CALCIOSTORY : Quand la Juventus éliminait l’Inter en route pour le premier titre de Platini

Par Yacine Ouali publié le 09 Fév 2021
Crédits

Ce soir, la Juventus reçoit l’Inter pour le 33ème derby d’Italie en Coppa. Après sa victoire 2-1, la Vieille Dame pourrait largement se contenter d’un match nul pour passer en finale. C’est exactement la même situation qui s’est présentée en 1983, quand les deux clubs se sont aussi affrontés en demies, pour une qualification turinoise (2-1 à l’aller, 0-0 au retour). Calciomio vous emmène au cœur de cette double confrontation, dont le résultat serait la première finale de Platini avec la Juventus.

La demie de la dernière chance

À la fin de la saison 1982-1983, la Juventus et l’Inter ont des fortunes différentes mais un bilan similaire : pas de titre. En Serie A, les rivaux de toujours sont impuissants face à la folle épopée de l’AS Roma. En Europe, alors que la Juventus perd une nouvelle finale de Coupe d’Europe des clubs champions contre Hambourg, l’Inter se fait éliminer en quarts de la Coupe des coupes par le Real Madrid.

Particularité du calcio de l’époque, les quarts de la Coppa se jouent en juin 1983, alors que les autres compétitions sont déjà terminées. Tandis que les Bianconeri éliminent confortablement une AS Roma à la tête encore au Scudetto, les Nerazzurri se défont à l’arrachée de Pisa. Le rendez-vous est pris pour les demies les 11 et 15 juin 1983, avec en ligne de mire un même objectif : tout donner pour aller en finale de la Coppa et sauver la saison.

À l’aller, la Juventus domine une Inter accrocheuse

Le 11 juin 1983 à 20h30, turinois et milanais pénètrent dans l’antre du Stadio Comunale de Turin pour le match aller de la demi-finale de Coppa. Sur le terrain, les deux entraîneurs Trapattoni et Marchesi n’ont pas blagué : Gentile, Cabrini, Tardelli, Rossi, Platini et Boniek sont entre autres alignés côté Juventus, et l’Inter répond avec notamment Bergomi, Marini, Muller et Altobelli. Cette rencontre a clairement des odeurs de finale avant l’heure.

Au début du match, tout va très vite. Les turinois alertent pour la première fois Zenga à la deuxième minute après un mauvais dégagement de l’Inter. À la 5ème minute, les nerazzurri récupèrent le ballon en défense et lancent un contre. À 35 mètres de leur but, les hommes de Marchesi perdent le ballon et la Juventus ne se fait pas prier. En deux temps trois mouvements, les bianconeri trouvent une position de tir. La frappe, puissante, est touchée par Giuseppe Baresi (le grand frère de Franco) et trompe un Zenga impuissant.

Trois minutes plus tard, les vagues turinoises ont à nouveau raison d’une défense interiste bien apathique. Sur la droite, Claudio Gentile combine avec Paolo Rossi et adresse un centre au cordeau entre Zenga et le point de pénalty. C’est le jeune Galderisi qui reprend le ballon et le glisse dans le but, donnant à ses coéquipiers une avance de deux buts.

Dans la Domenica Sportiva (célèbre émission sportive italienne) du lendemain, les commentateurs s’étonnent qu’au bout du match, la Juventus n’ait gagné que 2-1, citant la « domination écrasante » des turinois pendant 60 minutes. Mais l’Inter n’est pas la plus grande rivale de la Juventus pour rien. Après l’heure de jeu, les nerazzurri se font révolte et réduisent l’écart sur une tête rageuse de Bini. À ce moment-là, les commentateurs se disent que le résultat n’est pas cher payé. Leur analyse prend plus de forme à la fin, quand Rossi s’écroule dans la surface. Son pénalty sera toutefois repoussé par Zenga, qui se fait un nom en Italie et garde les espoirs de l’Inter intacts pour le retour.

Un retour sans histoires et Platini file vers son premier titre

Le 15 juin 1983, la Juventus se rend au Meazza pour défendre son maigre avantage. Dans un stade bruyant, l’Inter ne réussit pas à trouver la clé du verrou turinois, jalousement gardé par Gentile et Cabrini.

Sur le terrain, la tactique mise en place par Trapattoni est claire : se qualifier en jouant « à l’ancienne », c’est à dire en fermant le jeu et en attendant l’erreur de l’adversaire. Comment lui en vouloir, après deux titres en Serie A et en Europe perdus sur le fil. En face, l’Inter contrôle confortablement Platini et Boniek, et en profite pour se ruer à l’attaque. Un but et la qualification est dans la poche.

Malgré tous leurs efforts, Altobelli et ses coéquipiers ne réussissent pas à trouver l’ouverture. C’est un match frustrant pour l’Inter, qui abandonne une chance de titre à son éternel ennemi. Quelques jours plus tard, la Juventus remporte la Coppa 1983 au bout d’une finale folle : battue 2-0 à l’aller par une équipe de l’Hellas qui gagnera un titre encore plus grand deux ans plus tard, la Vieille Dame retourne la vapeur au retour en s’imposant 3-0, 2-0 au temps réglementaire et le but du titre de Platini à la 119ème minute. Cette Coppa est le début d’une magnifique histoire entre le Français et la Juventus. Du côté de l’Inter, c’est le début d’une longue traversée du désert en Coppa, la prochaine finale du club étant disputée en 2000.

Ainsi, ce soir, la Juventus et l’Inter joueront un énième épisode de leur rivalité éternelle. Au vu des performances du Milan AC en Serie A et de l’incertitude européenne, qui sait si ce match ne sera pas le seul tremplin vers un titre pour les deux clubs cette saison, comme en 1982-1983 ? Malheur au perdant… Mais en attendant, bon match à tous !

Yacine Ouali



Derniers articles

Le récap quotidien des actus par email

Calciomio est le seul média français qui traite à 100% l'actualité du foot italien. Renseignez votre email pour recevoir chaque matin un email regroupant les meilleures brèves du Calcio.