Le bilan à la mi-saison : Inter

Par Giuliano Depasquale publié le 29 Déc 2016

Inter

En bref

Alors que les ambitions étaient clairement de batailler pour retrouver une bonne fois pour toute la Champions League la saison prochaine, l’Inter a mal géré cette première partie d’exercice et se situe actuellement à la septième place, avec cinq points de retard sur le troisième, ce qui n’est pas cher payé à la vue des errances de début de saison. En ce qui concerne le parcours en Europa League, c’est un véritable fiasco, puisque les Nerazzurri ont terminé derniers de leur groupe.

Ce qui a fonctionné

La force du dernier quart d’heure : C’est sans doute ce qui fait la force de l’équipe cette saison : l’efficacité dans le dernier quart d’heure. Si les joueurs paraissent souvent manquer d’envie, un déclic s’effectue apparemment à l’approche du coup de sifflet final. Au total, 12 buts ont été inscrits dans cette période, dont 6 qui ont fait basculer le match : contre Pescara (91), la Juventus (78), le Torino (88), Crotone (84′), le Milan AC (93) et le Sparta Prague (90).

L’arrivée de Pioli : Le départ de Frank de Boer a beau avoir été très contesté par le public interista, son remplacement par Stefano Pioli est, pour le moment, bénéfique au club. L’entraîneur italien est arrivé avec un calendrier assez compliqué, l’opposant directement au Milan AC, avant de rencontrer la Fiorentina, le Napoli et la Lazio. S’il n’a rien pu faire pour sauver l’Inter en Europe, il a cependant bien géré les lourdes confrontations qui l’attendaient. Ainsi, Pioli s’en est tiré avec un 13/18, quatre victoires d’affilée (toutes compétitions confondues), trois clean sheets et plus que 5 points de retard sur le podium.

Ce qui n’a pas fonctionné

La constance : Tantôt impériale contre la Juventus (victoire 2-1), tantôt médiocre contre Cagliari (défaite 1-2), l’Inter a eu du mal à garder une certaine constance pendant très longtemps. Ce n’est seulement ces dernières semaines que les joueurs ont montré la même envie sur le terrain, ce qui a entraîné des résultats positifs. Il faut dire que les quelques problèmes internes, du départ de Mancini à celui de De Boer en passant par la sanction de quelques joueurs, n’ont pas aidé.

La défense : C’est certainement le secteur qui a connu le plus de problèmes en cette première partie d’exercice. Souvent désorganisée et peu sûre, elle a été coupable de nombreux buts qui auraient pu être évités. On peut tout de même noter une certaine amélioration depuis l’arrivée de Pioli, puisque le nombre de clean sheets a doublé : de trois, en trois mois et demi, à six, en dix jours. L’entraîneur a opté plusieurs fois pour une défense à trois malléable qui a fait ses preuves, même si des failles sont toujours à noter.

Les matchs à l’extérieur : Si l’Inter peine à s’affirmer dans le haut du classement après 17 journées, c’est aussi à cause de sa gestion des matchs en déplacement. Sur les 9 parties jouées à l’extérieur, 5 se sont conclues sur une défaite. C’est d’ailleurs à ces occasions que l’équipe a du mal à développer son jeu et finit par s’incliner sur une médiocre prestation. On remarque également que, lors des matchs contre des équipes de la première partie du tableau, l’Inter l’a à chaque fois remporté à domicile, alors que le meilleur résultat en déplacement est le match nul (2-2) contre le Milan AC… à San Siro.

Le joueur à retenir

Mauro Icardi : Donné partant, puis annoncé restant il renouvèle finalement avec une clause à 110 millions, une engueulade avec les tifosi lors de la sortie de son livre, et finalement 14 buts en 18 matchs de Serie A et 5 passes décisives. Le tout à seulement 23 ans. Doté d’un mental de feu et d’un talent fou, Mauro Icardi est bel et bien l’homme qui tient l’Inter à bout de bras, notamment quand ça ne va pas. Ses 5 derniers matchs à domicile ? 8 buts. Voilà voilà.

Le joueur à oublier

Geoffrey Kondogbia : Il y en avait d’autres (Jovetic, Melo …) mais après une première saison peu convaincante par rapport aux attentes, le Français se devait de réagir pour son deuxième essai avec l’Inter. Le résultat n’est guère plus brillant, puisque Kondogbia a continué d’enchaîner les mauvaises prestations. Son erreur qui a mené à un but contre Bologna (1-1) n’est d’ailleurs pas encore passée chez certains supporters. Ses mauvaises prestations l’ont éloigné du terrain à de nombreuses reprises, mais le dernier match en date, contre la Lazio (3-0), a permis de voir que le joueur a bien des ressources, tant qu’il s’applique à jouer simplement.

Giuliano Depasquale

Rédacteur



Lire aussi