Biraghi, le retour à la « casa »

Par Cesco publié le 29 Août 2019

L’Inter continue son périple pour trouver un arrière gauche de qualité. Le dernier en date ? Javier Zanetti. Rien que ça. Sans aller jusqu’à la comparaison avec l’illustre argentin, le retour de Biraghi au club est plutôt le bienvenu. Surtout au vu de l’échange réalisé.

« Sempre Dalbert ! »

Tout tifoso de l’Inter se rappelle de ce match face à Empoli et des nombreuses souffrances infligées par l’équipe d’Andreazzoli avant la délivrance signée Nainggolan. L’Empoli jouait à 11 et même parfois à 12. Un petit arrière gauche brésilien, rentré sur choix de Spalletti en deuxième mi-temps est venu causer les peurs les plus bleues de tout le ciel nerazzurro. Relances ratées, pertes de balles, dégagements douteux, toute la panoplie y est pour un match qui signera son « arrêt de mort » à l’Inter. Prometteur à Nice, Henrique n’a rien montré à l’Inter, où seulement en de trop rares occasions. Ses prestations auront fini d’énerver des tifosi qui malgré tout l’amour du monde ne pouvaient plus supporter ses entrées en jeu.

L’image marquante restera la vidéo de Tramontana, célèbre tifoso de l’Inter qui commente les matchs sur 7 Gold. A l’énième erreur de Dalbert qui entraine un sauvetage d’Handanovic puis de D’Ambrosio, l’homme se lève et hurle vers l’écran « Sempre Dalbert ! » en boucle avant de gagner le match par KO avec un « mais dégage la loin puisque tu ne sais rien faire avec tes pieds ! » Un raccourci ravageur que peu auront le courage de remettre en question. A l’annonce de l’échange, tout le monde ne pouvait être que ravi (peut-être un peu moins du côté de Florence, qui n’a pas souhaité inclure d’option dans le prêt du brésilien).

Biraghi, made in Inter

Qui se souvient d’un Inter-City en amical de pré-saison sous Benitez ? Victoire 3-0 de l’Inter avec un coup de pétard d’un petit jeune formé au club, Cristiano Biraghi. Formé au club puis prêté dans la lignée des jeunes italiens à divers clubs, c’est à la Fiorentina que la stabilité est trouvée. En s’imposant du côté de la Viola, Biraghi s’est ouvert les portes de la grande sélection avec Mancini. De quoi alerter les recruteurs et forcément, son ancien club, qui justement cherchait un arrière gauche capable de jouer dans un 3-5-2.

Avec les caractéristiques idéales pour Conte en plus de présenter un atout pour les listes européennes (étant formé à l’Inter), Biraghi arrive en prêt avec option d’achat à 12,5 millions. Un choix sur lequel il n’a pas hésité. Le club florentin ne l’a pas retenu, lui qui était désireux à tout prix de revenir à l’Inter. Un contrat de 5 ans lui est promis avec un salaire d’un peu plus de 2 millions par an. Entre guillemets une aubaine pour l’Inter à ce prix là, en construction et qui cherche à pallier les faiblesses à ce poste.

Asamoah prend de l’âge et aura bien besoin d’un Biraghi aux caractéristiques différentes pour le suppléer. D’autant que le Ghanéen a montré de grosses lacunes défensives l’année passée. La boucle est donc bouclée pour le natif de Cernusco sul Naviglio, de retour au bercail et qui peut mettre fin à l’éternel échec des arrières gauche à l’Inter ainsi que celle des jeunes formés au club.

 

Cesco

Rédacteur en Chef



Lire aussi