Arbitrage en Serie A : y a t-il une affaire Gavillucci ?

Par Florian Giunta publié le 14 Jan 2019

Ce 26 décembre 2018, en ce jour de Santo Stefano, des cris de singe résonnent à San Siro dans le Boxing Day entre l’Inter et le Napoli contre le défenseur central Kalidou Koulibaly. Peu concerné par les principes, le règlement et l’esprit de Noël, l’arbitre ne bronche pas. Quelques heures plus tard, resurgit dans l’actualité Claudio Gavillucci, 39 ans. Il n’est autre que cet homme en noir qui a eu le courage d’arrêter le match Sampdoria-Napoli au Marassi le 13 mai 2018. Depuis, l’arbitre a été déclassé et foule les terrains de terre battue dans l’agglomération romaine.  De là à y voir un lien direct, il n’y a qu’un petit pas franchi allègrement par plusieurs journaux italiens. Y a-t-il vraiment une affaire Gavillucci ?

Trois minutes pour dire non

Claudio Gavillucci suspend le match pendant environ trois minutes suite à des insultes racistes contre les Napolitains. « Oh Vesuvio, lavali col fuoco! » (« Oh Vésuve, lave-les avec le feu ») s’élève de la curva sud et répond à des slogans anti-génois mentionnant les inondations de 2011 dont la ville ligurienne a été victime. M.Gavillucci stoppe la partie durant trois minutes. Conscient de la gravité des incidents, le président dorianiste Ferrero descend même sur le terrain pour demander aux « supporters » de se taire. M.Gavillucci connaît le règlement et n’est pas un débutant : il officie en Série D à partir de 2003, en Lega pro en 2008, en Serie B dès 2011 et son premier match dans l’élite est un Atalanta-Bologna le 27 avril 2013.

Après 50 matchs en Serie A, la CAN A (commission qui régit les matchs de Serie D à A)  le rétrograde en juin 2018 suite à des évaluations techniques insuffisantes. Au nom d’un sain renouvellement,  la commission compétente – munie de ses évaluations – estime qu’il n’a plus le niveau du haut-niveau.

Mais est-on certain que sa rétrogradation soit bien liée à l’arrêt du match Sampdoria-Napoli ?

Selon Luca Marelli (ancien arbitre de l’élite) qui tient un blog fort bien renseigné, c’est une fumeuse théorie. Il aurait été déclassé pour faire de la place à Federico La Penna, lui aussi romain, afin que les arbitres originaires de Rome et de son agglomération restent cinq (il y a aussi messieurs Doveri, Valeri, Mariani et Pasqua). Ses qualités sont-elles en cause ? A l’exception d’un malheureux Torino-Fiorentina durant laquelle le VAR l’a beaucoup corrigé, M.Gavillucci a fait une plutôt bonne saison 2017-2018. La Fédération italienne (FIGC) se justifie en répétant que chaque année des arbitres sont promus et d’autres relégués. Petit hic, chaque année, deux arbitres sont déclassés; en juin ce sont quatre d’entre eux qui se sont vus interdire les pelouses de Serie A et B ! Celle qui nourrit aussi la suspicion c’est la commission qui ne justifie jamais ses choix par des évaluations transparentes alors qu’elle soutient que M.Gavillucci a terminé dernier du classement… Pire, M.Gavillucci a reçu sa fiche d’évaluation sans notes alors que les autorités ont fourni lors du recours un document complet. Les notes (toutes basses) semblent avoir été ajoutées à posteriori. M.Gavillucci ne compte pas se laisser faire…

Les recours de M.Gavillucci

Mécontent, Claudio Gavillucci décide de poursuivre  l’AIA (l’association gérant les arbitres au sein de la FIGC) au nom d’une absence de transparence et d’impartialité. Gavillucci et ses conseils appuient là où ça fait mal : le non-respect du règlement, une évaluation peu claire de son travail, la non application des normes sur le nombre d’arbitres rétrogradés, l’absence de communication, des critères d’évaluation peu explicites et des notes qui en découlent. Le plaignant s’appuie sur un précédent : la « décision Greco » du 9 octobre 2017 annulant la décision contre Giovanni Greco et le rétablissant dans ses fonctions, motivée par le déficit de transparence et d’impartialité. Bref, les critères sont opaques. Si le 7 aout 2018 son recours est rejeté par la section disciplinaire du tribunal fédéral national, le 13 septembre 2018  la cour fédéral d’appel annule la précédente décision. Ainsi, la section disciplinaire du tribunal fédéral doit procéder à l’examen de l’éventuelle réintégration de Claudio Gavillucci. Il semble que la procédure n’ait pas respecté la nécessité du contradictoire…

Si les commentateurs sont allés un peu vite en associant le déclassement de Claudio Gavillucci et l’arrêt temporaire du match Samdporia-Napoli, la FIGC montre toutefois et gravement son incurie. Udinese-Bologna, le 20 mai 2018, aurait été l’ultime match de Serie A arbitré par M.Gavillucci ; l’ultime vraiment ?

NDLR : Le 23 janvier 2019, la Cour fédérale d’appel, après examen du recours de Claudio Gavillucci, annule sa rétrogradation. Il doit pouvoir de nouveau arbitrer en Serie A. C’est une décision inédite. A suivre ! 

Florian Giunta



Lire aussi