Balotelli ça sent la fin…

Par Louis Megel publié le 23 Déc 2018

Après être revenu sur les standards des grands attaquants européens avec l’OGC Nice, Balotelli ne parvient pas à confirmer. Transfert avorté, problèmes internes et sportifs, Mario devient un problème pour son coach Patrick Vieira. Si les portes de la Nazionale s’étaient rouvertes pour lui, aujourd’hui même son mentor Mancini semble perdre patience.

Le sportif

Lors des deux dernières saisons Super Mario qui sortait d’une période difficile à Liverpool, avait retrouvé des couleurs sur la Côte d’Azur. Si on combine les exercices 16/17 et 17/18, l’italien a disputé 66 matchs pour 43 buts et 3 passes décisives. Il était donc impliqué dans 0,7 but par matchs, en revanche il prenait beaucoup de cartons : 0,4/match. Mais sous Lucien Favre, son apport dans la construction du jeu était primordial. Dos au but, par ses remises et déviations l’italien se montrait très précis et à l’aise techniquement. Inutile de préciser donc qu’il était indispensable dans la formation du coach suisse. Cette saison c’est tout l’inverse. L’ancien attaquant du Milan et de l’Inter n’a pris part qu’à 10 matchs de L1 sur les 18 possibles et n’a délivré qu’une seule passe décisive. Au niveau des cartons il réussit à faire pire qu’avant avec un carton tous les 2 matchs en moyenne. Un bilan donc catastrophique avec une implication dans 0,1 but par match, on reste très loin de ses chiffres du passé. Dans le jeu on est à des années lumièresères du Balotelli d’il y a quelques mois. Le natif de Palerme semble souvent déconnecté et ne se crée donc que peu d’occasions de buts. L’attitude est déplorable ce qui traduit certainement d’un mal interne.

L’extra-sportif

Cet été Balotelli et son agent pensaient changer d’air, pas loin de Nice, du côté de Marseille qualifié pour l’Europa League au contraire des aiglons. L’OM, un club avec une grosse histoire et une belle côte de popularité aurait pu faire passer un cap à Mario dans un contexte avec plus de pression et d’exigence. Malheureusement les discussions ont trainé trop longtemps contraignant les dirigeants phocéens à stopper les négociations. Pendant ce temps l’OGC Nice effectuait sa pré-saison avec Vieira sans son numéro 9 qui séchait la reprise. À la fin du mercato, contraint de le faire il s’excuse auprès des supporters et de ses coéquipiers afin de réintégrer le groupe. Bien évidemment il est hors de forme, en surpoids et ne réussit pas à se mettre en valeur. Mancini l’appelle quand même en Nazionale et c’est un nouveau fiasco. Il est donc prévu par son staff de le ménager et lui faire un travail personnalisé afin qu’il revienne à un poids correct. Mais rien n’y fait, les tensions avec son coach ne cesse de grandir plus les jours passent et les points de discorde s’additionnent.

L’attaquant affirme ne pas trouver sa place dans le nouveau système ce qui provoque de l’agacement. Une énergie négative transmise à tous ses coéquipiers. Balotelli se comporte parfois comme s’il était le centre du vestiaire alors qu’il n’est pas décisif depuis des mois. Depuis 3 matchs le coach Vieira a décidé d’exclure son attaquant du groupe. Il se murmure même que les dirigeants niçois verraient d’un bon oeil un départ dès cet hiver. Le joueur et son agent Mino Raiola privilégierait un retour en Italie, problème : les prétendants ne se bousculent pas au portillon. Les seules offres potentielles viendraient de Chine… Les vacances ne pourront qu’être bénéfiques pour Balotelli qui va devoir se remettre en question afin de se relancer avec Nice, sinon ses espoirs de retrouver un club plus huppé et la Nazionale partiraient en fumée. Pourtant Nice et Mancini avait tout mis en oeuvre pour que cela se produise… On semble donc se diriger vers une énième déception pour Mario Balotelli.

Louis Megel



Lire aussi