Bilan des joueurs italiens : Alex Meret

Par Christophe Mazzier publié le 31 Mar 2020

Si le championnat est officiellement arrêté à cause de la situation sanitaire alarmante en Italie, la rédaction de Calciomio vous propose de dresser les bilans individuels des internationaux italiens cette saison. On poursuit aujourd’hui avec Alex Meret, gardien de but, joueur du Napoli.

Ce qu’on attendait de lui avant le début de saison

L’année dernière Ancelotti effectuait une alternance entre les gardiens Ospina, Karnezis et Meret. Les trois joueurs fraîchement débarqués en prêt ont pris part à respectivement 24, 9 et 21 matchs. Puis à l’intersaison, le Napoli, satisfait, a levé l’option d’achat des trois gardiens et le numéro un devait être le natif d’Udine. Acheté 22 M€ avec un contrat sur quatre saisons, la confiance régnait. Tout était en place pour que le dernier rempart napolitain arrive à l’Euro comme 3ème gardien derrière les indéboulonnables Donnarumma et Sirigu. Une saison 2019-2020 qui allait être la saison de la confirmation pour celui que l’on surnomme l’Albatros.

Mais patatra. Entre temps, l’institution Napoli a connu un mini Knysna. Digne d’une production de la famille de De Laurentiis, avec d’un côté la « famille» du patron, et de l’autre les joueurs emblématiques du club. Et au milieu Ancelotti. Alors que le président souhaite une mise au vert après le match de Leipzig, les cadres se rebiffent et se mutinent. Ils disent non dans un climat surréaliste et délétère. Le fils De Laurentiis risque même d’en venir au main avec Allan. Le président napolitain menace de vendre tout le monde et de taper là où ça fait mal, au portefeuille. Mais ce sera Ancelotti le fusible, et c’est l’élève Gattuso qui reprendra les rennes. Sans état d’âme, l’ancien coach rossonero rebat les cartes et remet en cause plusieurs sénateurs de la gestion précédente, dont le jeune italien.

La situation aujourd’hui

La bourde, à domicile, face à l’Inter sur le 2ème but de Lukaku aura été fatale à Meret. Suite à ce match il se blesse et, en plus, perd sa place de titulaire. Plus grave, il n’a plus la confiance de son entraîneur. Depuis le 9 mars dernier, Gattuso lui préfère Ospina et en a fait le nouveau numéro un dans sa hiérarchie. L’entraîneur napolitain a enfin trouvé une assise défensive et connaissant ses méthodes, on peut se douter qu’il n’en changera pas d’ici là. Exit Meret et Lozano. Ces deux éléments, qui ont coûté beaucoup d’argent au club, voient petit à petit leur avenir s’obscurcir en Campanie. On parle même de Meret au Milan AC pour remplacer Donnarumma en fin de saison.

Mais pourquoi Gattuso a décidé de mettre sur le banc le prometteur gardien du Frioul ? Certains lui reprochent un jeu au pied moyen, alors que le calabrais mise beaucoup sur son dernier rempart pour initier les actions de son équipe. D’autres ont mis en avant un mental fragile capable de craquer dans les grands événements. On se rappelle sa bourde face à Arsenal la saison dernière qui élimine le Napoli des coupes européennes. Lors de ses interviews, l’entraîneur napolitain affirme ne rien avoir contre Meret, mais que ses choix sont justifiés. Point. Il va être très difficile au gardien de 23 ans de changer l’ordre des choses. Et l’on peut très bien envisager qu’un Gollini ou un Perin, revenu à un bon niveau, lui passe devant en équipe nationale.

Notes d’indispensabilité en Nazionale

4,5/10 : Derrière Donnarumma et Sirigu, il reste une place à prendre au poste de gardien. Et, dans ce compartiment, l’Italie est bien fournie. Jusqu’à présent, Mancini a toujours fait appel à Meret même s’il n’a pas hésité à convoquer en 4ème gardien Gollini. Ce dernier titulaire indiscutable à l’Atalanta semble être en meilleure position pour occuper l’ultime strapontin. En définitive, Mancini aura le dernier mot et jusqu’à présent il a toujours convoqué le gardien du Frioul. Mais le dernier rassemblement remonte à novembre dernier… Peut-être que le sélectionneur maintiendra sa confiance et le gratifiera, pour service rendu, d’une convocation à l’Euro. Mais rien n’est moins sûr.

Christophe Mazzier



Lire aussi