Alexis Sánchez à l’Inter : un petit tour et puis s’en va ?

Par Fabio Pendolino publié le 09 Mar 2020

Malgré son retour sur les terrains après sa blessure, Alexis Sánchez ne devrait pas faire long feu à l’Inter. Prêté sans option d’achat à l’Inter, le Chilien n’est qu’une solution de remplacement derrière l’inamovible duo Lautaro-Lukaku et ne devrait pas faire partie de l’effectif nerazzurro malgré plusieurs bons matchs sous les ordres d’Antonio Conte.

Plusieurs facteurs pouvaient laisser entrevoir une belle opportunité, autant pour le joueur que pour le club, de voir ce prêt se conclure d’une bonne manière. Après une expérience difficile à Manchester United où Sánchez ne répondait pas aux grandes attentes fondées en lui, il retrouvait à l’Inter un manager qui l’a suivi de nombreuses années et le voulait dans ses équipes. Il retrouvait un club luttant sur trois tableaux différents, dans une nouvelle phase d’un projet.

De manière toute aussi importante, il n’avait pas à affronter une énorme concurrence pour pouvoir se montrer. Comme dit précédemment, il partait derrière le duo Lautaro-Lukaku et devait se battre avec Politano et le jeune Esposito jusqu’en janvier pour avoir le rôle de dynamiteur en cours de partie, s’il ne débutait pas titulaire. Dans une telle disposition, avoir un attaquant polyvalent comme lui, qui est capable d’occuper avec brio le rôle de secunda punta, aurait pu se révéler très précieux. Aujourd’hui, Politano est parti au Napoli et Esposito s’est blessé alors que le seul Eriksen est arrivé dans ce même rôle de levier offensif en cours de match mais el niño maravilla n’a disputé que 14 matchs (583 minutes) en sept mois.

Un physique fragile

Une blessure du tendon du péroné l’a fait manquer 84 jours de compétition à l’Inter, l’éloignant des terrains d’octobre à décembre dernier. En plus des 14 matchs ratés à Milan, Sánchez a un historique de 14 blessures à son actif depuis le début de sa carrière.

Acheté 34 millions d’euros à Arsenal par les Mancuniens en janvier 2018, les Red Devils ne lâcheront pas le joueur sans un minimum de retour sur investissement. Surtout, à plus de dix millions d’euros de salaire par an, le Chilien est le joueur le mieux payé de l’effectif anglais. L’Inter ne prend, dans le cadre de son prêt, en charge qu’une portion minime de son salaire et ne pourrait lui payer une somme semblable dans un hypothétique transfert permanent (Lukaku et Eriksen plafonnent à 7,5 millions d’euros nets par an, plus bonus).

Malgré les difficultés qu’a Lautaro depuis quelques matchs à jouer à son niveau, et le peu d’options disponibles en attaque, il paraît alors peu probable que Sánchez reste à Milan. Une indemnité qui devrait s’élever à au moins une dizaine voire 20 millions d’euros, combinée à son salaire important rend cette transaction compliquée – à moins d’un important revirement de situation. En bonne voie pour se qualifier en Champions League, avec l’Europa League à jouer et un capital qui pourrait être fourni par plusieurs joueurs actuellement envoyés en prêt, l’Inter devrait avoir de quoi se montrer aggressive sur le mercato estival tout en poursuivant des cibles plus jeunes. Un avis que semble partager Solskjaer, entraîneur de Manchester United : « Alexis reviendra ici cet été et montrera à tous qu’ils s’étaient trompés à son sujet« . Plus que trois mois sous la tunique nerazzurra pour donner tort à ses détracteurs.

Fabio Pendolino

Rédacteur



Lire aussi