CALCIOSTORY : Cristiano Doni et l’Atalanta, l’histoire d’amour qui finit mal

Par Nicolas Segura publié le 19 Mai 2020

Venant pourtant du club rival, Brescia, Cristiano Doni est devenu l’un des joueurs emblématiques du club bergamasque. Meilleur buteur de l’histoire de l’Atalanta avec 112 buts inscrits, il aura marqué le début du siècle du côté de la Lombardie. Deux passages pour dix années passées au total sous le maillot nerazzurro ; Cristiano Doni est un véritable symbole, jusqu’à cette affaire de matchs truqués. Il sera obligé de mettre un terme à sa carrière lors de la saison 2011-2012.

Un premier passage glorieux

En 1998, un transfert étrange a lieu entre les voisins ennemis, Brescia et l’Atalanta. Cristiano Doni arrive à Bergame après une aventure mitigée à Brescia (8 buts en 52 matchs). La Dea, alors en Serie B, va devenir son club de cœur. C’est un attaquant polyvalent. Dès sa première saison, il inscrit 8 buts. Lors de la saison 1999-2000, Giovanni Vavassori, le nouvel entraîneur, le place sur l’aile gauche dans un 4-4-2. Pari réussi : Doni inscrit 14 buts et permet à l’Atalanta de revenir dans l’élite. Plus tard, il dira : « Vavassori m’a tout de suite compris et il m’a surpris. » Le retour de l’Atalanta dans l’élite se conclut par un maintien et une place honorable (7ème). Il entre très vite dans le cœur des supporters grâce à sa volonté de gagner et son talent certain.

Cristiano Doni explose lors de la saison 2001-2002. Il inscrit 16 buts, ce qui lui permet de participer à la Coupe du Monde 2002 avec la Nazionale. Sa dernière saison est moins réussie, à cause d’une blessure. Comme un symbole, l’Atalanta est rétrogradée dans l’antichambre du calcio. Après la relégation, Cristiano Doni s’en va, à contrecoeur à la Sampdoria. L’international italien reste deux années à Gênes. Son aventure là-bas sera marquée par de multiples blessures.

Parmi les plus grands du club

Après une pige à Majorque, Doni revient à Bergame en 2006. L’Atalanta est de nouveau dans l’élite avec un titre de Serie B conquis la saison dernière. Il justifie son retour avec un style bien à lui : « Je suis arrivé à la conclusion que, pour moi, ce maillot [de l’Atalanta] est vraiment spécial, presque magique. On peut en plaisantant le comparer au costume qui transforme Clark Kent en Superman. » Le phénix armé du brassard de capitaine renaît de ses cendres. Malgré ses nombreuses blessures, Doni réussit à marquer 13 buts lors de sa première saison. Il joue alors en position de deuxième attaquant.

Le 4 mai 2008, lors du match contre Livorno, l’attaquant âgé de 35 ans devient le joueur qui a inscrit le plus de buts avec l’Atalanta en Serie A (58 réalisations). Il efface par la même occasion un record datant de 50 ans à l’époque (Adriano Bassetto et ses 57 buts). Le 4 décembre de la même année, preuve d’un amour réciproque, il devient citoyen d’honneur de Bergame. Pour la première fois, ce titre est remis à un joueur de football en activité. Doni a dès lors toutes les caractéristiques pour devenir une bandiera. En 2010, il dépasse le cap des cent buts avec la Dea.

Une sale affaire de matchs arrangés…

Finalement, sa carrière s’arrête brutalement, de la plus mauvaise des manières. Cristiano Doni est impliqué dans la célèbre affaire du « Calcioscommesse » qui éclate à l’été 2011. L’idole Bergamasque est reconnue coupable d’avoir truqué les matchs Ascoli-Atalanta et Atalanta-Plaisance lors de la saison 2010-2011. À la suite de cela, son club de cœur subit une pénalité de six points, sans conséquence pour le maintien. Quant à Doni, il sera condamné à trois ans de suspension. Pour un joueur de 38 ans, la retraite est inévitable. Il avoue en janvier 2012 avoir voulu aider l’Atalanta à tout prix : « Les erreurs que j’ai commises c’était pour faire remonter l’Atalanta en Serie A. Cela tournait à obsession. J’aurais pu faire n’importe quoi. C’est ce que j’ai fait d’ailleurs : n’importe quoi. »

Il passe de l’homme le plus aimé de Bergame à celui le plus haï. Dans une banderole, les tifosi écrivent « Nous sommes et nous serons toujours en faveur d’un football propre. Doni et nous, c’est fini ! », « Aucune pitié pour celui qui trompe ». Le club fait part de sa déception et de son amertume dans un communiqué, soulignant qu’il était « convaincu de l’innocence » de Doni. Dans une interview en 2018 donnée au Libero Quotidiano, l’ancienne star de la Dea assure que les tifosi aujourd’hui retiennent le positif : « Quand ils viennent me voir, ils m’appellent  »capitaine. » Selon eux, l’Atalanta lutterait pour le titre si j’étais encore dans l’équipe ! » S’il est regrettable de terminer sa carrière ainsi, Doni aura tout de même marqué le club avec 323 matchs et 112 buts à son compteur sous le maillot noir et bleu…

Nicolas Segura



Lire aussi