Blaise Matuidi, l’éternel indispensable

Par Matthieu Pianezze publié le 15 Juil 2018

Il y a des joueurs qui apparaissent comme des titulaires indiscutables et d’autres qui vont chercher ce statut à la force de leur travail et de leur rage de vaincre. Blaise Matuidi qui va disputer toute à l’heure la finale de la coupe du monde avec l’équipe de France fait partie de cette deuxième catégorie de joueurs.

Partir remplaçant pour finir titulaire

Comme au PSG, comme à la Juventus, le statut de Matuidi en équipe nationale n’est pas un long fleuve tranquille. Avant ce mondial le débat était lancé sur son statut dans le onze de Deschamps avec une concurrence féroce au milieu de terrain. Pas titulaire contre l’Australie lors du premier match, la France se montre bancale et livre une prestation quasiment indigeste. A l’instar d’un Giroud, Matuidi fait partie de cette catégorie de joueurs supposément non adaptés au football de vitesse et de technique, et qui ne sont pas les bienvenus à la fête quand le sélectionneur tente de mettre ça en place. Pourtant dès qu’il a fallu assurer la qualification face au Pérou, le sélectionneur français a ressorti de sa boite ce bon Blaisou dans un poste inhabituel de milieu gauche dans un 4-2-3-1 loin d’être taillé pour lui. Si avec le ballon sa prestation fut proche du néant, tout le travail autour de récupération, d’harcèlement, de compensation et de volume de course fut largement dans le positif.

Une suspension puis un combat

Face à l’Argentine, il a déroulé une partition de bon niveau avec une implication dans deux des quatre buts français, dans un poste plus familier dans un 4-3-3 aux côtés d’un énorme Kanté et d’un Pogba rayonnant dans un registre plus sobre. Malheureusement pour une raison de contestation auprès de l’arbitre il prendra un carton jaune synonyme de suspension en quart de finale. Sonné sur le terrain suite à cette décision de l’arbitre il a vite évacué la déception et s’est rangé derrière le collectif. En affirmant « On est un groupe, c’est pour ça qu’on est 23. Ils vont faire le job pour qu’on puisse passer en demies » , a promis Matuidi. Promesse réalisée puisqu’il a retrouvé le onze de départ dans une demi-finale face à la Belgique toute fraîche vainqueur du Brésil. Avec, on peut le dire une prestation de très haute volée des bleus, mais également d’un Matuidi qui tel un boxer après un choc avec Hazard est sorti KO de l’arène à la 86ème minute. Il avait passé son temps à mettre dans l’activité sur le couloir gauche en récupérant un nombre important de ballon et en hésitant à percuter le flanc droit belge. Une belle frappe du gauche aurait même pu donner l’avantage au score à la France en première mi-temps. Sous le coup de 17h aujourd’hui, Matuidi sera titulaire et comme à chaque fois il donnera tout pour rappeler qu’il est indispensable !

Matthieu Pianezze

Rédacteur



Lire aussi