Andrea Ranocchia, bandiera nerazzurra

Par Frédéric Marjary publié le 21 Mai 2019

Arrivé à l’Inter en provenance du Genoa, Andrea Ranocchia est en Lombardie depuis janvier 2011. Prêté à la Sampdoria puis à Hull City, celui qui a toujours clamé son amour pour la Beneamata vient de prolonger son contrat jusqu’en 2021. Focus sur un joueur à la fois terriblement contesté mais attachant et surtout attaché à son club.

Interista vero

Lorsqu’il signe à l’Inter à 21 ans, un avenir brillant semble promis au jeune espoir azzurri. Celui que l’on voit comme le futur de la Nazionale en défense centrale a impressionné au Genoa. Il impressionne également lors de ses débuts en bleu et noir, spécialement lorsqu’il sauve l’Inter en dégageant un ballon sur sa ligne en huitièmes de finale de Champions League contre le Bayern après une prestation de haute volée. Malheureusement, comme pour de nombreux joueurs, des blessures vont freiner sa progression. Pour une grande partie des tifosi, Ranocchia représente cette période interminable de saisons noires. Capitaine d’un bateau qui ne faisait que couler, l’Italien affichait certes un niveau de jeu catastrophique mais s’est toujours montré exemplaire vis-à-vis des valeurs nerazzurre. « J’ai toujours donné tout ce que je pouvais. Il n’y a jamais eu de problèmes avec lesquels je n’ai pas trouvé de solutions pour continuer cette aventure ensemble. Je suis fier de ce que j’ai fait sur le terrain mais également ce que j’ai pu transmettre autour de moi. » Même s’il ne joue pas souvent depuis quelques saisons, « Frog » continue de tout donner pour ce maillot. A 31 ans, il profite de tous les moments que peut offrir une carrière de footballeur professionnel.

4ème défenseur mais quasi-capitaine

Ranocchia s’est retrouvé sous les feux des projeteurs après l’affaire Icardi. Dans ce contexte compliqué, il s’est comporté en véritable patron du vestiaire, contrairement à l’ex-capitaine. Quand Icardi faisait passer ses intérêts personnels avant le groupe, l’Italien lui répondait via les réseaux sociaux qu’il fallait toujours faire passer les intérêts de l’équipe avant tout. Le brassard ne pouvait pas lui revenir vu son faible temps de jeu, mais il a joué un rôle de capitaine grâce à son expérience, sa tranquillité, construites après ses moments pas toujours évidents à l’Inter. Même les tifosi hostiles à son égard ont changé d’avis. La Curva Nord a salué le joueur, représentant fièrement les symboles de l’Inter. 4ème défenseur dans la hiérarchie, Ranocchia n’a jamais déçu cette année. Les rares fois où il a joué, il s’est montré rassurant, convaincant et a même marqué en Europa League contre le Rapid Vienne. L’arrivée de Godin n’arrangera rien pour lui, tant De Vrij et Skriniar sont déjà au dessus, mais il prend son rôle au sérieux et est toujours disponible pour servir l’équipe. Comme disait l’emblématique capitaine Facchetti, « il y a des jours où être intériste est facile, d’autres où c’est douloureux, et des jours où l’être est un honneur« . Aucune maxime n’illustre mieux l’aventure nerazzurra d’Andrea Ranocchia.

Frédéric Marjary



Lire aussi