Bilan des joueurs italiens : Federico Chiesa

Par Julien Camarda publié le 10 Avr 2020

Si le championnat est officiellement arrêté à cause de la situation sanitaire alarmante en Italie, la rédaction de Calciomio vous propose de dresser les bilans individuels des internationaux italiens cette saison. On continue aujourd’hui avec Federico Chiesa, attaquant de la Fiorentina.

Ce qu’on attendait de lui avant le début de saison

Fils de l’emblématique Enrico Chiesa, Federico est lui aussi attaquant. Lancé par Paulo Sousa, il débute en 2016 lors de Juventus-Fiorentina, (2-1). Pour sa première saison en Serie A, le natif de Genova totalise 3 buts en 27 présences. La même année, l’attaquant italien joue son premier match en Europa League lors de la victoire de la Fiorentina en Azerbaïdjan face à Qarabag (1-2). Lors de cette rencontre, après avoir signé le but de la victoire, il prend un second carton jaune et est exclu.

Pour l’Italien les deux saisons suivantes se ressemblent : 6 buts en Serie A. Mais la Fiorentina clôture l’exercice 2018-2019 à la 16ème place, sans rien à se mettre sous la dent. Âgé de 22 ans, Chiesa entame sa quatrième saison chez la Viola. Il se doit de devenir le leader technique, mettre à profit sa vitesse et son sens du but pour espérer accrocher un projet d’envergure au plus vite.

La situation aujourd’hui

Avec l’arrivée aux commandes de Rocco Commisso, la Fiorentina change de visage. Effectivement, l’homme d’affaires italo-américain souhaite investir dans le club et redorer le blason de la Viola. Le mercato est conséquent aussi bien au chapitre des arrivées que celui des départs, 49 entrées et 47 sorties. Les signatures les plus notables sont celles de Dragowski, Caceres, Lirola, Dalbert, Pulgar, Castrovilli, Ribéry et Cutrone. Cette saison, Montella puis Iachini privilégient le 3-5-2. Ainsi, le numéro 25 de la Viola évolue plus souvent en tant qu’avant-centre : « Cette année, j’ai plutôt joué en tant que deuxième attaquant, les entraîneurs voulaient me mettre dans cette position. Je peux aussi jouer sur un côté dans le 3-5-2 et aider l’équipe. Ailier gauche dans le 4-3-3 ? Pour rentrer dans l’axe et frapper. Mais même dans ce geste je dois encore progresser. J’ai évolué davantage à droite pour centrer. A gauche, je suis moins à l’aise. ». Malgré tout, son association avec Ribéry est intéressante. A côté de l’expérimenté français, le jeune italien progresse : il est, avec 6 réalisations, le meilleur buteur et le deuxième meilleur passeur du club avec 5 passes décisives.

Actuellement 13ème de Serie A, la Fiorentina risque de conclure une nouvelle saison dans le ventre mou du classement. Sans compétition européenne, nul doute que Chiesa se posera des questions sur son avenir. Surveillé de très près par l’Inter et la Juventus, il devrait avoir l’embarras du choix. Mais il faudra avant tout convaincre Commisso de lui laisser un bon de sortie.

Notes d’indispensabilité en Nazionale

6,5/10 : Un talent à ne pas négliger. Appelé en Nazionale par Gian Piero Ventura en 2017, Chiesa compte aujourd’hui 1 but et 5 passes décisives en 17 présences. Il a participé aux dernières compétitions avec la Nazionale à savoir la Nations League et les qualifications pour l’Euro 2020. Au cours de ceux-ci, il se démarque avec 1 but et 3 passes décisives en 6 matchs joués. Robert Mancini le fait évoluer soit à gauche soit à droite (le plus souvent) du triangle d’attaque. Mais le jeune italien a conscience du chemin qu’il reste à parcourir. Sur l’Euro voici ce qu’il déclare : « L’année prochaine, nous aurons une année d’expérience supplémentaire. Et nous allons récupérer Zaniolo après sa blessure au genou. Nous espérons bien faire. ».  

Ses concurrents directs pour le poste sont en perte de vitesse. Effectivement, après un début de saison compliqué à l’Inter, Matteo Politano est transféré au Napoli. Il n’a participé qu’à la victoire face au Liechtenstein (6-0). En ce qui concerne l’ancien florentin Bernardeschi, sa saison avec la Juventus est difficile mais il a su trouver 2 buts et 1 passe décisive en 8 matchs de qualifications. Avec le report de l’Euro, tout reste à faire concernant le côté droit de la Nazionale.

Julien Camarda

Rédacteur



Lire aussi