Abate et le Milan AC, fin de la belle histoire

Par Matthieu Pianezze publié le 25 Mai 2019

Demain soir, sur la pelouse de la SPAL dans un match capital pour le Milan AC dans sa quête de Champions League, un homme sera face à son destin. Un dernier match pour un destin teinté de rouge et noir pour Ignazio Abate qui aura passé 10 saisons à lutter pour le Diavolo. Avec plus de 300 matchs au compteur sous ce maillot, il laissera la trace d’un joueur qui a toujours tout donné et qui aura connu la fin de l’âge d’or du Milan puis les périodes plus délicates.

Un coeur rouge et noir

Natif de Sant’Agata de’ Goti à plus de 750 kilomètres de Milan, c’est pourtant en Lombardie que le jeune Ignazio va débouler pour faire ses classes dans les catégories jeunes du club rossonero. Avec un profil de joueur offensif dans un premier temps. Il est lancé dans le grand bain de l’équipe première à 17 ans seulement dans un Milan qui est alors encore un mastodonte italien et européen. En ce soir de janvier 2003, il va débuter en Champions League face au Celta Vigo en entrant en jeu à la 68ème minute pour remplacer l’immense Alessandro Costacurta. Puis, devant l’épaisseur incroyable d’un effectif aux stars qui regorgent dans toutes les lignes, Abate va être envoyé en prêt durant 5 saisons pour s’aguerrir. Il jouera successivement au Napoli en Serie C puis à Piacenza et Modena en Serie B avant d’aller à Empoli et au Torino en Serie A. Un parcours divers et varié qui va forger le caractère de battant d’un joueur qui trouvera finalement ses aises au poste de latéral droit numéro 20 dans le dos. De retour à l’été 2009 il va directement s’imposer comme titulaire aux yeux du coach Leonardo. Il enchainera ensuite 3 saisons durant lesquelles il imposera sa marque dans le couloir droit de la défense lombarde bien secondé par une charnière centrale Thiago Silva Nesta à son apogée. Il en profitera en même temps pour goûter aux joies de la Nazionale avec un Euro 2012 particulièrement réussi dans la peau d’un titulaire aux yeux de Prandelli.

Des titres, de la sueur et des larmes

Actif dans son couloir en misant sur sa vitesse pour déborder ses adversaires, Abate s’est toujours dépouillé sur la pelouse. Parfois raillé pour son manque de précision dans les centres et dans la dernière passe, il a livré de nombreux combats en se montrant parfois intraitable défensivement comme face à un Cristiano Ronaldo version Real Madrid ou un Leo Messi. Martyrisé dans les derbys par un certain Diego Alberto Milito il n’en gardera pas moins une cote d’amour élevée auprès des tifosi du Milan qui voyait en lui ces derniers temps le dernier survivant de l’époque glorieuse du Diavolo. Champion d’Italie en 2011, il a ajouté deux Supercoupes en 2011 et en 2016 à son palmarès. Alors qu’il n’a pas encore 33 ans, le Milan a décidé de ne pas prolonger son contrat qui s’arrêtera en juin. Pourtant, à l’issue d’une saison durant laquelle il aura occupé plutôt brillamment le poste de défenseur central et aura enchainé les titularisations à droite avec les fragilités physiques de Calabria et de Conti il postulait légitimement à un renouvellement.

La décision de ne pas prolonger ce cadre du vestiaire a dès lors surpris beaucoup de suiveurs du club. Néanmoins, la Curva Sud n’a pas manqué de rendre homme à son soldat face à Frosinone le week-end dernier avec une banderole explicite « 10 ans, d’engagement et d’humilité. Tu as gagné le respect des ultras. Merci Ignazio ! » Abate a répondu en montrant son coeur avant que des larmes ne coulent de ses yeux bleus. Lorsqu’il a été remplacé par Conti il a enlevé son maillot pour faire apparaitre un t-shirt noir floqué « Col il Milan nel cuore per sempre », l’émotion s’est alors emparé des 60 000 tifosi présents. Néanmoins, avant de partir le coeur immensément lourd Ignazio a une dernière mission, celle d’envoyer le Milan en Champions League 5 ans après sa dernière campagne.

Matthieu Pianezze

Rédacteur



Lire aussi