Bilan de la saison 2016-2017 : Bologna

Par Christophe Malcangi publié le 09 Juin 2017
Crédits

Malgré l’appropriation d’un effectif à potentiel qui pouvait surpasser les attentes, Roberto Donadoni et Bologna n’ont pas su faire mieux que se cantonner à la très modeste 15ème place du championnat, mais faute à quels facteurs ? Faute à des résultats particulièrement irréguliers en premier lieu… Faute ensuite à une défense, ainsi qu’à un milieu de terrain très fébrile qui ne permettront jamais au groupe de rivaliser avec les meilleures formations de la compétition. A l’apogée de cette saison, nous pouvons une nouvelle fois constater que les rossoblù ne se sont pas démarqués et ont poursuivi une triste routine dans l’ombre, certes loin de toute crainte d’une relégation mais sans se montrer en mesure de surprendre les cadors en première partie de tableau. Les attaquants sont pourtant excellents et sont même des révélations certaines (Verdi, Di Francesco), Mattia Destro confirme son talent et Blerim Dzemaili a soulevé le club sur ses propres épaules, mais l’équilibre tactique et le manque criant de profondeur de l’effectif ont porté un sacré coup à Bologna, humilié à plusieurs reprises par l’AS Roma, le Napoli ou encore l’AC Milan. Malgré les moyens financiers mis à disposition, les dirigeants du club ont tout intérêt à revoir leur copie la saison prochaine, et Donadoni devra somme toute revoir ses propres fondements.

LA SAISON DE BOLOGNA

– 15ème de Serie A

– Eliminé par l’Inter en 8èmes de finale de Coppa Italia

– 41 matchs, 13 victoires, 8 matchs nuls, 20 défaites, 48 buts marqués, 61 buts encaissés

L’EQUIPE TYPE

Meilleur buteur : Mattia Destro, 11

Meilleur passeur : Ladislav Krejci, 8

Joueur le plus utilisé : Ladislav Krejci, 2.848′

Les +

BLERIM DZEMAILI : Sans contestation possible, Blerim Dzemaili réalise la meilleure saison à Bologna mais peut-être également aussi la meilleure année de sa carrière en 2017. Parfaitement intégré au système par la suite de la trève hivernale, il est très tranchant dans les trente derniers mètres, devient un excellent point de pivot et se montre systématiquement décisif. Il inscrit 8 buts et 3 passes décisives, et devient l’élément clé pour tous les coéquipiers.

SIMONE VERDI : De retour après une longue période de convalescence, Simone Verdi a tout de suite apporté le supplément technique qu’il manquait cruellement à Bologna, les frappes lointaines et les transmissions de qualité ont immédiatement été une source de danger pour les défenses adverses. A confirmer au cours d’une saison complète !

FEDERICO DI FRANCESCO : Très certainement la révélation à Bologna cette saison. Federico Di Francesco est soudainement sorti de l’ombre en deuxième partie de saison pour réaliser des prestations de très grande qualité, en proposant des dribbles et une créativité très osés mais aussi en inscrivant des buts de toute beauté. Un réveil très important à seulement 22 ans, et une promesse sur lequel le club devra évidemment s’appuyer.

LADISLAV KREJCI : Inépuisable, Ladislav Krejci a parfaitement intégré la disposition tactique de Donadoni pour devenir l’élément discret et indispensable sur l’aile gauche du front offensif de Bologna. Très propre dans sa conduite du ballon et parfaitement régulier, il termine la saison avec le plus grand taux de passes décisives du club, et s’affirme en tant que joueur le plus utile et le plus utilisé.

Les –

IBRAHIMA MBAYE : Pour trouver une prestation convaincante de Ibrahima Mbaye cette saison, il faudra repasser une prochaine fois, merci. Le défenseur sénégalais est très limité dans ses bases techniques et est très rapidement pris de court sur son couloir par les feux follets de la Serie A, en conclusion le latéral n’est pas sur le chemin de la progression ni même du maintien à Bologna.

MARIOS OIKONOMOU : Les blessures de Gastaldello et de Maietta l’ont nécessairement conduit à être aligné, pour le plus grand malheur des supporters de Bologna qui ont assisté aux prestations désastreuses du défenseur grec de 24 ans. Son placement et son marquage ont été un flop total, ajoutons ses fautes individuelles à l’origine d’un panier de buts, les faits l’ont par ailleurs très vite conduits à devenir un maillon faible à Bologna.

ERICK PULGAR : Malgré les promesses qui ont été faites au sujet du jeune milieu de terrain Chilien, nous n’avons finalement découvert qu’un joueur trop ordinaire, certes prudent mais trop scolaire, enfin très peu utile en phase de possession. In fine, les absences de Adam Nagy se sont tout de suite ressentis, en particulier lorsque les rossoblù devaient proposer les constructions balle au pied.

DANIELE GASTALDELLO : Pour un joueur de son expérience (10 ans en Serie A) et de son gabarit, il est inacceptable que Gastaldello n’ait pas maintenu la barque au sein de la charnière centrale de Bologna. Expulsé plusieurs fois de manière stupide, incapable d’apporter le plus psychologique à son groupe lorsque le besoin se ressentait, Gastaldello est bien devenu un problème dans la défense trop lente et bien trop âgée de Donadoni.

L’entraîneur

Le système de Roberto Donadoni n’est pas médiocre, loin de là, mais l’entraîneur de 53 ans parait s’affranchir de toute remise en question et de tout changement de module. Le 4-3-1-2 a permis à Bologna de s’illustrer lorsque les éléments les plus indispensables du groupe ont composé ensemble, et lorsque les adversaires furent à leur portée, mais les pénuries liées aux blessures et l’absence d’une défense type n’ont pas été sans encombre, condamnant l’équipe à vivoter en bas de tableau de la Serie A. Le club se maintient dans l’élite et s’en sort sans trembler, oui, mais le projet technique de l’ancien sélectionneur de la Nazionale est insatisfaisant, sans vision.

La saison prochaine

A la conclusion de cette nouvelle saison en demi-teinte, il est du devoir de Joey Saputo d’améliorer qualitativement un effectif très instable, mais également de renouveler les contrats des atouts offensifs du groupe qui sauvent les meubles bien heureusement. L’objectif est de résoudre les dynamiques de résultats négatifs qui ont sapé la saison de Bologna, pourtant capable de bien mieux et de remporter des victoires cruciales s’il le faut. C’est une défense aux abois et une insistante irrégularité qu’il consistera de revoir de fond en comble, bien sûr si le club rossoblù ne souhaite pas se morfondre une nouvelle fois dans le milieu du tableau l’été prochain.




🔥 Les sujets chauds du jour :

Felipe Anderson fait ses adieux à la Lazio

Le Milan AC privé d’un cadre face à la Salernitana

Pas d’offre pour Victor Osimhen

« Oaktree ne fera pas l’erreur du Milan AC avec Maldini et Massara », Marco Materazzi

Giorgio Chiellini vers un retour à la Juventus

Avatar

Christophe Malcangi

Rédacteur référent pôle news



Derniers articles