Bilan des joueurs italiens : Mattia Caldara

Par Nicolas Segura publié le 30 Avr 2020

La Serie A est suspendue en raison du COVID-19 qui sévit actuellement partout en Europe. En attendant que le championnat revienne, Calciomio dresse le bilan de chaque international italien cette saison. Aujourd’hui, c’est au tour du défenseur de l’Atalanta, prêté par le Milan AC : Mattia Caldara.

Ce que l’on attendait de lui avant le début de la saison

Depuis son arrivée au Milan AC en 2018, Mattia Caldara n’est pas en réussite. Lors d’une saison 2018-2019 entrecoupée de nombreuses blessures, il ne dispute qu’un match de Coppa Italia et un autre d’Europa League. Le défenseur de 25 ans a vu son début de saison 2019-2020 repoussé. Une énième blessure, une rupture du ligament croisé du genou gauche survenue en mai 2019 l’a éloigné des terrains pendant 5 longs mois. Il dispute un match avec la Primavera du Milan AC le 20 octobre, avant de se blesser à nouveau. C’est le tendon cette fois-ci. Beaucoup de monde se demande alors s’il va réussir à confirmer, après son début de carrière très prometteur.

Avec la forte concurrence au poste de défenseur central, lorsque Caldara n’est pas blessé, il est remplaçant. Avec la blessure de Léo Duarte en novembre, l’international italien pouvait espérer grappiller du temps de jeu. Malheureusement pour lui, Pioli ne l’a pas considéré comme apte à la compétition. Le Bergamasque a dû passer par le banc des remplaçants et les matchs de Primavera.

La situation aujourd’hui

Au mercato d’hiver, il retourne finalement au bercail, à l’Atalanta. Si le club de Bergame souhaite le conserver au terme de son prêt d’un an et demi, il devra dépenser quinze millions d’euros. Pioli déclarera : « Pour des raisons tactiques et physiques, nous avons décidé de laisser Caldara partir. Nous avons d’autres pistes à ce poste. » Parmi celles-ci, Simon Kjaer, le capitaine de la sélection danoise, alors prêté à l’Atalanta par Séville. C’est d’ailleurs ce dernier qui ira au Milan, après ne pas avoir réussi à s’imposer dans l’effectif de Gasperini.

Son arrivée précipite le départ de Masiello, au club depuis 2011. Caldara revêt le maillot noir et bleu le 20 janvier face à la SPAL, une semaine après son retour à l’Atalanta. Ce match ne se passe pas comme prévu pour la Dea, qui s’incline à domicile face à la lanterne rouge. Après une période de réadaptation au système si particulier de Gasperini, il ne retrouve le terrain seulement face à Valence, après la blessure de dernière minute de Djimsiti. Le Bergamasque de naissance découvre enfin la Champions League. Il dispute également le match retour. Si le COVID-19 n’avait pas annulé les deux derniers mois de Serie A, Caldara aurait sûrement disputé plus de matchs. En effet, Toloi s’était assez gravement blessé fin février. Il a la volonté de rebondir : « Je veux redevenir le joueur que j’étais il y a deux ans, et devenir encore meilleur », a-t-il déclaré début avril à la Gazzetta dello Sport.

Note d’indispensabilité en Nazionale

4/10 : Quelques années en arrière, Mattia Caldara était l’un des défenseurs italiens les plus prometteurs. Son avenir était assuré dans un grand club : la Juventus. Lors de l’été suivant son départ de l’Atalanta, Roberto Mancini le convoque pour les matchs amicaux. Il dispute notamment l’intégralité de la rencontre face à la France. En septembre 2018, Caldara joue lors de la Nations League contre le Portugal. Deux sélections, deux défaites malheureusement pour lui. Aujourd’hui, il doit se relancer dans le club de ses débuts. Sa place en sélection ne dépend que de lui, de sa capacité à rebondir après deux ans de galère. Toujours à la Gazzetta dello Sport, il avoue avoir du retard par rapport à la concurrence : « Je pense souvent à la Nazionale et à l’Euro. Même si j’ai l’impression d’avoir perdu presque deux ans. Je dois être plus fort que les autres d’ici 2021 pour rattraper mon retard. »

Nicolas Segura



Lire aussi