Bilan des joueurs italiens : Stephan El Shaarawy

Par Ben Soffietti publié le 19 Avr 2020

Le championnat de Serie A ne devrait revenir qu’à la fin du mois de mai à cause de l’épidémie de Covid-19. En attendant, la rédaction de Calciomio vous propose un bilan individuel des internationaux italiens aux deux tiers de la saison. Dans le secteur offensif, après notamment Immobile ou Insigne, la rédaction se penche sur l’attaquant du Shanghai Shenhua, Stephan El Shaarawy.

Ce qu’on attendait de lui avant le début de saison

Alors qu’il approche de ses 28 bougies, El Shaarawy n’est plus l’espoir précoce qui avait débuté en Serie A à 16 ans avec la tunique du Genoa avant de rejoindre le Milan AC deux ans plus tard. Après quatre ans chez les Rossoneri – où il n’avait réussi qu’une seule saison pleine, en 2012-2013, avec 37 matchs pour 16 buts – et un échec à Monaco, le natif de Savone, en Ligurie, s’était pleinement relancé dans la capitale, en rejoignant l’AS Roma à l’hiver 2016. Ce choix fut judicieux, puisqu’au poste d’ailier, El Shaarawy s’y était rapidement imposé, en participant à la Champions League. Étonnant fut alors son choix de quitter l’Italie pour la Chine.

En rejoignant le Shanghai Shenhua, El Shaarawy semblait avoir fait une croix sur la Squadra Azzurra, lui qui à ce moment-là de sa carrière, n’avait plus porté le maillot azzurro depuis son entrée en jeu contre la Suède le 13 novembre 2017, douloureux souvenir pour tous les Italiens.

La situation aujourd’hui

La Chinese Super League se déroule sur une année civile. Donc, quand El Shaarawy décolle de Rome pour atterrir à Shanghai, la saison chinoise en est déjà à la moitié et le club qu’il rejoint est loin de jouer les premiers rôles. Dans une équipe où l’on trouve notamment le Nigérian Ighalo et le Colombien Moreno, l’Italien va disputer 18 matchs au total entre août et décembre. Si les résultats en championnat sont compliqués pour ‘’la fleur de Shanghai’’, avec une treizième place sur seize, l’ancien giallorosso tire son épingle du jeu et inscrit six buts.

Mais c’est surtout en FA Cup qu’il va briller. Double buteur en demi-finale contre le Dalian Pro de Marek Hamsik (3-2), il est à nouveau décisif en finale. Vaincus à l’aller par le Shandong Luneng, sur un but de son compatriote Pellè (0-1), El Shaarawy et ses coéquipiers renversent la situation sur leur pelouse (3-0). Le Pharaon inscrit le deuxième but des siens et Shanghai soulève la cinquième coupe de son histoire.

Avec un ratio d’un but tous les deux matchs, El Shaarawy a su se montrer décisif avec son nouveau club. Et même à plusieurs milliers de kilomètres de la Péninsule, Mancini a surveillé son état de forme. A l’automne, profitant des absences et méformes de ses concurrents, il a retrouvé la Squadra Azzurra. Deux entrées en jeu contre la Bosnie et quelques jours auparavant contre le Liechtenstein, ponctué de son quatrième but en sélection. 

Note d’indispensabilité en Nazionale

4,5/10 : Depuis l’arrivée de Mancini à la tête de la Squadra Azzurra, El Shaarawy n’a été convoqué qu’une seule fois, à l’automne dernier, faisant les frais d’un grand renouvellement d’effectif, au profit des jeunes. Ainsi Chiesa, Bernardeschi ou Zaniolo partent avec une longueur d’avance pour occuper l’aile droite, la gauche semblant réservée à Insigne.

Pourtant, El Shaarawy fait désormais partie des joueurs les plus anciens de cette Nazionale, puisque sa première sélection remonte à 2012, contre l’Angleterre. Toutefois, il n’avait pas été convoqué pour le Mondial 2014 et n’avait disputé qu’un match lors de l’Euro suivant. S’il n’est pas le premier choix de Mancini, il a su répondre présent quand ce dernier a fait appel à lui et il est certain que le sélectionneur sera s’en souvenir. Le report de l’Euro à 2021 apparaît donc comme une bonne nouvelle pour El Shaarawy qui n’a plus joué en match officiel depuis décembre 2019, la Chinese Super League étant stoppée à cause de la crise sanitaire mondiale.

Ben Soffietti

Rédacteur



Lire aussi