Bennacer et l’adaptation milanaise

Par Bruno Ianigro publié le 09 Déc 2019
Ismael Bennacer

Auteur d’une Coupe d’Afrique des Nations remarquée avec la sélection Algérienne, le natif d’Arles en est sorti grandi. Élu meilleur joueur du tournoi à seulement 21 ans, ses prestations ont fait naître des attentes énormes du coté de Milan. Pour le moment, le bilan n’est pas des plus glorieux, mais des signes positifs semblent apparaître.

Des débuts difficiles aux cotés de Giampaolo

Arrivé pour 16 millions d’euros en provenance d’Empoli, Ismael Bennacer débarquait donc dans le nouveau Milan AC de Marco Giampaolo. Fraichement nommé entraineur des rossoneri, l’Italien comptait notamment sur sa nouvelle recrue pour devenir la nouvelle plaque tournante milanaise et prendre la relève de Bakayoko. Revenu tardivement de son aventure internationale, l’ex-joueur d’Empoli ne réussit pas à lancer sa saison et ne convainc pas Giampaolo d’en faire un titulaire ! Principale raison de cela : la condition physique de l’Algérien. Si son influence et son omniprésence dans le jeu des Fennecs étaient indiscutables durant la CAN, son impact dans le Milan AC de Giampaolo est tout autre.

Imprécis et incapable de se montrer précieux à la construction, Ismael se voit indiquer le banc de touche à 3 reprises. Une désillusion pour celui qui fut directement contacté par le technicien italien au moment de son recrutement. Le point d’orgue du naufrage de Bennacer en ce début de saison survient lors de la venue de la Fiorentina à San Siro. Après seulement 12 minutes de jeu, il accroche Chiesa dans la surface et prend son second carton jaune de la saison. Il réédite son erreur à la 69e minute en accrochant Castrovilli. Son match désastreux lui vaut des notes terribles dans la presse italienne.  Après 7 matchs disputés sous les ordres de l’ex-entraineur de la Sampdoria, Bennacer ne compte que 3 petites titularisations et ne parvient pas à redresser la situation dans un Milan lui aussi à la déroute.

Pioli, le salut de Bennacer?

Début octobre, les dirigeants rossonero vont, sans le savoir, relancer la machine Bennacer. Le remplacement de Giampaolo par Stefano Pioli, a permis de remettre à jour la concurrence au poste de Regista. Si Biglia profitait de la confiance de l’ex-entraineur rossonero, le jeune Algérien lui, se voit offrir des opportunités qu’il ne tarde pas à saisir et fructifier. Laissé sur le banc lors de l’opposition face à Lecce puis entré en jeu face à l’AS Roma, le numéro 4 milanais profite du match face à la Spal pour se montrer et convaincre Pioli d’en faire son milieu défensif titulaire.

Avec une condition physique retrouvée, Ismael retrouve petit à petit de son éclat. Son apport est désormais quantifiable et ses titularisations justifiées. Après la déroute collective et personnelle face à la Fiorentina, Bennacer ne se loupe pas face à la Juventus. Avec une prestation à la hauteur de l’événement, le dernier vainqueur de la CAN gagne sa place dans le 11 rossonero. Même s’il ne représente pas encore le meneur tant attendu du côté du Milan AC, Ismael parvient à apporter son agressivité dans un milieu de terrain soporifique jusqu’alors. Une agressivité qui peut coûter cher à l’Algérien qui a récolté dimanche soir son 7e carton jaune de la saison ! Une fois de plus, l’ex-joueur d’Empoli s’est vu pénaliser en première période, l’obligeant à mesurer ses interventions durant tout le reste de la rencontre. Malgré cela, Bennacer est désormais un point d’ancrage important dans le dispositif de Pioli. Récemment nommé parmi les 10 derniers nommés pour le ballon d’or Africain, Ismael Bennacer a probablement laissé passer sa chance de l’emportée suite à son début de saison ratée. Mais attention, avec des performances de qualités, le jeune Algérien pourrait bien être l’une des nouvelles figures d’un Milan AC orphelin de leader.

Bruno Ianigro



Lire aussi