Bilan des joueurs italiens : Jorginho

Par Julien Camarda publié le 17 Avr 2020

Si le championnat est officiellement arrêté à cause de la situation sanitaire alarmante en Italie, la rédaction de Calciomio vous propose de dresser les bilans individuels des internationaux italiens cette saison. Après Emerson il y a quelques jours, on referme le chapitre oriundo avec Jorginho, milieu de terrain de Chelsea.

Ce qu’on attendait de lui avant le début de saison

A l’été 2018, Maurizio Sarri quitte le Napoli et prend dans ses valises un de ses meilleurs atouts : Jorge Luiz Frello Filho, alias Jorginho. Le fossé entre les villes de Naples et Londres est grand mais Sarri peut compter sur son homme de l’ombre. Pour sa première saison en Angleterre, le natif d’Imbituba participe à 37 rencontres et totalise 3 165 minutes jouées. Tout comme au Napoli, la composition est déjà écrite, Jorginho évolue au poste de sentinelle, devant la défense. A la fin de la saison, Chelsea parvient à se hisser à la 3ème place en Premier League et décroche une place en Champions League pour l’année suivante.

En Europa League, la campagne des Blues est parfaite : 13 victoires et 2 matchs nuls, ils remportent la finale aux dépens d’Arsenal (4-1). Globalement, la saison de Chelsea est réussie mais les dirigeants attendent plus de leur numéro 5.

La situation aujourd’hui

Après une saison difficile et un changement d’entraîneur, le renouveau est là : « Je voulais m’affirmer dans le championnat le plus compétitif du monde. Signer dans un club comme Chelsea et jouer en Premier League, c’est le top et je me suis promis de ne pas manquer ce défi. Ce n’était pas facile, mais maintenant je vois la lumière. ». En Supercoupe d’Europe face à Liverpool, Jorginho se démarque avec 1 but même si au final les Reds s’imposent 7-6 après tirs aux buts. En quelques mois seulement, l’histoire anglaise de Jorginho a changé : après les critiques et l’ironie, il reçoit aujourd’hui les louanges. Cette saison, le regain est considérable : 4 buts et 2 passes décisives en 26 matchs.

On pensait qu’après le départ de Sarri à la Juventus la suite aurait été difficile pour lui Outre-Manche, mais l’Italo-brésilien a progressé et gagné la confiance de Frank Lampard. En plus d’être le tireur de pénalty, il est vice-capitaine. Les qualités notables de l’oriundo sont multiples. Son aisance balle au pied lui permet de dicter le tempo. A l’image de Pirlo ou Xavi, sa régularité et son sens du jeu font de lui un bon regista. Cependant d’un point de vue disciplinaire des progrès seraient les bienvenus, il est le 3ème joueur le plus sanctionné de Premier League : 25 fautes et 10 cartons jaunes en 26 matchs. D’un point de vue comptable, Chelsea est aujourd’hui 4ème avec 48 points, à 5 points de Leicester 3ème.

Notes d’indispensabilité en Nazionale

6/10 : Italien grâce à ses origines paternelles, c’est le seul vraiment adapté au poste de regista. Débarqué en Nazionale en 2016 sous les ordres de Conte, Jorginho a d’abord eu du mal à se faire une place chez les Azzurri. Après les absences à l’Euro 2016 et les qualifications manquées à la Coupe du Monde 2018, Jorginho prend sa revanche. Il est désormais le point d’ancrage du 4-3-3 de Roberto Mancini. L’Italo-brésilien a participé à 9 matchs de qualifications pour le prochain Euro sur 10 possibles et totalise 3 buts et 1 passe décisive. Il est le premier dans la hiérarchie des tireurs de pénalty et le petit saut dans la course d’élan lui va à ravir. Seul hic, son impact sur le jeu en Nazionale n’est pas à l’image de ce qu’il produit en Angleterre.

Cependant, Jorginho est en phase avec le nouveau staff italien et ça le sauvera : « Parier sur un football moderne et offensif me semble le meilleur choix. Un groupe solide est en train de se créer et il existe une volonté commune de jouer un bon Euro. ». Associé à Verratti, Barella ou Sensi chacun à son rôle à jouer. Le ct azzurro sait qu’il peut compter sur eux pour former un milieu compact et complémentaire. Mais au-delà de son poste de titulaire, le numéro 8 italien doit évoluer en matière de niveau de performance pour démontrer son indispensabilité en azzurro, qui pour le moment, malgré son talent, reste discutable.

Julien Camarda

Rédacteur



Lire aussi