le Milan AC gagne, le club pourra passer à 19 titres de champion, un de plus que son rival. Si l’Inter gagne, les Rossoneri seront privés de Scudetto, quitte à le donner à l’autre adversaire de toujours qu’est la Juventus.

Ces enjeux en tête, les 22 acteurs pénètrent dans un San Siro en fusion avec un seul objectif : marquer. Dès le début du match, Diego Milito teste Abbiati, tandis qu’Ibrahimovic rate déjà l’immanquable sur un centre de Robinho. À la 14ème minute, tout s’accélère. Sur un coup franc en apparence anodin de Sneijder depuis le milieu, la défense du Milan AC se disloque et laisse Samuel remiser à Milito, qui a tout le temps du monde pour ajuster Abbiati à bout portant. 1-0 pour l’Inter. Dans le même temps, la Juventus mène aussi 1-0 grâce à Vucinic, et le Milan AC est donc bien mal embarqué.

Quelques minutes plus tard, des Nerazzurri portés par une folle curva se mettent à pilonner le but rossonero. Cambiasso croit marquer de la tête sur corner, mais Abbiati la sort sur la ligne. C’est le temps d’une petite polémique, qui rappelle non sans humour celle du but fantôme de Muntari contre la Juventus. Puis, après une superbe occasion ratée cette fois par Sneijder, le Milan AC décide de se réveiller. Sur une belle pénétration dans la surface, Boateng tombe à la suite d’un contact avec Julio César et l’arbitre siffle un pénalty litigieux qu’Ibrahimovic prend plaisir à transformer. 1-1 à la mi-temps, puis 2-1 dès le retour des vestiaires sur un magnifique doublé de Zlatan, qui s’emmène le ballon devant un Maicon médusé pour crucifier (pense-t-on) l’Inter.

Le dernier baroud d’honneur du génial Milito

En général, l’adage veut que les grands matches appartiennent aux grands joueurs. Alors quand Milito voit Ibrahimovic le dépasser avec un doublé, il se dit qu’il faut remettre l’église au centre du village. Ce sera chose faite quelques instants plus tard. Après un joli tir de 50 mètres de Sneijder qui fait plus qu’inquiéter Amelia (qui a remplacé Abbiati), l’attaquant argentin héros du triplete se fait faucher par Abbate dans la surface. La sentence est rapidement convertie : 2-2, doublé de Milito comme d’Ibrahimovic. À Cagliari, la Juventus qui mène toujours 1-0 ne laisse plus le choix au Milan AC. Il faut marquer !

Mais en ce 6 mai 2012, les dieux du football étaient à Cagliari et pour l’Inter. Tandis que les Rossoneri poussent et que Muntari passe à deux doigts de prolonger une tête d’Ibrahimovic dans le but, les Nerazzurri font le dos rond et attendent leur heure. Celle-ci viendra à la 79ème minute, avec un nouveau pénalty provoqué par une main du malheureux Nesta. Aux 11 mètres, Milito s’apprête à changer le destin de la saison de Serie A. Alors que dans les travées le mot circule que la Juventus mène désormais 2-0 et que donc sa victoire est assurée, les tifosi rossoneri prient : un raté de Milito et l’espoir subsiste.

Ce sera malheureusement tout l’inverse qui se produira. Milito transforme son deuxième pénalty en force et s’en va célébrer avec fougue comme à la grande époque. À ce moment précis, le Milan AC a 4 points de retard sur la Juventus et se prend la tête à deux mains. L’heure n’est plus aux calculs : il y a 3-2 et dix minutes pour revenir.

Aucune occasion franche ne viendra cependant faire frémir les Rossoneri. C’est même le contraire qui arrive. À la 87ème minute, Maicon se lance dans une chevauchée sur son côté qui rappelle ses plus belles années. Pas attaqué par De Sciglio, il décoche une frappe incroyable du coin de la surface qui part se loger dans la lucarne d’un Amelia médusé.

À la fin du match, la sentence est ainsi terrible pour le Milan AC : la défaite 4-2 donne définitivement le Scudetto à la Juventus et sonne la fin d’une époque. Si le match de cet après-midi est moins crucial car plus tôt dans la saison, il n’en reste pas moins important. Au Milan AC de le gagner et d’exorciser une fois pour toutes ses démons du passé.



Yacine Ouali



Derniers articles

Le récap quotidien des actus par email

Calciomio est le seul média français qui traite à 100% l'actualité du foot italien. Renseignez votre email pour recevoir chaque matin un email regroupant les meilleures brèves du Calcio.