Bilan de la saison 2015-2016 : Napoli

Par Valentin Pauluzzi publié le 02 Juin 2016
Crédits

Napoli

Benitez parti au Real, Aurelio De Laurentiis a donc choisi de miser sur un coach qui venait tout juste de découvrir la Serie A. Un risque, mais tout à fait calculé. La mayonnaise a pris en quelques semaines après notamment un long et intense stage de préparation dans les montagnes du Trentin. Le tournant de la saison est arrivé très tôt, le passage du 4312 au 433. De 4 points pris en 3 rencontres, on est passé à une série de 17 victoires 3 nuls et une seule défaite sur le terrain de Bologna. De quoi être sacré champion d’hiver et croire au scudetto. Puis l’autre tournant de la saison, le revers sur le terrain de la Juve en toute fin de match, s’ensuivent deux nuls contre le Milan et la Fiorentina et le retard est déjà irrémédiable. Éreintés, Les partenopeii résistent tout de même jusqu’à la fin de la saison et le retour en force de la Roma. 82 points score final, soit 19 de mieux que l’an passé. Pas de place pour les regrets à part l’élimination précoce en 16èmes de l’Europa League après avoir fait l’en plein dans la phase de groupe. Une compétition qui était dans les cordes du Napoli.

LA SAISON DU NAPOLI

Napoli 2015-2016

– 2ème de Serie A

– Éliminée en quarts de finale de Coppa Italia par l’Inter

– Éliminée en 16ème de finale d’Europa League par le Villareal CF

– 48 matchs, 32 victoires, 8 nuls, 8 défaites, 106 buts marqués, 39 buts encaissés

L’ÉQUIPE TYPE

Meilleur buteur : Gonzalo Higuain, 38

Meilleur passeur : José Callejón, 13

Joueur le plus utilisé :  Pepe Reina, 3 960

LES +

GONZALO HIGUAIN

Les passionnés de football italiens se gaussaient devant les chiffres de Ronaldo et Messi en Liga, hurlant à qui voulaient les entendre que personne ne serait capable de les réitérer dans la solide Serie A. A lui tout seul, Gonzalo Higuain vient mettre fin à ce cliché battant un record vieux de 60 ans. 36 buts inscrits, un de plus que Nordhal, une facilité déconcertante et un statut de meilleur 9 de la planète aux côtés de Luis Suarez. Petit bémol, sa crise de nerfs à Udine sans laquelle il aurait pu aller chercher les 40.

LORENZO INSIGNE

Son coup de fatigue de fin de saison ne doit pas faire oublier son excellent rendement pendant les autres 2/3. D’abord essayé en 10, il retrouve son poste de prédilection sur l’aile gauche et compose un duo terrifiant avec Pipita. 12 buts, 9 passes décisives et un nouveau cap de passé. Les sifflets ayant accompagné quelques unes de ces sorties jusqu’à l’an passé sont désormais un lointain souvenir.

KALIDOU KOULIBALY

Déjà plus que positif pour ses débuts en Serie A la saison dernière, le Sénégalais (hein Didier ?) a monté d’un cran cette saison. Un roc qui sait allier puissance et élégance et qui s’est imposé comme un des tout meilleurs à son poste en Italie. Plafonne un peu lors des gros matches, ça veut dire que la marge de progression est encore importante.

LES –

LOPEZ

Abnégation et investissement sont là, mais il souffre la comparaison avec le trio titulaire lorsque Sarri fait appel à lui pour muscler l’entre-jeu. Disons que le Napoli ne peut se permettre l’Espagnol en premier changement au milieu.

MIRKO VALDIFIORI

Il a suivi son coach l’été dernier et quelques mois après avoir fait ses débuts en Nazionale, devenant un candidat à la succession de Pirlo. Malheureusement pour lui, il illustre parfaitement le cas du joueur flambant dans un petit club (en l’occurence l’Empoli) et qui souffre mentalement le passage chez un cador. Sarri n’a pas d’autres choix que de le sortir rapidement de l’équipe-type pour aligner Jorginho à sa place.

PEPE REINA

Il est là le point faible du Napoli, dans les bois. Le portier espagnol a beau être accroc à son club, ses prestations ont été un poil décevantes. Le charisme ne fait pas tout, le jeu au pied non plus, il faut assurer avec les mains et apporter des points à son équipe.

LES AUTRES

Gabriel :  Excellent choix de doublure après avoir été un des protagonistes principales de la montée de Carpi pamri l’élite. Un seul match de championnat, la fameuse défaite à Udine et avec une boulette.

Elseid Hysaj :  tout le contraire de Valdifiori, lui a parfaitement encaissé le passage de l’Empoli au Napoli, même si son style est très scolaire.

Christian Maggio : enfin devenu doublure après avoir tiré la charrue pendant des années, s’offre même un but contre Midtjylland.

Raùl Albiol : En difficultés l’année passée, Sarri déclara qu’il avait honte d’enseigner à un champion du monde de défendre, mais ses rectifications ont servi.

Faouzi Ghoulam :  un des meilleurs à son poste en Serie A grâce au peu de concurrence, offensivement opérationnel (4 assists), défensivement juste .

Vlad Chiriches : joueur que Sarri a avoué ne pas connaitre du tout, il en a fait un 3ème DC tout à fait fiable.

Sebastian Luperto : une minute européenne pour ce défenseur de la Primavera.

Vasco Regini : Un des renforts hivernaux, un petit quart d’heure lors du dernier match, très significatif de la gestion de groupe de Sarri alors qu’il aurait pu être très utile.

Ivan Strinic : en ballottage avec son coéquipier algérien pour une place dans le onze-type, aurait mérité plus d’opportunités?

Allan :  12 Millions extrêmement bien dépensés. Un des joueurs les plus sous-estimés du championnat, infatigable récupérateur, très bon incurseur, pourquoi la Seleçao s’en passe ?

Jorginho :  le plus joli coup de Sarri, ressusciter un joueur qu’on pensait trop limité pour un Top club. Pénalisé par le milieu à 2 de Benitez, mis en valeur par celui à 3 de Sarri, joueur le plus précis d’Europe, pas suffisant pour finir dans les 23 Italiens.

Omar El Kaddouri : rappelé après une belle expérience au Torino, sacrifié à un poste d’ailier qui n’est pas le sien, mais a mis du coeur à l’ouvrage.

Marek Hamsik:  Probablement le plus soulagé du départ de Benitez qui l’utilisait trop près du but. Replacé relayeur gauche, 8 buts, 11 passes decs….mais l’habituelle tendance à disparaître dans les gros matches. Dommage pour un capitaine.

Alberto Grassi : une des surprises de la première partie de saison à l’Atalanta, arrivé blessé, jamais utilisé. Mauvais choix de carrière ?

Nathaniel Chalobah :  le Britannique repart à Chelsea avec une bonne expérience dans les bagages malgré le temps de jeu restreint. Joli but contre le Legia

José Callejón : il aurait pu finir dans les +. Moins prolifique que lors de ses premières années certes, mais très précieux par son activité sur le côté droit.

Dries Mertens : Peut-être le meilleur impact player de la Serie A après Francesco Totti. Accepte difficilement le banc de touche, mais il se mord la langue et fait son taf. 11 buts en 40 matches mais seulement 13 titularisations.

Manolo Gabbiadini : Le grand sacrifié de septembre lorsque Sarri change de tactique. Higuain ne chopant même pas un rhume, il ne récolte que les miettes mais exploite parfaitement chaque occasion de se mettre en valeur. Il est probablement temps de partir.

L’ENTRAÎNEUR

Son arrivée au Napoli ainsi que celle du directeur sportif Giuntoli (en provenance de Carpi) étaient la parfaite démonstration que l’ascenseur social fonctionne encore en Italie. A vite mis fin au scepticisme qui l’a accueilli, travailleur acharné aux méthodes innovantes, Sarri s’est d’abord remis en question tactiquement et a surtout transformé un Higuain qui tendait à se morfondre sous Benitez. Deux défauts à corriger, l’absence de turn-over qui a cramé les joueurs et ses protestations qui lui ont valu plusieurs expulsions. Mention spéciale à son staff médical, seulement 4 blessures !

LA SAISON PROCHAINE

Et de sept qualifications européennes consécutives, personne ne fait mieux en Italie. Un retour en Champions League par la grande porte après la cruelle élimination de 2013 (3ème avec 12 points !). Une compétition dans laquelle les azzurri se sont toujours trouvés à l’aise récemment, la tentation sera donc d’y faire le meilleur parcours possible, mais la logique voudrait que la priorité soit donnée au championnat. Tout dépendra du mercato estival, en gros, la permanence d’Higuain et au moins trois recrues de poids pour passer un autre pallier, si cela est encore possible car est-il vraiment juste de demander au Napoli d’être encore le principal antagoniste de la Juve ?




🔥 Les sujets chauds du jour :

L’agent de Kvaratskhelia confirme plusieurs offres pour son joueur

La presse italienne encense Daniele De Rossi

Theo Hernandez courtisé, le Milan AC fixe son prix de vente

Mauvaise nouvelle, l’Inter perd un cadre sur blessure

Deux cadres de la Juventus incertain face à Naples

Avatar

Valentin Pauluzzi

Papa



Derniers articles