Arturo Calabresi, l’autre Italien de la Ligue 1

Par Ben Soffietti publié le 23 Mar 2020

Depuis le début de l’ère qatari, le PSG a compté dans son effectif quelques Italiens, comme Sirigu et Motta, et actuellement, si l’on pense à un Italien évoluant en Ligue 1, c’est Marco Verratti qui vient tout de suite à l’esprit. Or, depuis le début de la saison, un second joueur transalpin foule chaque weekend les pelouses de l’Hexagone avec moins de lumière mais des prestations de qualité. Il s’agit d’Arturo Calabresi, prêté par Bologna à Amiens. Calciomio s’est donc penché, en cette période sans football, sur la saison du défenseur, en se questionnant sur son possible futur en club et en sélection.

Une saison difficile mais des performances sérieuses

A la fin du mois d’août 2019, alors que la clôture du mercato estival s’approche, l’équipe d’Amiens perd son latéral suédois Krafth, qui part pour Newcastle. Le club picard cherche alors activement un remplaçant et c’est en Italie qu’une solution apparaît pour le président Bernard Joannin. Cette solution s’appelle Arturo Calabresi, 23 ans, joueur de Bologna.

Formé à l’AS Roma, issu de la même génération que Lorenzo Pellegrini, avec qu’il est très ami, Calabresi n’a fait qu’une saison en Serie A avec les Rossoblù (18 matchs). Avant 2018, il n’avait joué qu’en Serie B, en passant par Livorno, Brescia, Le Spezia Calcio et Foggia.

Son aventure en Picardie commence le 31 août 2019 contre Toulouse. Recruté comme latéral droit, il connaît sa première dans une défense à cinq, où il occupe le poste de stoppeur droit. Il regarde les deux matchs suivants du banc puisque Lukas Elsner, le technicien slovène d’Amiens lui préfère l’expérimenté Christophe Jallet.

Il faut donc attendre le 25 septembre et la réception de Bordeaux pour revoir à nouveau l’Italien fouler une pelouse de Ligue 1. A partir de là, il ne quitte plus son poste, enchaînant les matchs, sauf contre Strasbourg, étant suspendu. Rapidement, il apprend le français pour être capable de communiquer avec ses coéquipiers, « en moins de 100 jours » alors qu’il maîtrisait déjà « parfaitement l’Anglais ».

Au final, au moment de la pause imposée par l’épidémie de Covid-19, Calabresi a disputé 20 matchs, pour un but, celui de l’égalisation contre Nîmes et une passe décisive, encore pour arracher un point, contre Marseille. Mais les résultats d’Amiens sont en chute libre et les Picards ne se sont plus imposés depuis mi-novembre. Le maintien se complique. Mais dans ce marasme collectif, Calabresi fait partie des joueurs réguliers : il a même été élu joueur amiénois du mois de décembre par les supporters.

Un avenir en pointillé

Arturo Calabresi est prêté par Bologna à Amiens, un prêt assorti d’une option d’achat, mais les Rossoblù ont aussi un droit de rachat. La situation sera donc en suspens jusqu’en fin de saison, car il est légitime de supposer qu’en cas de relégation, l’Italien aura surement envie de quitter la Picardie. Cependant, malgré des résultats compliqués, il a récemment confié au site gianlucadimarzio.com, vivre « une expérience magnifique, dans une petite ville du Nord de la France qui vit pour le football. » Il n’a donc pour le moment révélé aucun indice quant à son avenir.

Et la Nazionale dans tout ça ? Fils du comédien Paolo Calabresi, qui a joué dans une trentaine de films en Italie, Arturo a connu toutes les équipes de jeunes, des U17 jusqu’aux Azzurrini, en juin 2019. Mais, son parcours lui a fermé, pour le moment, les portes de la Squadra Azzurra. Cependant, aux vues des difficultés récentes au poste de latéral droit (manque de temps de jeu pour Florenzi, blessures répétitives pour De Sciglio, irrégularité pour Izzo, etc…), il est possible d’imaginer que dans quelques années, si Calabresi parvient à gagner en stabilité et à s’imposer dans un club un peu plus huppé, il pourrait prétendre à défendre les couleurs de son pays.

En attendant, Arturo Calabresi profite de sa vie en Picardie, en espérant un jour ressembler à son idole Daniele De Rossi : « C’est l’homme et le footballeur que j’espère devenir« . C’est tout ce qu’on lui souhaite !

Ben Soffietti

Rédacteur



Lire aussi