3 bonnes raisons de suivre les clubs italiens en Europa League

Par Louis De Brondeau publié le 14 Sep 2016
Crédits

europa league

De sérieux prétendants

La Fiorentina, l’Inter et l’AS Roma, trois gros noms italiens qui disputeront l’Europa League cette année. L’Inter nouvelle version s’est considérablement renforcée durant la trêve estivale avec les arrivées d’Antonio Candreva, Ever Banega ou encore Cristian Ansaldi (Joao Mario et Gabigol ne faisant pas partie de la liste UEFA). Malgré un début de saison poussif (une défaite face au Chievo, un nul contre le Palermo et une victoire dans les dernières minutes de jeu à Pescara) les interisti restent biens armés pour cette C2 nouveau format. La Roma quant à elle a connu une grosse déconvenue, piteusement éliminée en barrages par le FC Porto, le club de la capitale doit se contenter de l’Europa cette saison. Malgré un mercato moyennement réussi, la Louve a conservé la majeure partie d’un l’effectif qui a fait ses preuves l’année dernière en Serie A. Enfin, la Fiorentina, cinquième du dernier exercice, est l’équipe qui semble la moins bien armée parmi les trois noms cités. En cause : un effectif moins riche que ses compatriotes milanais et romains ce qui peut s’avérer problématique pour enchaîner deux matchs par semaine. Pour ce qui est du tirage, la Roma et la Viola ont obtenu le groupe le plus clément avec l’Austria Vienne, le FC Astra Giurgiu et le Viktoria Plzen pour les giallorossi et le PAOK Salonique, Qarabag et le Slovan Liberec pour les Toscans. L’Inter quant à elle devra se méfier des Saints de Southampton dirigés par Claude Puel dans le groupe K. 

Un petit nouveau

La sensation de l’été c’est eux, le petit club de Sassuolo débarqué il y seulement 4 saisons en Serie A a brillamment assuré sa qualification en Europa League. Les neroverdi se sont d’abord débarrassés du FC Lucerne lors du troisième tour qualificatif avant d’éliminer l’Étoile Rouge de Belgrade en barrages grâce à un Berardi « flèche rouge » et une maturité impressionnante pour un club sans aucune expérience continentale. En effet, les hommes de Di Francesco se retrouvent qualifiés pour la première compétition européenne de leur histoire. Une grande première aussi pour les joueurs car au sein du groupe vert et noir seuls 4 joueurs ont déjà participé à un match européen (Alessandro Matri, Francesco Acerbi, Paolo Cannavaro et Frederico Peluso). Placé au sein d’un groupe où il ne feront pas figure de favoris avec l’Athletic Bilbao, le RC Genk et le Rapid Vienne, le club d’Emilie-Romagne pourra donc découvrir l’Europe tranquillement car pour eux c’est déjà un exploit d’être arrivé jusque là. 

Voyages, voyages …

La particularité de la cadette des compétitions européennes est de vous faire voyager un peu partout en Europe. Roumanie, Autriche, Azerbaijan, Israël etc. Les clubs italiens vont se rendre dans pas moins de 9 pays différents au cours de la phase de groupe de l’Europa League. L’occasion pour vous de découvrir des ambiances fantastiques comme celle du San Mamés de Bilbao. 

De plus ces phases de groupe vous réserveront quelques chocs, certes moins prestigieux que ceux de sa grande sœur la Ligue des Champions mais néanmoins intéressants. L’Inter rencontrera notamment Southampton, 6ème du dernier championnat d’Angleterre tandis que Saussolo sera opposé à l’Athletic Bilbao, quart de finaliste de la dernière édition et prétendant à la victoire finale cette année. L’occasion de jauger le niveau des clubs italiens par rapport à ceux des autres ligues majeures.




🔥 Les sujets chauds du jour :

Un international danois dans le viseur de la Juventus

La Juventus pousse pour Jean-Clair Todibo

Alvaro Morata au Milan AC, ça se précise

Un cador italien sur la piste de Karim Adeyemi

Denzel Dumfries sur le point de renouveler à l’Inter Milan

Avatar

Louis De Brondeau

Rédacteur



Derniers articles