Bilan des joueurs italiens : Giovanni Di Lorenzo

Par Arno Tarrini publié le 25 Mar 2020
Di Lorenzo 22

Pendant cette période de confinement dû à l’épidémie de Covid-19, la rédaction se mobilise pour vous offrir des bilans individuels de nos internationaux italiens. Aujourd’hui, Calciomio vous présente le bilan de Giovanni Di Lorenzo, défenseur du Napoli.

Ce qu’on attendait de lui avant le début de saison

Après deux saisons pleines du côté d’Empoli, en Serie B, puis en Serie A, la carrière de Giovanni Di Lorenzo, défenseur de 26 ans, a basculé dans une autre dimension l’été dernier. Convaincus par sa capacité à couvrir la totalité de l’aile droite et un état d’esprit irréprochable, les recruteurs du Napoli et Aurelio De Laurentiis en font le remplaçant naturel d’un Hysaj sur le déclin. Roberto Mancini, qui le surveille de près depuis sa prise de poste, l’attend au tournant, pour lui offrir, peut-être, une place à l’Euro.

La situation aujourd’hui

Arrivé au Napoli pour 8 millions d’euros, Di Lorenzo devait d’abord faire ses preuves, pour convaincre Carlo Ancelotti.

Après une période d’adaptation en début de saison, il s’est rapidement imposé comme un titulaire. Il est même devenu indispensable, compensant les absences successives d’Hysaj, Ghoulam et Mario Rui. Mais son ascension ne doit rien au hasard. Dans une saison particulièrement marquée par des tensions au sein du club napolitain, et un contexte sportif particulier, Di Lorenzo ne s’est pas seulement imposé comme un titulaire, et un latéral complet et polyvalent, il a prouvé à tous qu’il pouvait devenir plus que cela.

Avec 35 matchs disputés toute compétitions confondues, il fait partie des joueurs les plus utilisés par Carlo Ancelotti et Gennaro Gattuso. Inépuisable, il n’a pas connu le banc depuis un match de Serie A face à Lecce… en septembre dernier.

Pour la Gazetta dello Sport« Sa résistance à l’effort est remarquable, et ne nuit pas à son jeu », bien au contraire. Très disponible dans son couloir, il est même le joueur qui a touché le plus de ballons en Serie A cette saison (2062, avant la suspension du championnat) et compte deux buts et quatre passes décisives en 25 apparitions. Impossible pour Mancini de résister à l’appel, alors que ses concurrents au poste de latéral droit (Florenzi, D’Ambrosio, De Sciglio…) sont tous en méforme.

Giovanni Di Lorenzo a donc disputé son premier match en sélection le 15 octobre 2019, lors de la démonstration collective face au Liechtenstein (0-5), où il s’est offert sa première passe décisive sous le maillot de la Squadra Azzurra. Il a également participé à la victoire historique face à l’Arménie (9-1) le 18 novembre.

Après cela, le toscan n’a fait qu’enchainer, avec la même determination, la même envie. Ses prestations remarquées en Serie A et en Champions League, face à la Juventus, l’Inter, Liverpool, ou le FC Barcelone, n’ont fait que confirmer la tendance. Avant la suspension du championnat, sa présence à l’Euro ne faisait (quasiment) aucun doute. Mancini lui-même lui prédisait un futur en équipe nationale : « Il a des qualités, il est jeune, il a besoin d’acquérir de l’expérience à certains niveaux mais je pense qu’il sera un futur joueur de l’équipe nationale. »

Note d’indispensabilité en Nazionale

6,5/10 : Avec Di Lorenzo, l’Italie a peut-être trouvé le latéral complet qu’elle attendait, capable d’occuper tout un couloir, d’accompagner les attaques, tout en fournissant un travail défensif remarquable. Mancini a encore affirmé qu’il compterait sur lui pour l’Euro ces derniers jours. Mais dans un Napoli en reconstruction, il devra poursuivre sa progression, qui l’a vu passer des pelouses de Serie B aux plus prestigieuses pelouses européennes en l’espace de deux ans.

 

Arno Tarrini

Étudiant en journalisme, passionné de sport, d'économie et de politique. Amoureux du ballon rond.



Lire aussi