Bilan des joueurs italiens : Lorenzo Pellegrini

Par Ben Soffietti publié le 20 Mar 2020

La Serie A ne reviendra qu’au début du mois de mai à cause de l’épidémie de Covid-19 qui frappe actuellement le monde. En attendant, la rédaction de Calciomio vous propose un bilan individuel des internationaux italiens aux deux tiers de la saison. Après Izzo, Sirigu et Bernardeschi, la rédaction se penche sur le milieu de l’AS Roma, Lorenzo Pellegrini.

Ce qu’on attendait de lui avant le début de saison

Formé à l’AS Roma mais parti faire ses armes à Sassuolo pendant deux saisons, Lorenzo Pellegrini est revenu dans la capitale à l’été 2017, lorsque le club giallorosso a fait valoir son droit de rachat de dix millions d’euros. Dès sa première saison, le milieu parvient à gagner sa place, évoluant principalement dans l’antre-jeu et parfois sur les côtés. Résultat, il participe à 37 matchs toutes compétitions confondues pour sa première saison, 33 pour la seconde. Dans le même temps, il pointe le bout de son nez avec la Nazionale, après s’être imposé chez les U21.

A 23 ans, sa troisième saison devait donc être celle de la confirmation pour le natif de Rome. Avec l’arrivée de Paulo Fonseca et la nouvelle philosophie de jeu prônée par le technicien portugais, Pellegrini s’est vu confier les clés du jeu, dans un rôle trequartista, qu’il avait parfois connu la saison précédente sous les ordres de Di Francesco puis Ranieri, les blessures récurrentes de Javier Pastore lui laissant toute la place dont il avait besoin pour s’épanouir. Les tifosi de la Roma espéraient donc le voir créatif, inspiré et surtout décisif.

La situation aujourd’hui

Après 26 journées, l’AS Roma est cinquième de Serie A et même si elle n’est qu’à trois points de l’Atalanta avec un match en plus, les prestations de la Dea sont plus solides que celle de la Louve dans cette course à la Champions League.

Pellegrini est le septième joueur le plus utilisé par Fonseca, le deuxième joueur offensif, derrière Dzeko, avec 18 apparitions, toutes comme titulaire. Dans le 4-2-3-1 mis en place par l’ancien entraineur du Shakhtar, système le plus utilisé, Pellegrini évolue dans la ligne de trois, dans l’axe, en soutien de Dzeko. Cela lui permet de jouer haut et d’être le meilleur passeur des Giallorossi avec huit passes décisives, dont trois lors du match aller contre Sassuolo. Il a également marqué contre la Fiorentina.

Mais, dans cette position-là, Pellegrini doit avoir la main sur le jeu des siens et lorsque la Roma a connu une série de six défaites en sept matchs, entre la 18ème et la 24ème journée, il a forcément eu son lot de responsabilités. Emprunté physiquement, en manque d’inspiration, il a traversé cette période comme une âme en peine, n’arrivant plus à porter le danger, à l’image de son match contre l’Atalanta en février dernier.

Note d’indispensabilité en Nazionale

5,5/10 : Depuis l’arrivée de Mancini à la tête de la Squadra Azzurra, Lorenzo Pellegrini fait tout le temps partie des 23 convoqués. La seule exception est lors des trêves internationales d’octobre et de novembre 2019, lors desquelles, étant blessé, il a été privé de sélection et de six journées de Serie A.

Avant ça, Pellegrini a principalement été remplaçant. Mais, lors de sa dernière apparition, en Finlande, il était titulaire, dans le trident offensif, aux côtés de Chiesa et Immobile. Il a donc joué sur un côté, alors qu’avec la Louve, il évolue dans l’axe. Or, dans le 4-3-3 de Roberto Mancini, les postes du milieu semblent destinés à des profils différents, comme ceux de Verratti, Barella ou Sensi. Pellegrini, s’il espère donc s’imposer en sélection, devra probablement accepter d’évoluer sur un côté. Cela réduit ses chances d’être titulaire, puisque dans les couloirs, la concurrence est rude avec Chiesa qui a une longueur d’avance sur tout le monde, Insigne, Orsolini, Bernardeschi, et son coéquipier Zaniolo, qui sera bientôt rétabli.

En 2020, Pellegrini n’est donc pas indispensable en Nazionale, mais il semble avoir la confiance de Mancini, peut-être pas comme titulaire, mais il fera probablement partie de ses choix.

Ben Soffietti

Rédacteur



Lire aussi