Cagliari : les 1001 chantiers de Di Francesco

Par Sébastien Madau publié le 19 Sep 2020

Cagliari se rend ce dimanche en Emilie-Romagne pour y affronter Sassuolo pour le compte de la 1ère journée de Serie A. Nul doute que les Sardes auront à cœur de réaliser un aussi bon début de saison que l’année dernière qui les avait vus flirter avec les sommets du classement (4e), avant de sombrer à partir de janvier. Pour capitaliser sur cette première partie de saison et faire oublier la deuxième, le président Tommaso Giulini a décidé de tourner la courte page « Walter Zenga » et de confier les clés de l’équipe à Eusebio Di Francesco.

Di Francesco et la culture du 4-3-3

Après deux expériences avortées à l’AS Roma et la Sampdoria, « Di Fra » est lui aussi en quête de rachat. Revendiquant un profil de poste s’apparentant à celui de manager, il a souhaité être partie prenante du recrutement sportif en capacité de mettre en œuvre son schéma de prédilection, le 4-3-3. Le premier de ses chantiers a été celui de la conformation des éléments forts de l’effectif. Malgré les sollicitations (Monaco, Nantes, Torino, etc.) Joao Pedro, meilleur buteur du club la saison dernière (18 buts), est toujours présent. Il pourra vraisemblablement reformer le duo d’attaque avec Giovanni Simeone qui avait fait trembler les filets à 30 reprises. Le système de jeu privilégié par Di Francesco offre une place à un troisième attaquant. La logique voudrait qu’elle revienne à Leonardo Pavoletti. Auteur de 27 buts en deux saisons en Sardaigne, « Pavogol » reste toutefois sur une saison 2019-2020 tragique avec deux ruptures des ligaments croisés. Résultat : des doutes sur sa capacité à revenir à son meilleur niveau et des bruits de transfert. Le Genoa de son ancien entraîneur Rolando Maran a déjà fait part de son intérêt. Mais les départs actés ou en bonne voie de joueurs à vocation offensive tels Walter Birsa, Diego Farias, Alberto Cerri ou Kiril Despodov, pour deux arrivées (le jeune angolais Zito Luvumba et Riccardo Sottil en prêt) laissent à penser que le club compte encore sur Pavoletti, qui a accepté il y a quelques mois une réduction de salaire.

Joao Pedro et Nandez restent, Nainggolan part

Autre équation à résoudre : la défense. Depuis plusieurs saisons, Cagliari pêche dans ce secteur. Du coup, Ragnar Klavan, Fabio Pisacane, Charálampos Lykogiánnis et y compris le capitaine Luca Ceppitelli se retrouvent sur la sellette. Seul le jeune défenseur central polonais Sebastian Walukiewicz (20 ans) semble faire totalement partie des plans de Di Francesco. Il n’en demeure pas moins que, malgré les intentions, le club n’a pas abouti sur grand nombre de dossiers. Après le défenseur de la Roma Federico Fazio, c’est celui de l’Inter Diego Godin qui est le plus convoité. Mais rien n’est encore officialisé. Dans ces conditions, difficile de mettre en place un système pérenne à deux jours de la reprise officielle. Le recrutement d’Alessandro Tripaldelli (21 ans) est plus un pari sur l’avenir qu’autre chose. Devant autant d’incertitudes dans l’arrière-garde, la confirmation dans les buts d’Alessio Cragno s’avère être la bonne nouvelle de ce mercato estival.
En revanche, il en est un dont le départ va peser dans la qualité de l’effectif : Radja Nainggolan. La venue en prêt la saison dernière avait été la grande (et belle) surprise de la saison. Le joueur, pour son retour sur l’île, avait été à la hauteur des attentes à son égard (6 buts et autant de passes décisives). Malheureusement, son club de cœur n’est plus en mesure de le conserver. La départ du « Ninja » laissera un grand vide. Ainsi, de grandes responsabilités vont tomber sur les épaules de quelques éléments de l’entre-jeu : Marko Rog et surtout Nahitan Nandez. Le Croate s’est montré un élément de poids la saison dernière, notamment au retour du confinement. Quant à l’Uruguayen, sa clause (35 millions) n’ayant été rachetée par aucun club à l’inter-saison, il sera bel et bien un élément fort du groupe rossoblù. Il a les cartes en main pour prendre l’équipe à bras le corps et contribuer à lui faire faire le saut qualitatif tant attendus par les tifosi. Premiers éléments de réponse dès dimanche.

Sébastien Madau



Lire aussi