35e journée : La Juventus manque le coche, le Milan AC enchaîne, Zaniolo régale

Par Leo Carta publié le 24 Juil 2020

Comme dirait le groupe Europe, c’est le compte à rebours final. La fin approche à grands pas et avec elle son lot de bons et mauvais points. Et à ce jeu là, rares sont ceux qui repartiront avec les félicitations du jury. Si aucune rencontre en tête du classement n’est à noter sur cette journée, le choc de la semaine se nomme Derby della Lanterna. Tristement vide sans ses supporters, le Marassi a vu le Genoa l’emporter face à la Sampdoria. Une première en Serie A depuis 2016. Car la course au maintient continue, du moins pour Lecce, qui s’accroche tant bien que mal. Vainqueurs face à Brescia, condamné à la relégation, les Apuliens restent à quatre points de Genoa. A la manière d’un Denis Brogniart des grandes soirs : « la prochaine journée peut déjà être décisive ».

Devant, l’Inter a buté sur une Fiorentina solide et pleine de réussite, laissant la Juventus maître de son destin. Une première balle de match que les hommes de Sarri n’ont pas saisie, défaits par l’Udinese une nouvelle fois en remontée. Le scudetto ne devrait néanmoins être qu’une question de temps. La Lazio, elle, s’est relancée face à un Cagliari sans grandes ambitions tandis que son buteur maison, Ciro Immobile, prend la tête du classement des buteurs avec 31 buts.

De leur côté, l’Atalanta et le Milan AC continuent de dérouler. Vainqueurs respectivement de Bologna et Sassuolo sur le plus petit des écarts, les deux clubs Lombards s’échauffent avant de s’affronter, ce soir, à San Siro. Au chapitre « Europa League » l’AS Roma déroule (1-6) face à une SPAL déjà en Serie B tandis que le Napoli s’enlise à Parma et décroche à trois points du Milan AC. Mention spéciale pour l’Hellas et au Torino qui, au bout de l’ennui, se quittent sur un match nul qui contente tout le monde.

On a aimé

Le rythme fou du Milan AC : Emmenés par le tandem Pioli (fraîchement confirmé pour la saison prochaine) et Ibrahimovic (le totem d’immunité), les rossoneri enchaînent cette semaine leur neuvième résultat positif face à Sassuolo. C’est bien simple, depuis la reprise du championnat, les Milanais n’ont perdu aucun match. Nouvelle victoire ce mardi en Emilie-Romagne avant d’affronter la Dea ce soir. Un choc qui résonne comme un test pour une équipe en pleine bourre qui consolide sa place européenne et vise toujours plus la cinquième place. On a hâte.

Le festival de Terracciano : Le gardien italien a tout simplement dégoûté les attaquants nerazzurri. Auteur d’un match stratosphérique, il a maintenu en vie les siens pendant 90 minutes leur offrant même quelques occasions de hold-up. Bien aidé par ses poteaux, le portier repart de San Siro avec le sens du devoir accompli. Remplaçant du blessé Dragowski, il n’a pour l’instant encaissé que deux buts en quatre matchs et connu aucune défaite. Un talisman précieux.

La Lazio qui se relance : La traversée du désert s’achève. Du moins temporairement. La Lazio décroche cette semaine sa première victoire depuis fin juin. Cinq matchs jusqu’ici pour un seul point. Un pauvre butin pour les hommes d’Inzaghi qui se rassurent aujourd’hui et se relancent dans la course au podium.Une maigre satisfaction pour une équipe qui, au début du confinement, nourrissait des ambitions bien plus élevées.

Mis en lumière

Le retour de blessure de Nicolò Zaniolo ne semble inquiéter que les tifosi azzurri et les amoureux du calcio. Car le jeune espoir italien galope, frais comme un gardon. Déjà auteur d’un but depuis son retour sur les prés, le giallorosso s’est une nouvelle fois distingué cette semaine face à une SPAL bien sonnée (1-6). Lancé dans sa moitié terrain, le jeune esthète s’est envolé sur 60 mètres sans que rien ne puisse l’arrêter. Rapide, technique et puissant, il s’est amusé de cinq joueurs avant d’envoyer une petite pépite sous la barre du gardien. Facile. Un but cathartique pour un joueur jusque là écarté des terrains par son coach, suite à des embrouilles internes encore peu claires. Quoi qu’il en soit, l’Italie remercie et espère pouvoir couver encore longtemps ce talent brut. En attendant l’Euro…

Leo Carta

Rédacteur Juventus



Lire aussi