Bologna, le projet avance doucement

Par Jérémie Panizzoli publié le 04 Déc 2016
Crédits

Bologna

Seul maître à bord depuis maintenant treize mois, Joey Saputo a déjà posé sa griffe sur Bologne. Nomination de Di Vaio au chevet de l’équipe, et départ de Corvino, comme directeur sportif afin de structurer rapidement le club. Avec un objectif sur 10 ans pour devenir champion d’Italie et une volonté de travailler vite et bien, où en est le projet bolognais?

Un été 2016 contrasté

14ème l’an dernier, les Rossoblu espéraient renforcer leur effectif durant le mercato estival. Cependant avec 25 départs et 19 arrivées, il est difficile de miser sur la stabilité. Avec Verdi, Rizzo, Donsah, Dzemaili, Saadiq ou  le Hongrois Nagy, les Bolognais ont récupéré des joueurs intéressants avec une certaine marge de progression, à l’exception du Suisse Dzemaili et du Grec Torosidis. Si la défense semblait en chantier avec notamment le départ de Rossetini et surtout celui de la sentinelle Diawara parti à Naples, Donadoni semblait confiant. Adepte du jeu offensif, l’ex sélectionneur de la Nazionale voulait miser sur la fraîcheur offensive de sa formation pour effectuer une bonne saison 2016-2017. Une sorte de déséquilibre assumé avec un but en tête : marquer un but de plus que son adversaire.

3 victoires pour les 3 premières rencontres à domicile, une entente Verdi-Destro au top et la volonté affichée de jouer haut. Puis les déplacements à Turin et Naples se soldaient par deux défaites 5-1 et 3-1. Néanmoins,l’impression dégagée était globalement positive. Classés dans la première partie du classement jusqu’au mois d’octobre, les hommes de Donadoni ont depuis entamé une chute inquiétante dûe particulièrement à plusieurs blessures et baisses de forme de certains cadres de l’équipe. On pense à l’absence de Simone Verdi mais aussi à la sale période de l’attaquant vedette Mattia Destro. Résultat, Bologna pointe actuellement à une modeste 14ème place…

Des absences préjudiciables

Evidemment, un club de la taille de Bologna ne peut pas se permettre de voir ses meilleurs joueurs ne pas être performants sur le terrain sous peine de perdre le fameux déséquilibre gagnant du début de saison prôné par le coach. Verdi ne reviendra pas avant l’année 2017. Destro ne semble pas au mieux depuis la blessure de son compère d’attaque. 4 buts en 9 matchs, il semble loin de sa meilleure forme. Fidèle au 4-3-3, Donadoni ne semble pas vouloir changer de tactique malgré des résultats poussifs. Si l’attaque peine, le secteur défensif inquiète. Gastaldello sauve la baraque derrière mais ses coéquipiers paraissent un ton en dessous. Que dire du gardien de but Mirante ? Mis sur le banc au profit de Da Costa, il peine à retrouver sa place.

Donadoni, l’homme de la situation

Arrivé il y a près d’un an en remplacement de Delio Rossi, Roberto Donadoni jouit d’une totale confiance de la part de ses dirigeants. Reconnu pour ses qualités de tacticien et de meneur d’hommes, l’ex mister de Parma n’est pas menacé par la situation chaotique de Bologna. Logique, car au regard de l’effectif des bolognais, il faudrait être fou pour fixer des objectifs élevés pour ce club en restructuration. Pourtant, la pression populaire pousse afin de renforcer davantage cette équipe. En effet, avec un joueur par ligne, les Rossoblù pourraient très vite assurer le maintien tout en gardant un œil sur le haut du tableau. Faire de dos rond jusqu’au mercato hivernal en attendant de placer plusieurs coups intéressants, tel pourrait être le raisonnement des dirigeants. La parole est à Saputo…




🔥 Les sujets chauds du jour :

Felipe Anderson fait ses adieux à la Lazio

Le Milan AC privé d’un cadre face à la Salernitana

Pas d’offre pour Victor Osimhen

« Oaktree ne fera pas l’erreur du Milan AC avec Maldini et Massara », Marco Materazzi

Giorgio Chiellini vers un retour à la Juventus

Avatar

Jérémie Panizzoli

Rédacteur référent pôle events & live



Derniers articles