28ème journée : Statu quo en tête, l’AS Roma décrochée, les relégables en asphyxie

Par Nicolas Soldano publié le 29 Juin 2020

La 28ème journée se clôture sur des buts, du jeu et des scénarios à rebondissements ! Tout en haut, le quatuor de tête (la Juventus, la Lazio, l’Inter et l’Atalanta) n’a laissé aucun point, avec quatre victoires. Le statu quo est total. La grande perdante de cette journée est évidemment l’AS Roma, qui cède encore du terrain après sa défaite 2-0 face au Milan AC. A 9 points derrière une Dea qui continue d’empiler les buts (victoire 3-2 face à l’Udinese), les romains ont certainement vu leur dernier espoir de Champions League s’envoler. Après la défaite de Parma face à l’Inter 2 à 1 et la victoire de Bologna face à la Sampdoria (2-1), le milieu de tableau est toujours aussi sérré avec seulement sept petits points entre le sixième et le onzième. Tout en bas, la course au maintien n’a pas bien avancé puisque sur les cinq derniers seul Brescia et le Genoa ont réussi à prendre des points en se neutralisant sur le score de 2 à 2.

On a aimé

Le Milan AC au rendez-vous : Cela n’a pas souvent été le cas cette saison, mais il faut reconnaître que cette fois ci le Milan a su gagner et même se montrer dominant dans un match difficile. La Roma n’a quasi rien montré et c’est une victoire importante pour le Milan qui s’accroche aux miettes européennes.

Le mental des poursuivants : Même menés (et malmenés !) les adversaires directs de la Juve ont su relever la tête. Menée 1 à 0 après un but de Franck Ribéry, la Lazio a réussi à renverser la vapeur pour finalement battre la Fiorentina 2 buts à 1. Scénario identique à Parme puisque malgré l’ouverture du score de Gervinho, deux buts tardifs ont sauvé l’Inter qui s’en sort in extremis.

Gattuso ball : Qui avait dit que Gattuso ne savait pas faire jouer ses équipes ? Alors oui, la SPAL, lanterne rouge de Serie A a un peu aidé. Mais sur de longues minutes et de nombreuses phases offensives, le Napoli a développé un jeu plutôt chatoyant. Les nostalgique du Sarrismo n’ont pas du bouder leur plaisir.

La Serie A prolifique : 40 buts. Tout rond. Et deux buts minimums par match s’il vous plait. Le calcio s’est montré assez spectaculaire ce week-end avec quelques scores fleuves. Mention spéciale à la victoire de Cagliari sur le Torino (4-2) et le nul fou entre Sassuolo et l’Hellas (3-3).

Le moment de la journée

La VAR a fait parler d’elle et a surtout fait sortir de ses gonds les tifosi florentins. Sur le penalty de l’égalisation laziale, Caicedo semble grandement amplifier sa chute lors de son contact avec le portier Dragowski. Cependant, l’arbitre de la partie monsieur Fabbri refuse de faire appel à la Var malgré les supplications des joueurs de la viola. La raison : pour lui le penalty résulte d’une situation claire et sans équivoque, l’appel à la VAR n’a donc dans cette situation pas lieu d’être. Le souci c’est que cette décision divise l’Italie car la faute ne semble pas autant évidente, surtout selon certains angles…

Mis en lumière

Luis Muriel a encore frappé. Par deux fois. Cela porte son total à 15 buts cette saison. Un chiffre tout à fait respectable. Sauf lorsque l’on se penche sur ses ratios, là ça devient franchement impressionnant. Le colombien n’a été que 9 fois titulaires cette saison, il se paye donc le luxe d’être décisif toutes les 66 minutes en championnat. C’est en conséquence statiquement le joueur le plus efficace de Serie A. Rien que ça.

Nicolas Soldano

Rédacteur



Lire aussi