Cagliari sanctionnera-t-il Pavoletti après sa nouvelle blessure?

Par Sébastien Madau publié le 12 Fév 2020

Retour à la case départ pour l’avant-centre de Cagliari Leonardo Pavoletti. Victime d’une rupture des ligaments croisés du genou gauche en août dernier lors de la première journée de championnat (défaite à domicile 1-0 face à Brescia), on a appris hier dans un communiqué du club que le même genou avait été frappé par la même blessure. Le buteur est arrivé ce mardi à Innsbruck en Autriche à la clinique Hochrum pour y rencontrer les équipes médicales et statuer éventuellement d’une nouvelle opération. Evidemment, la saison est terminée pour le joueur de 31 ans alors que l’arrêt tournerait autour de 5 mois.

Coup dur tout d’abord pour le joueur qui, depuis son compte Instagram, déclare : « Le destin est cruel, parfois. Alors que mon retour sur le terrain semblait proche, me voilà au contraire à nouveau en train d’annoncer un arrêt. J’ai du mal à sourire et trouver les mots mais il est déjà temps de trouver la force pour reprendre le chemin. Et oui, je tiens à remercier tout le monde. De tout mon cœur. Leo ». Il y a quelques jours à peine, il affirmait lors de la foire de Cagliari : « Le genou fonctionne désormais : un petit mois, peut-être un mois et demi, puis je devrais revenir avec l’équipe. Je suis fier de pouvoir revenir, je vois le bout du tunnel ». Avant que…

Une glissade après un repas entre co-équipiers

Rapidement, les messages de soutien n’ont pas tardé à sortir sur les réseaux sociaux. De la part de joueurs (Naingollan, Zaniolo, Mertens, etc.) ou carrément de clubs (Inter, Genoa, etc). Un ton empathique qui dénote quelque peu du très laconique communiqué officiel du club sarde. « Le club Cagliari Calcio communique que suite à des examens cliniques effectués ce jour auprès du centre Korian, le joueur Leonardo Pavoletti a présenté une lésion au ligament croisé antérieur du genou gauche déjà précédemment soumis à une intervention chirurgicale pour une lésion analogue ». Point. Pas même le très diplomatique et habituel « le club tient à apporter au joueur tout son soutien dans cette dure épreuve ». Rien.

Visiblement, le Cagliari Calcio, outre les conséquences sportives évidentes, chercherait à connaître les circonstances exactes dans lesquelles la nouvelle blessure s’est produite. Le club serait prêt à, y compris, envisager des sanctions disciplinaires à l’encontre du joueur. L’accident serait intervenu jeudi soir lors d’un dîner entre co-équipiers et non pas dans un cadre sportif.

Le club prêt à sévir

Selon le quotidien régional L’Unione sarda, la soirée se serait ensuite poursuivie dans un bar connu pour être fréquenté par les joueurs sardes. Leonardo Pavoletti aurait vraisemblablement glissé et aurait forcé sur son genou blessé en tentant d’éviter la chute. Des rumeurs vont même jusqu’à parler d’une échauffourée avec son coéquipier Valter Birsa. Pavoletti serait rentré chez lui en voiture et aurait informé son club le vendredi matin d’une douleur persistante. Le secret a été bien gardé tout le week-end certainement afin de ne pas perturber l’équipe en déplacement à Gênes (défaite 1-0 dimanche contre le Genoa). Jusqu’à l’annonce de lundi.

La volonté du club de clarifier les circonstances de l’accident tend notamment au fait qu’il continue à payer le joueur auteur de 29 buts en 69 matchs sous les couleurs rossoblù. Une chose on ne peut plus normale vu qu’un contrat lie les deux parties jusqu’en 2022, y compris en période de blessure. Mais on comprend également que le club -qui a énormément investi sur le joueur (acheté 11 millions à l’été 2017 pour un salaire de 1,8 million par saison)- exige en retour de lui de la discipline et verrait d’un mauvais œil qu’il multiplie les sorties et loisirs en pleine phase de remise en forme. La sanction du club pourrait également venir du fait qu’il ait attendu le lendemain des faits pour alerter son staff médical.

En pleine spirale négative en Serie A (5 défaites et 3 nuls lors des 8 derniers matchs), Cagliari se serait bien passé d’un nouveau coup dur de la sorte.

Sébastien Madau



Lire aussi