Après-match : Italie-Irlande

Par Matteo Pogliani publié le 22 Juin 2016
Crédits

Italie-Nazionale

Le film du match

Un match qui débute avec une certaine intensité, les Irlandais en quête d’un résultat positif pour se qualifier. Les Italiens, eux, ont envie de se montrer aux yeux de Conte pour le faire douter avant la rencontre au combien importante de lundi prochain. Et la première frayeur provient d’une frappe lointaine du gauche de Hendrick qui a frôlé le montant droit de Sirigu. Pour le reste, les vingt premières minutes n’ont offert aucune occasion franche, si ce n’est quelques corners des deux côtés. Justement, sur un corner irlandais, Sirigu se fait trouver prêt et claque des mains cette belle tête. Pas grand chose à nouveau à se mettre sous la dent pour les dix minutes qui suivent. Les Irlandais nous mettent quelque peu en difficulté sur des phases arrêtées, mais pour le reste, il n’y a pas d’éclats majeurs à signer au cours de cette première mi-temps. Sirigu se chauffe avec Long et écope d’un carton jaune, tant que c’est lui, cela n’inquiète pas trop. Il aura fallu attendre la 42ème minute pour voir une première frappe italienne, de la part de Immobile, qui ne passe pas loin du poteau droit irlandais. La mi-temps arrive à grand pas, les irlandais réclamant un pénalty au bout d’un premier exercice pas très palpitant.

On a une Italie bien plus entreprenante en ce début de seconde mi-temps avec à noter une belle reprise de volée à la 52ème de Zaza sur un centre venu de la gauche. La balle passe tout juste au-dessus de la barre irlandaise. L’Irlande se montre ensuite dangereuse à la 10ème de cette seconde période, avec une double occasion, dont l’une offerte par Motta, qui a été repoussée par Sirigu et la défense italienne.

Les enseignements

C’était le match qu’on attendait finalement, une entame rugueuse de la part des irlandais, et très peu d’occasions. A vrai dire, tirer des enseignements de cette rencontre parait compliqué, tant l’enjeu est inexistant niveau classement pour la Squadra. Il est clair, certains joueurs voulaient se mettre, pour peut-être faire douter Conte sur ses futurs choix. L’essentiel était de sortir de cette rencontre sans blessures, et sans suspendus.

Tactiquement, le bloc est à nouveau en place, les irlandais étant dangereux quasi exclusivement sur coups de pied arrêtés. On peut regretter une circulation de balle qui laisse à désirer, même dans les fameuses ripartenze la fluidité n’était pas au rendez-vous. Des joueurs volontaires, débordant d’envie, mais qui se précipitent trop. Une cohésion de jeu qui manque clairement, et on espère voir un autre visage face à l’Espagne lundi, pour éviter d’être corrigés sévèrement. Biensur, on peut dire que les conditions de jeu, les conditions de classement aient pu avoir une influence sur l’état des esprits des joueurs italiens, mais tout de même, on aurait pu espérer mieux justement de ces joueurs désireux de se montrer aux yeux de Conte. Zaza sort peut-être quelque peu du lot, mais ça reste poussif. Comme cette rencontre finalement.

Félicitons nous tout de même du fait que les possibles suspendus n’aient pas pris de cartons jaunes, ou encore qu’aucun joueur ne soit sorti sur blessure. Pour le reste, on passe. Retenons la belle image de Conte et Buffon qui se félicitent avec le coach irlandais qui aura aussi la lourde tâche d’affronter les Bleus dimanche.

La feuille de match

Italie – Irlande 0-1

Buteur(s) : Brady (85′)

Italie (3-5-2) : Sirigu; Barzagli – Bonucci (C) – Ogbonna; Bernardeschi – Sturaro – Motta – Florenzi – De Sciglio; Zaza – Immobile.

Irlande (4-3-1-2) Randolph; Coleman (C) – Duffy – Keogh – Brady; Hendrick – Whelan – Quinn; Hoolahan; Murphy – Longh.

Arbitre : Ovidiu Alin Hategan.




🔥 Les sujets chauds du jour :

« Après Italie – Espagne, mes certitudes sur l’équipe nationale ont vacillé », Marco Tardelli

« La Croatie le pire adversaire possible », Capello met en garde l’Italie

« Ce sera un match différent face à la Croatie », Gianluigi Buffon

Bryan Cristante révèle la force de l’Espagne contre l’Italie

Gianluigi Buffon évoque la rencontre entre la Croatie et l’Italie

Avatar

Matteo Pogliani

Rédacteur



Derniers articles