Bilan des joueurs italiens : Riccardo Orsolini

Par Teo Contu publié le 22 Avr 2020

Le championnat de Serie A ne devrait revenir qu’à la fin du mois de mai à cause de l’épidémie de Covid-19. En attendant, Calciomio vous propose un bilan individuel des internationaux italiens aux deux tiers de la saison. Dans le secteur offensif, après notamment Immobile, Insigne ou El Shaarawy, la rédaction se penche sur le cas de Riccardo Orsolini.

Ce qu’on attendait de lui avant le début de saison

Véritable artisan du maintien du club bolognese l’année passée, l’avenir du joueur de 23 ans est resté incertain jusqu’à l’été 2019. Prêté par la Juventus lors de la saison précédente, il a finalement été acheté par Bologna lors du mercato estival. Un transfert a un prix plus qu’abordable pour le club de Walter Sabatini, puisqu’il n’a déboursé que 15 millions d’euros pour s’attirer les services de l’Italien.

Un transfert prometteur donc, pour un joueur qui avait déjà fait ses preuves avec ce club l’an passé mais également avec l’Atalanta (il avait joué sous les ordres de Gasperini lors de la première partie de la saison 2017/2018). Acheté à Ascoli par la Juventus à l’hiver 2017, il n’aura donc jamais joué sous le maillot bianconero.

La situation aujourd’hui

Ailier droit du 4-2-3-1 de Siniša Mihajlović ou repositionné derrière l’attaquant, le numéro 7 continue son ascension du côté des Rossoblù. Et avec 8 buts et 5 passes décisives en 26 rencontres de championnat, le natif d’Ascoli montre des grands signes de progrès.

Une forme actuelle qui ne doit rien au hasard selon son père, Paride Orsolini : « avec l’arrivée de Mihajlović, mon fils a changé. Siniša lui a donné beaucoup de confiance tout de suite, l’a fait se sentir important, lui a permis d’oser, même de pouvoir faire des erreurs. Riccardo a très bien répondu, je pense qu’il est très proche de son entraîneur ».

Impliqué dans un but toutes les 158 minutes depuis le début de la saison 18/19, il fait mieux que Chiesa ou Bernadeschi, ses deux concurrents en Nazionale. Il a ainsi connu logiquement sa première sélection le 18 novembre 2019, face à l’Arménie. Pour le dernier match de qualification à l’Euro, Roberto Mancini décide de le faire rentrer dès l’entame de la deuxième période. Un but, une passe décisive et un penalty provoqué plus tard, l’arbitre siffle la fin de la rencontre. Score final 9-1 pour la Squadra Azzurra. Au-delà de sa première cape internationale très réussie, Orsolini a également fait tomber un vieux record. Il est le premier rossoblù à marquer pour ses débuts, depuis Marino Perani en 1966.

Une saison si convaincante qu’elle suscite déjà des regrets du côté de son ancien club. Calciomercato annonçait début février que la Juventus était prête à racheter son joueur à prix fort. Une offre de 30 millions d’euros était évoquée. Mais la réponse du dirigeant du principal intéressé est claire. Pour Walter Sabatini, Orsolini vaut « 70 millions minimum » et « il n’est de toute façon pas sur le marché ».

Note d’indispensabilité en Nazionale

5/10 : Avec seulement une sélection avec la Squadra Azzurra (26 sélections avec les U21 et U20), Riccardo Orsolini ne part pas dans les meilleures conditions pour être dans les 23 de Roberto Mancini à l’été 2021. Mais si le numéro 7 continue d’afficher ce niveau toute la saison prochaine, difficile de se dire qu’il n’aura pas toutes les capacités requises pour vivre sa première compétition majeure avec la Squadra Azzurra.

Une chose est sûre, son père lui, y croit : « si mon fils peut être à l’Euro ? Je le stimule pour cette raison même, il sait à quel point c’est difficile et il sait qu’il doit très bien faire avec Bologna, d’ici la fin de la saison. (NDLR : ses propos ont été recueillis avant la crise sanitaire) Malheureusement, 23 personnes y vont, ce sera très difficile. Mais il a un grand avantage, il joue sans ressentir trop de pression ». 

Teo Contu

Etudiant en L2 Info-Com. Passionné de foot depuis le berceau et supporter du Milan AC



Lire aussi