Atalanta, les tops et flops de la mi-saison

Par Nicolas Segura publié le 31 Déc 2019

Cette saison, excepté Gianluca Mancini, tous les cadres de l’Atalanta sont restés. Mario Pasalic a été prêté une deuxième saison par Chelsea. Luis Muriel, Guilherme Arana, Simon Kjaer et Ruslan Malinovskyi sont les recrues de l’équipe première. Duvan Zapata a certes été blessé, mais les cadres de la Dea ont su répondre présent, à la fois en Serie A et en Champions League. L’Atalanta était très mal partie en C1, pourtant, les joueurs phares de l’équipe ont su élever leur niveau de jeu  au moment crucial, à l’image du capitaine Papu Gomez. Certains joueurs comme Pasalic et Gosens deviennent incontournables au sein de l’équipe. En revanche, les recrues Kjaer et Arana n’ont pas su s’imposer et ont un temps de jeu famélique. Masiello est lui sur le déclin.

Les tops

Mario Pašalić : Quelle première partie de saison ! 6 buts et 3 passes décisives à son compteur, le Croate n’en finit plus de surprendre. Sa polyvalence est un atout pour l’équipe : derrière l’attaquant ou au milieu de terrain, il s’intègre de mieux en mieux au fil de son aventure bergamasque. Il est à la fois à la construction et à la conclusion des actions. Son histoire avec l’Atalanta pourrait bien continuer, vu que les dirigeants auraient l’intention de lever l’option d’achat.

Papu Gomez : Le capitaine est toujours aussi précieux. Il est là quand l’équipe va moins bien, il la porte quand il le faut. Il est aux portes du top 5 des meilleurs buteurs de l’histoire du club. Cette saison, il a marqué 6 buts et distillé 7 passes décisives. Son apport offensif n’est plus à prouver. L’association avec Ilicic et Muriel est une force. Ce trio fait de la Dea la première attaque de Serie A à quasiment mi-chemin. C’est l’homme fort de l’équipe, le facteur X. L’Atalanta devra compter sur l’Argentin pour la suite de la saison.

Robin Gosens : Cette année, il est le maillon fort sur le côté gauche. Titulaire indiscutable au poste de piston gauche, il confirme sa bonne saison 2018-2019. Ces derniers mois, il est devenu une force sûre. Arrivé il y a deux ans en provenance des Pays-Bas, l’Allemand a inscrit 5 buts et a distribué 3 passes décisives. En Champions League, il s’est aussi distingué en marquant le but du K.O. face au Shakhtar. Ce but récompense son abnégation et son apport lors des grands matchs n’est plus à démontrer.

Les flops

Simon Kjaer : Venu en prêt à Bergame pour apporter son expérience en Champions League, il va sûrement retourner à Séville vu le peu de temps de jeu qu’il a eu. Il n’a disputé que 381 minutes sous le maillot de la Dea et n’a disputé qu’un match en C1, face au Dinamo Zagreb. Gasperini ne l’a plus fait jouer depuis le match contre le Napoli, fin octobre. Pire encore, il n’a pas été convoqué lors des deux derniers matchs. Malgré des débuts convaincants face à l’AS Roma, le capitaine de la sélection danoise n’a pas réussi à s’imposer et à s’habituer au style de jeu de Gasperini.

Guilherme Arana : Difficile de faire la différence lorsqu’il y a autant de latéraux de qualité… Arana est venu lui aussi en prêt de Séville. Son temps de jeu est faible, même pire que Kjaer : seulement 75 minutes disputées et aucune titularisation. Tout comme son coéquipier danois, il n’a pas été appelé pour les deux derniers matchs de l’année. C’est une déception pour le Brésilien, venu à Bergame pour obtenir du temps de jeu, il n’a pas pu concurrencer Gosens, auteur d’une très bonne année 2019 (voir plus haut).

Andrea Masiello : L’âge commence à se faire ressentir… Il dispute de moins en moins de rencontres : depuis fin octobre, il a seulement joué le derby face à Brescia et le match contre le Shakhtar. Il dégage moins de sérénité que ses trois compères en défense. Si précieux lors des dernières saison, il semble perdre peu à peu de vitesse et n’est plus titulaire indiscutable, même si son expérience reste importante pour la Dea.

Nicolas Segura



Lire aussi