Le baromètre des expatriés

Par Ken Fernandez publié le 27 Sep 2016

baromètre des expatriés

LES TOPS :

Un lob de 50 mètres et revoilà Nicola Sansone. Depuis son arrivée à Villareal et malgré un contexte estival difficile chez le sous-marin jaune, l’ancien de Sassuolo a réussi ses premiers pas en Liga. Avec quatre buts en six matchs, l’attaquant italien est devenu en quelques semaines l’homme fort du Madrigal. Il semble d’ailleurs, déjà légitimer les 13 millions d’euros déboursés par le club de Valence. Auteur de 7 buts et 4 passes décisives la saison dernière, l’attaquant de 25 ans passe à la vitesse supérieure en Espagne. Toujours aussi mobile et à l’aise dans son rôle de 2e attaquant, Sansone a su étendre sa panoplie et se montrer plus tueur devant le but. Le meilleur buteur de Villareal a aussi profité des absences de Bakambu et Soldado pour se faire une place au soleil dans l’attaque des jaunes. Son association à l’accent italien avec Pato et Soriano est en tous cas prometteuse. Serie A touch.

Stats : 9 matchs joués (684 minutes), 4 buts

3-5-2 un jour, 3-5-2 toujours. La marque de fabrique de Walter Mazzarri n’a pas changé à Watford. Et la recette est toujours aussi efficace. L’ancien coach de l’Inter, du Napoli ou encore de la Sampdoria a décidé de tenter sa chance Outre-Manche cet été pour sa première expérience à l’étranger. Et il n’est pas venu seul. Dans ses valises, l’entraîneur a emmené le fidèle Zuniga, l’attaquant italien Okaka, et retrouve aussi deux habitués du style Mazzari en la personne Behrami et Miguel Ángel Britos. Ne manque plus qu’un des gros coups du mercato avec Pereyra pour obtenir l’épine dorsale des Hornets. Après deux défaites honorables contre Chelsea et Arsenal, le club d’Elton John a battu West Ham pour se relancer et s’est ensuite payé le luxe de battre le Manchester United du rival Jose Mouriho 3-1 au terme d’un match Mazzaresque. Une première depuis 30 ans pour le club. Malgré une dernière défaite contre Burnley hier, la tactique de fer, l’intensité et les contre-attaques de Watford vont encore poser pas mal de problèmes aux futurs adversaires. Et puis réussir à transformer Etienne Capoue en buteur… Rien que pour ça, on dit chapeau.

Stats : 7 matchs joués,2 victoire, 1 nul, 3 défaites, 11 buts marqués, 11 encaissés

Selon les médias transalpins, Mario Balotelli a reçu dimanche une pré-convocation de la part de Giampiero Ventura pour les prochains matchs de la Nazionale. Qui l’aurait cru il y a encore quelques semaines ? Si le chemin est encore long pour l’attaquant aux 33 sélections, ses deux premieres apparitions en Ligue 1 ont déjà levé une partie des doutes et permis à ses fans de rêver. Une attitude irréprochable, deux doublés, 1 but toute les 42 minutes, et revoilà Super Mario en piste. Malgré son match fantomatique contre Schalke en Europa League, le natif de Palerme semble avoir enfin trouvé le bon club pour se relancer. En témoigne la gestion de la star par son entraineur Lucien Favre. En tout cas, le climat de la Côte d’Azur a déjà redonné le sourire à Super Mario. Et rien que pour ça, on a envie de se dire que le pari est peut-être déjà réussi.

Stats : 3 matchs joués (258 minutes), 4 buts

LES FLOPS :

Rien ne va plus pour Zaza. On avait laissé Simone au galop à l’Euro et on le retrouve aujourd’hui au petit trot sur les pelouses de Premier League. Pour ne pas dire à l’arrêt. Depuis son arrivée tardive de la Juventus où l’horizon était bouché, Simone Zaza est à l’image du début de saison de son équipe de West Ham : plus qu’insuffisant. En 4 matchs, l’attaquant international n’a toujours pas trouvé le chemin des filets anglais. Pire, sa puissance ne semble pas inquiéter les défenseurs anglais et Zaza, seul en pointe, ne trouve pas les solutions pour compenser un manque de condition physique évident. Samedi, lors de la défaite 3-0 contre Southampton au stade Olympique, il a encore été transparent et a été averti pour une simulation. Alors que l’avenir de Bilic s’écrit en pointillé à Londres, Simone va devoir passer la seconde s’il ne veut pas vivre une saison galère.

Stats : 4 matchs joués (302 minutes), 0 buts

Samedi, Bilbao, 88e minute. Le FC Séville est mené 2-1. C’est le moment choisi par Salvatore Sirigu pour « perdre la tête », comme l’écriront les médias ibériques le lendemain. Pour sa 2e titularisation, le gardien met un coup de coude dans le dos d’Artiz Aduriz : expulsion logique et pénalty. Séville prend un troisième but. A la fin du match, Sampaoli, qui a souhaité instaurer un turn over entre ses gardiens est revenu sur « ce moment d’anxiété », sans accabler son joueur pour ce coup de sang. Après des débuts timides contre Eibar, le gardien aux 17 sélections n’a pas marqué des points face à son concurrent direct Sergio Rico, très bon depuis août. Le jeu au pied moyen de l’ancien du Palermo et cette saute d’humeur n’ont en tout cas pas fait monter sa cote auprès des médias sévillans. Pas des débuts rêvés pour celui qui pensait retrouver un peu de calme et de temps de jeu grâce à ce prêt du PSG.

Stats : 2 matchs joués (179 minutes), 3 buts encaissés

Les débuts d’Antonio Conte à Chelsea avaient tout du rêve bleu : 4 victoires consécutives, des joueurs heureux et un état d’esprit contesque. Pourtant, après trois contre-performances, on est passé au coup de blues du côté de Londres. Un nul à Swansea et surtout deux défaites contre des concurrents directs, 2-1 à domicile contre Liverpool et surtout ce week-end, 3-0 à Arsenal ont ramené le Mister à la réalité et au travail qu’il lui reste à accomplir. En 4-3-3, les Blues n’exécutent que trop rarement le pressing et les déplacements défensifs voulus par leur coach. Des défauts déjà dénoncés par Mourinho il y a un an avec les mêmes joueurs. Le casse-tête défensif ne fait donc que commencer pour l’ancien entraîneur de la Nazionale. D’autant que selon les médias anglais, Conte ne dispose pas de beaucoup de temps. Difficile d’imaginer Abramovitch se satisfaire d’une nouvelle saison sans Champions League…

Stats : 8 matchs joués, 5 victoires, 1 nul, 2 défaites, 17 buts marqués, 13 encaissés

Bonus : Encore buteur ce week-end, Grazziano Pellè nous passe un bonjour de Chine.

Ken Fernandez

Rédacteur



Lire aussi