4ème journée européenne : le bilan des clubs de Serie A

Par François Lerose publié le 09 Nov 2018

On prend les même et on recommence, on change juste de stade. Ainsi, Le PSG, Marseille, Manchester United, Barcelone, entre autres, ont croisé le fer avec nos équipes italiennes. Le bilan est toujours positif avec 2 victoires, 3 nuls et 1 défaites mais laisse quand même un gout amer.

Les satisfactions

L’Inter progresse, Icardi tueur

Dépassée face au Barca il y a deux semaines, l’Inter de Spalletti annonçait avoir appris la leçon. A San Siro et devant son public, l’Inter n’a pas démérité, quoi que toujours dominée. Posant plus de problèmes aux barcelonais, les nerazzurri ont réussi à réagir après le coup sur la tête reçu à la 82ème par Malcom. L’inévitable Icardi est passé par la pour prendre un point en or en vue de la qualification.

L’AS Roma fébrile, mais gagnante

On ne se réjouira pour le coup que du résultat concernant l’AS Roma. Face au CSKA, la Louve est bien rentrée dans son match en inscrivant vite le premier but. Puis tout fut plus compliqué avec des joueurs dépassés tactiquement face à une équipe moscovite dominatrice. Bien heureusement pour Di Francesco et les siens, le CSKA prend son rouge et Pellegrini délivre une équipe qui vraisemblablement ira en huitième. Pour la suite, il faudra faire plus.

La Lazio toujours sérieuse ! Mais remaniée

En Europe il y a des choses qui restent, comme le pragmatisme de la Lazio en phase de poules. En dominant une nouvelle fois Marseille 2-1 (3-1 à l’aller), l’Aquila s’est offert la qualification pour les 16ème. Premier club italien qualifié pour la suite en Europe, la Lazio montre qu’elle peut aller loin et faire oublier la déconvenue de Salzbourg la saison passée.

Le Napoli obtient un point à meilleure saveur

Si le but de Di Maria aura de quoi faire enrager les tifosi napolitains à l’aller, le penalty concédé par Thiago Silva a fait de même avec les supporters parisiens. Nouveau nul, d’une manière différente, déjà moins aigre d’un point de vue saveur. Le Napoli est premier de son groupe et doit recevoir Belgrade. Maintenant il faut gagner.

Les déceptions

Un Milan AC décimé

Face au Bétis et avec un 3-5-1-1 assez douteux, Gattuso voulait sa revanche face au Bétis. Si ses joueurs n’ont pas démérité en obtenant un nul précieux qui leur permet de se maintenir devant l’Olympiakos. à la deuxième place tout en restant au contact du leader espagnol, c’est du côté de l’effectif qu’il va falloir regarder. Musacchio sorti sur KO et Calhanoglu blessé à la cheville droite, celle qui le faisait souffrir il y a peu. Le tout avant d’enchainer Juventus et Lazio en championnat. Mouais.

Une Juventus qui tend le bâton

Peut-être la plus grosse déconvenue tant elle n’était pas attendue. Face à Manchester, la Juve avait déjà démontré sa supériorité à l’aller. Mais par excès de confiance ou de facilité, la Vieille Dame s’est encore endormie. Dominatrice sans trouver la faille, elle a laissé son adversaire revenir, d’abord sur une faute bête de Matuidi puis sur un CSC ridicule. Mourinho exulte, Bonucci l’embrouille, tout va de travers. la Juve reste première mais la manière fait tache pour le club numéro un en Italie. Il faudra corriger cet affront rapidement en se qualifiant et en verrouillant une première place qui à la 80ème minute, était définitivement acquise. Ca va vite le foot.

Et le coefficient UEFA dans tout ça ?

7 nouveaux points dans la besace des clubs italiens. +1,000 au coeff global donc.

L’Italie continue son petit bonhomme de chemin, mais l’Allemagne regagne encore un peu de terrain. La France elle semble complètement dépassée avec 0 victoire sur cette session européenne. De quoi voir venir pour l’Italie et ses 4 places qualificatives pour la C1.

Coefficient UEFA 18/19 – top 5

1.Espagne 8,857
2.Allemagne 8,642
3.Italie 7,642
4.Angleterre 7,500
5.Serbie, Ecosse 6,000

Coefficient UEFA global – top 5

1.Espagne 92,855
2.Angleterre 70,320
3.Italie 69,725
4.Allemagne 65,355
5.France 53,165

 

François Lerose

Rédacteur en Chef



Lire aussi