Belotti est-il indispensable à cette Nazionale ?

Par Matthieu Pianezze publié le 23 Mar 2018
Crédits

Funeste 13 novembre 2017

Cette date restera comme le plus grand traumatisme de l’histoire du football italien de sélection. La non-qualification pour le Mondial 2018 en Russie, étant une tragédie pour ce pays ou la culture de ce sport est profondément ancrée dans la société. Vers 22h50 ce soir là, un homme pleure à chaudes larmes dans la surface de réparation suédoise, et semble porter toute la misère du monde sur ses épaules. Cet homme n’est autre qu’Andrea Belotti, le coq qui devait devenir roi restera à quai l’été prochain et ne foulera pas les pelouses russes. Blessé au genou le 2 octobre face à l’Hellas, Belotti avait engagé une course contre la montre pour jouer les barrages à la mi-novembre, après avoir manqué les deux derniers matchs de la phase de poule qualificative face à la Macédoine et l’Albanie. Pas suffisamment remis de cette blessure, il traverse le barrage aller comme un fantôme, en dehors d’une tête en tout début de match sur un centre de Darmian, qui frôlera le poteau droit scandinave et qui aurait pu changer beaucoup de chose. Remplacé à la 65ème par Eder, il débute le match retour sur le banc avant de remplacer Gabbiadini sans parvenir à marquer et à amener l’Italie en prolongation. Les critiques vont pleuvoir sur lui comme sur les autres joueurs en passant évidemment par la tête de Ventura qui tombera quelques jours plus tard.

L’avenir passe-t-il par le chant du coq ?

N’oublions pas qu’Andrea Belotti n’a que 23 ans, et que l’avenir lui appartient amplement. La possibilité de jouer des Euros et des Coupes du Monde lui sera donnée à nouveau. Dès lors, la question de sa place au sein de cette Nazionale en reconstruction se pose logiquement. Appelé par Di Biagio, pour ces matchs amicaux face à l’Argentine puis face à l’Angleterre malgré une nouvelle blessure au genou en début d’année, et plusieurs matchs sans trouver le chemin des filets avec un Torino dans le dur en Serie A. Néanmoins, « il gallo » a inscrit un joli but le week-end dernier face à la Fiorentina dans son style tout en puissance et vitesse. Si le schéma en 4-3-3 avec une seule pointe semble dévolue sur la forme du moment à Immobile, il serait fort prématuré d’écarter Belotti d’une place de titulaire. Par son profil d’attaquant moderne, et s’il retrouve une condition physique de premier ordre sans blessure, le prochain sélectionneur devrait logiquement être tenté de s’appuyer sur lui. Restera le cas de sa situation en club, à l’issue d’une saison ou sa cote aura fortement chuté sur le marché des transferts, lui qui était annoncé à des sommes de près de 90 millions d’euros l’été dernier. Le manque de matchs dans des compétitions du type Europa League ou Champions League, est préjudiciable pour les jeunes joueurs italiens qui doivent se frotter impérativement à d’autres types de football pour espérer ensuite briller sur la scène internationale. Le cas Belotti est symptomatique de ces difficultés, et il sera passionnant de suivre l’évolution de la situation de ce joueur qui a sur le papier, toutes les qualités pour devenir le pilier offensif de la Nazionale pour les 10 prochaines années…



Avatar

Matthieu Pianezze

Rédacteur



Derniers articles

Revue de presse quotidienne du calcio (gratuit par email)

Revue de presse quotidienne du calcio (gratuit par email)

Calciomio est le seul média 100% foot italien. Renseignez votre email pour recevoir un email quotidien avec les meilleures actualités.

Inscription effectuée :)