19e journée : L’Atalanta corrige le Milan AC, le Napoli trébuche, la Juventus se relance

Par Leo Carta publié le 25 Jan 2021
Crédits

Cette 19e journée de Serie A a démontré, une fois de plus, que le championnat est un marathon au parcours escarpé. La phase aller, à présent terminée, emporte avec elle son lot d’illusions et rebat une nouvelle fois les cartes pour notre plus grand bonheur. Devant, les deux milanaises butent et vacillent. Le Milan AC, déjà, emporté chez elle par l’irrévérence de ses voisins bergamasques (0-3). L’Atalanta, comme à la maison, a prouvé une nouvelle fois qu’elle était la plus virtuose des équipes italiennes. L’Inter, quant à elle, s’est retrouvée embourbée sur le terrain de l’Udinese, devant un Conte furieux et reconduit aux vestiaires (0-0). Rayon mauvaises affaires, notons également la mauvaise performance du Napoli qui subit sa deuxième défaite cette semaine face à un Hellas impitoyable et séduisant (3-1).

Tout cela permet aux poursuivants de revenir, un peu, sur le duo de tête. D’abord l’AS Roma, qui au terme d’un match complètement fou se débarrasse du Spezia (4-3), quelques jours après avoir été justement éliminée par lui en Coupe d’Italie. La Juventus, ensuite, qui se relance face au Bologna (2-0). Sans pour autant lever tous les doutes, les hommes d’Andrea Pirlo se repositionnent à sept points de la première place et comptent, toujours, un match en retard à jouer. La Lazio, enfin, clôt le chapitre des bonnes affaires en se détachant (à tous points du vue) de Sassuolo (2-1).

Ailleurs, le Benevento et le Torino se quittent bons amis, sur un score nul (2-2). Le Cagliari, lui, subit sa sixième défaite consécutive face au Genoa (1-0). Le club sarde, dix-huitième, cherche la victoire depuis onze rencontres. Une éternité. Parme et Crotone, qui complètent le trio de la zone rouge, repartent aussi bredouilles ce weekend. Les premiers ont perdu face à la Sampdoria (0-2) et les seconds face à la Fiorentina (2-1).

On a aimé

La beauté de la Dea : Second club à infliger une défaite au Milan AC cette saison, l’Atalanta a joué la partition qu’elle préfère. Imposants au pressing, précis dans les transitions et créatifs aux avants postes, les hommes de Gasperini ont proposé leur récital dans un match plaisant et non sans opposition. La beauté de la Dea se trouve dans l’efficacité des mouvements et des passes. Sans superflus et toujours portée vers l’avant. Un régal.

Szczesny, toujours plus décisif : La Juventus s’est relancée, après la défaite face à l’Inter et une semaine bien chargée. Mais si elle a su se défaire d’un beau Bologna, c’est une nouvelle fois grâce à son ange gardien au nom impossible à orthographier correctement : Wojciech Szczęsny. Dans un état de grâce depuis plusieurs semaines, le gardien polonais enchaîne les arrêts réflexes miraculeux. Après ceux de cette semaine face au Napoli en Supercoppa, il a une nouvelle fois sauvé les meubles à la maison. On retiendra sa parade, sortie de nulle part, sur une tête puissante de son coéquipier Cuadrado.

Simone Zaza  : Auteur d’une seconde période impressionnante face au Benevento, il permet à son club (alors mené deux à zéro) de revenir au score dans les toutes dernières minutes de jeu. Il a même failli repartir avec le ballon du match mais s’est vu refuser un but (sur le 2-1) après une main de Belotti dans les airs. C’est d’ailleurs son premier doublé sous les couleurs du Torino, en 64 matchs de Serie A.

Le moment de la journée

Le but victorieux de Lorenzo Pellegrini dans les arrêts de jeu face à la Spezia offre non seulement trois points importants à la Roma, mais aussi une conclusion magistrale à un match dantesque. La bataille que se sont livrés les giallorossi et Spezia pendant 90 minutes n’aurait pas pu prétendre à meilleur dénouement qu’un but dans les dernières secondes. Ne manquait qu’un public survolté et des tribunes vrombissantes pour rendre cette rencontre mémorable.

Mis en lumière

Jack Bonaventura est un joueur aux pieds de velours. Et il le prouve une nouvelle fois ce weekend en nous gratifiant d’un enchaînement incroyable, à l’entrée de la surface adverse. Après une déviation, le ballon se présente à lui en cloche. Seul, il le dompte, pleine poitrine. Le léger rebond avant qu’il s’offre lui permet de fouetter, à la retombée, le cuir de l’extérieur droit. Un geste simple et limpide qu’il accompagne jusqu’à l’infini. La balle s’envole puis redescend. Les filets de la lucarne droite de Cordaz se gonflent. Et nous, on applaudit.



Leo Carta

Rédacteur Juventus



Derniers articles

Le récap quotidien des actus par email

Calciomio est le seul média français qui traite à 100% l'actualité du foot italien. Renseignez votre email pour recevoir chaque matin un email regroupant les meilleures brèves du Calcio.