Cagliari : Cigarini mis au placard par Zenga

Par Sébastien Madau publié le 22 Juil 2020

20 juin dernier, 70e minute. Cagliari en supériorité numérique pousse pour égaliser face au Hellas. C’est alors que son milieu Luca Cigarini commet une énième faute et se fait renvoyer au vestiaire. « Cigarini a été expulsé alors que nous étions sur le point de le remplacer. Nous voulions le sortir car il avait déjà pris un jaune » peste son entraîneur Wakter Zenga. Ce soir-là, les Sardes perdent trois points (2-1) et l’espoir de recoller au classement pour ce retour à la compétition après le confinement. Cigarini perd beaucoup plus : depuis lors il est placardisé par son entraîneur Walter Zenga. Un mois plus tard, la situation est toujours dans l’impasse.

Le 27 juin, Cigarini (32 ans) jouait bien une demi-heure face au Torino (victoire 4-2). Depuis, plus rien : quatre matchs sur le banc et deux dans les tribunes. A l’issue du match contre Sassuolo dimanche dernier (1-1), le président de Cagliari Tommaso Giulini a tenté de jouer les médiateurs. En vain.

Que s’est-t-il passé entre Cigarini et Zenga ? Comment expliquer une telle mise au ban alors que le club l’a prolongé du 30 juin au 30 août tandis qu’il laissait partir, sans réaction, les Olsen et autre Cacciatore ?

Zenga : « Les choix, c’est moi ! »

Walter Zenga ne s’étend pas sur le sujet. « Ce qui se passe dans le vestiaire, doit rester dans le vestiaire ». On parle d’un vif échange entre les deux hommes suite aux quatre matchs consécutifs sur le banc. « Cigarini fait partie du club de Cagliari, mais c’est moi qui fais les choix. Et actuellement je préfère d’autres solutions » rétorque Zenga quand on l’interroge sur le sujet. « J’aime Birsa, beaucoup me plaisent, Luca est un joueur expérimenté qui peut être en capacité de nous être utile à nouveau ».

Luca Cigarini ne s’étend pas pour le moment sur sa situation personnelle, histoire de ne pas compliquer la situation sportive délicate de son équipe (11e). « Luca a accepté de rester à Cagliari par amour de la ville et de l’équipe » a toutefois confié son agent Giovanni Bia. « Le club ne lui a pas dit un mot sur son avenir. Cela ne me semble pas une situation normale. Cigarini se sent chez lui à Cagliari, dans le vestiaire, il est respecté de tous et il a un excellent rapport avec ses coéquipiers. Pour lui, ces aspects comptent plus que tout. Dommage qu’il ait fallu attendre 22h la veille de l’échéance de son contrat pour trouver un terrain d’entente (prolongation de deux mois, ndr). Mais qui n’est pas un accord en soi. Je ne pense pas qu’il mérite un tel traitement après tout ce qu’il a donné ces dernières saisons ».

« Ciga », un grand frère dans le vestiaire

Au final, tout le monde semble y perdre. Le joueur qui se morfond en tribune et l’équipe qui manque de caractère et de motivation depuis des semaines. A fortiori en l’absence longue durée pour blessure de Nainggolan. Sans parler de son rôle de regista que ni Birsa, ni Pereiro ne peuvent assumer. En tous cas, « Ciga » se considère toujours membre de cette équipe. Pour preuve : à la mi-temps du match contre Sassuolo, il est descendu de la tribune pour s’entretenir avec le jeune Riccardo Ladinetti (19 ans) qui était sur le point de jouer son premier match pro, pour lui prodiguer quelques conseils de grand frère.

« La balle est dans le camp du club » résume le joueur. « Ici, les conditions sont réunies pour continuer à progresser. Cagliari est un bel environnement, prêt à faire quelque chose de grand dans le futur. J’aimerais en être. Mais il y a plusieurs choses à prendre en compte ».

Pour l’heure, donc, il est peu probable que Luca Cigarini fasse la reprise en Sardaigne à partir du 1er septembre prochain. A moins que… Walter Zenga, celui qui est à l’origine de son exclusion, ne soit pas confirmé sur le banc sarde. Toutes les cartes seraient alors rebattues. Et Cigarini serait à considérer comme un point de référence de l’effectif. Tout va tellement très vite en football. Surtout en coulisses.

Sébastien Madau



Lire aussi