Bilan des joueurs italiens : Domenico Berardi

Par Aurélien Bayard publié le 27 Mar 2020

Pendant cette période de confinement dûe à l’épidémie de Covid-19, la rédaction se mobilise pour vous offrir des bilans individuels de nos internationaux italiens. Aujourd’hui, Calciomio vous présente le bilan de Domenico Berardi, l’ailier de Sassuolo.

Ce qu’on attendait de lui en début de saison

Devenir le premier joueur à marquer un quadruplé face au Milan AC semble avoir mis un poids considérable sur les épaules de Domenico Berardi. Le Calabrais est alors considéré comme une étoile montante du football italien. Malheureusement, près de sept ans après ses plus grands exploits, le prodige n’a pas pleinement confirmé. La faute à des blessures, au départ de son père spirituel Eusebio Di Francesco, mais aussi un peu à cause de sa forte tête. Dire que Berardi a le sang chaud n’est pas un euphémisme. Entre 2013 et 2016, il tournait à 10 cartons jaunes de moyenne par an, ce qui reste beaucoup pour un attaquant.

Fallait-il qu’il change d’air pour repartir de l’avant, la question s’est posée. Son nom résonnait aux quatre coins de la Botte durant l’été mais une fois de plus, il défendra les couleurs de Sassuolo. Domenico entame donc sa huitième saison chez les neroverdi, avec sûrement l’espoir de disputer l’Euro. Et dans cette année de compétition internationale (reportée en 2021), il est de bon ton d’avoir toutes les forces en présence au maximum de leur capacité.

La situation aujourd’hui

Tout simplement, c’est sa meilleure saison depuis 4 ans. Fort d’un début d’exercice en boulet de canon, Berardi s’épanouit enfin avec Roberto de Zerbi. L’ancien technicien de Foggia laisse plus de liberté au feu-follet qui ne reste plus collé à sa ligne, à forcer le duel. Il peut ainsi décrocher, porter le ballon et le distribuer à Francesco Caputo ou Jérémy Boga. Un des exemples notables est sa partition face à l’AS Roma où, même s’il ne marque pas, son investissement avait ébloui les observateurs.

En comptabilisant buts et passes décisives, Domenico Berardi a été décisif quatorze fois. Mais outre ses statistiques – il représente plus d’un tiers des buts marqués par Sassuolo – c’est sa maturité pour organiser le jeu qui saute aux yeux. Il semble aussi plus calme. Alors qu’il reste 12 journées, le Calabrais n’a été averti que 4 fois, mais quand même exclu une fois. Loin donc des standards des dernières saisons.

Devenu le Monsieur plus de son équipe, Domenico s’éclate et l’opération commando pour participer à l’Euro se déroule sans accroc, à condition de poursuivre en 2020/2021.

Note d’indispensabilité en Nazionale

5,5/10 : L’histoire d’amour entre la Squadra Azzurra et Domenico Berardi n’a jamais commencé. En 2017, il étrenne enfin le maillot azzurro mais c’est un match non-officiel contre Saint-Marin. Il faut attendre un an pour le revoir en sélection nationale. Roberto Mancini réalise une revue d’effectif pour renouveler l’équipe d’Italie. Face à une France pas encore championne du Monde, Berardi se casse les dents contre la défense des Bleus et déçoit. Mais Mancini continue de lui faire confiance mais en vain, Domenico ne s’impose pas.

Il disparaît au profit de Federico Chiesa et de Federico Bernardeschi. Mais ses performances attirent de nouveau l’œil de Mancini qui voulait le convoquer pour la dernière campagne de qualification de la Nazionale à l’Euro 2020. Patatras, Berardi se blesse et est contraint de déclarer forfait.

Les portes de la Nazionale se sont de nouveau ouvertes et c’est logique. Le Turinois n’a joué que 61 minutes en quatre mois. Pour espérer plus, il faudra déloger le Florentin, qui, malgré des performances encore moyennes, a les faveurs du technicien national. Néanmoins Berardi a une carte à jouer. Son explosivité et son imprévisibilité apporteraient de la variété à une Italie qui en manque quelques fois. Un rôle de titulaire ne lui est pas encore dévolu mais bousculer la hiérarchie est tout à fait dans ses cordes

Aurélien Bayard



Lire aussi