Avec Mkhitaryan, Kalinic et Smalling l’AS Roma s’étoffe

Par Luca Dangréaux publié le 19 Sep 2019

Le mercato de l’AS Roma semblait bouclé et il ne restait d’ailleurs que quelques heures avant que le marché des transferts ne ferme officiellement ses portes. Le 2 septembre dernier, dernier jour de mercato, le club annonce pourtant l’arrivée de Nikola Kalinic à 18h58 puis celle de Henrikh Mkhitaryan une petite heure plus tard. Chris Smalling avait lui débarqué dans la capitale italienne le 31 aout. Trois recrues de fin de mercato qui laisse à penser au fameux panic buys mais aussi trois profils similaires qui pourraient être plus que des compléments d’effectif. Le Croate, l’Arménien et l’Anglais sont dans la même tranche d’âges (respectivement 31, 30 et 29 ans), ont déjà connu plusieurs grands clubs et des coupes d’Europe. Un attaquant, un milieu de terrain et un défenseur qui devraient avoir du temps de jeu, à commencer peut-être par ce jeudi soir avec la réception d’Istanbul Başakşehir, pour le premier match de poule de l’Europe League.

Et Smalling qui font… cinq

L’AS Roma va donc jouer la première partie de la saison 2019-2020 (au moins) avec cinq défenseurs centraux. Ils se nomment Fazio, Mancini, Jesus, Cetin et donc Smalling. Un chiffre d’autant plus conséquent que l’entraîneur Paulo Fonseca ne joue pas avec trois défenseurs centraux dans son dispositif tactique mais plus généralement deux. L’Anglais est déjà blessé et n’est donc pas dans le groupe mais quel temps de jeu pourra lui être réservé en giallorosso ? On est loin du jeune défenseur très prometteur de Manchester United, installé pour assurer la difficile succession de Rio Ferdinand et Nemanja Vidic. Sa dernière (et seule) saison à plus de 30 matches de championnat date de 2015-2016 et son arrivée à l’AS Roma traduit une carrière en perte de vitesse. Le défenseur anglais est souvent handicapé par un corps souvent blessé. Lui l’habitué de l’axe droit semble être venu pour suppléer l’autre recrue Gianluca Mancini. Smalling a déjà joué la Champions League, avec sa sélection nationale et plus de 300 matches avec Manchester United. De quoi attendre de lui un niveau de jeu digne des attentes.

Mkhitaryan peut se faire une place

Parmi les trois recrues abordées ici, Henrikh Mkhitaryan est sans aucun doute celle qui est le plus à même de s’imposer dans le onze titulaire de Paulo Fonseca. Le départ d’El Shaarawy a laissé une place vide dans la ligne de milieu offensif. Pour accompagner Zaniolo et Ünder, ni Pastore ni Perotti ni Kluivert n’ont surclassé la concurrence et le poste d’ailier gauche est donc à prendre. L’Arménien ne possède pas les qualités de vitesse et d’explosivité que réclame le poste mais dans une équipe qui a le ballon et qui joue haut (comme le souhaite le coach portugais), il pourrait s’installer dans un rôle de meneur de jeu excentré. De quoi, en plus, permettre à Zaniolo de se débarasser de cette tâche pour d’avantage se projeter dans le surface de réparation adverse. Titulaire, l’ancien Gunner l’était d’ailleurs lors de la folle victoire des Giallorossi face à Sassuolo (4-2). Il a démarré le match… ailier gauche et s’est offert un premier but pour fêter cela.

Dzeko a officiellement un remplaçant

Comme Smalling et Mkhitaryan, Nikola Kalinic a déjà connu plusieurs grands clubs, sa sélection nationale et les coupes d’Europe. Comme les deux autres, il (re)vient en Serie A pour se relancer mais la probabilité pour qu’il soit lui titulaire est infime. Fonseca n’aligne qu’un seul attaquant de pointe et Edin Dzeko est indéboulonnable. Kalinic a la particularité de bien connaître la Serie A puisqu’il y a joué 100 matches en trois saisons. C’est d’ailleurs à la Fiorentina qu’il a réalisé sa saison la plus prolifique (15 buts en 2016-2017). Depuis, il n’a pas su franchir le cap du gotha européen et a erré entre l’Atlético Madrid et le Milan AC. Sera-t-il capable d’assurer ce rôle si particulier de second et de savoir être opérationnel lorsque l’équipe aura besoin de lui ? Ça pourrait être dès ce jeudi soir européen ou dimanche après-midi sur la pelouse de Bologna.

 

Luca Dangréaux



Lire aussi